10 champions de l'EPT qui ont marqué la dernière décennie

sandra naujoks 29513
Sandra Naujoks

Le 100è Main Event de l'European Poker Tour aura bientôt lieu à Barcelone. Un anniversaire symbolique, puisque c'est également à Barcelone que s'était déroulé le premier EPT en 2004.

De nombreux champions ont marqué l'EPT tout au long de ces dix dernières années, du tout premier vainqueur l'incroyable Alex Stevic, aux premiers exploits des Jason Mercier ou Liv Boeree du côté de San Remo, en passant par beaucoup d'autres dont bien sûr les quelques vainqueurs français : Pascal Perrault, Jan Boubli, Arnaud Mattern, Lucien Cohen, Rémi Castaignon et ElkY.

PokerListings a voulu mettre à l'honneur dix de ces grands champions qui ont su s'imposer dans des contextes extraordinaires ou particuliers.


1. Noah Boeken (Pays-Bas)

EPT Copenhague 2005, Open Scandinavie, 1er prix : 170 000 €


Boeken fut l'une des toutes premières stars du poker européen.

En 2004, il atteint sa première table finale lors de l'EPT Londres, qui n'était alors que le deuxième tournoi EPT auquel il participait. Il termine finalement 6è, juste devant son compatriote Marcel Luske.

Il ne lui a ensuite fallu que 3 mois d'attente pour aller au bout et se défaire en heads-up de Ram Maswani, vainqueur de l'EPT précédent à Dublin.

Cette victoire a fait de Boeken et Luske les figures du proue du poker néerlandais. Boeken a ensuite intégré la team PokerStars Pro, dont il a fait partie jusqu'en 2012. Nul doute que c'est en partie à Boeken qu'on doit la présence de joueurs néerlandais dans les November Nine deux ans d'affilée.

Près de dix ans après sa victoire sur l'EPT, Boeken est toujours bel et bien présent et actif dans le monde du poker. L'année dernière, il a d'ailleurs remporté le Masters Classics à Amsterdam, à domicile, pour 300 000€. 


2. Patrik Antonius (Finlande)

EPT Baden 2005, Baden Classic, 1er prix : 288 000 €


Cela semble incroyable, mais même une légende du poker comme Patrik Antonius a un jour été inconnu.

Début 2005, il fait son apparition sur le circuit et lance en fanfare une carrière incroyable.

En janvier et mars 2005, il participe à deux étapes du WPT aux Bahamas en passant à deux doigts de la table finale. L'été suivant, il atteint trois places payées aux WSOP avant de faire son retour en Europe et d'arriver à la table finale de l'EPT Barcelone. Cette troisième place lui rapporte alors 120 000 €.

Un mois plus tard, à 24 ans, Antonius est couronné roi de Baden, signant l'un des deux seuls titres sur l'EPT pour la Finlande.

Note : sur les 16 joueurs présents aux tables finales de Barcelone et de Baden, 12 étaient Scandinaves ou Finlandais. De quoi établir clairement qui dominait le poker européen à l'époque.


3. Vicky Coren Mitchell (Angleterre)

EPT Londres 2006, 1er prix : 750 000 €


Lorsque Vicky Coren remporte l'EPT Londres 2006, elle a 34 ans et déjà une belle carrière de journaliste, auteure, présentatrice TV et animatrice radio derrière elle.

En plus d'être la première femme à remporter un titre sur l'EPT, elle fut également la première célébrité du monde des médias à atteindre la table finale d'un grand tournoi (en Europe en tout cas).

Huit ans plus tard, à San Remo, elle est également devenue la première, hommes et femmes confondus, à remporter deux Main Events de l'EPT.

Une sacrée performance, d'autant que Coren reste une joueuse plus ou moins « loisir » qui mène une demi-douzaine de carrières de front. 


4. Bertrand « ElkY » Grospellier (France)

EPT PokerStars Caribbean Adventure 2008, 1er prix : 1 650 000 €


Bertrand Grospellier a choisi le moment parfait pour remporter le tournoi le plus important de sa carrière.

Un an plus tôt, en 2007, il perd en heads-up lors de la finale de l'EPT Copenhague face au Suédois Magnus Peterson, non sans malchance.

Une belle performance qui avait attiré l'attention de PokerStars, il était donc temps de réaliser un gros coup.

Entre son passé de joueur professionnel de Starcraft en Corée et ses tenues incroyables, le Français de 27 ans représentait parfaitement la nouvelle génération de joueurs de poker online.

Lors de la première édition de l'EPT PCA, Grospellier arrive en table finale en deuxième position, une place idéale qu'il exploite parfaitement jusqu'à la victoire. Un titre qui lui rapporte certes 2 millions de dollars, mais surtout un contrat juteux avec PokerStars.


5. Sandra Naujoks (Allemagne)

EPT Dortmund 2009, German Open, 1er prix : 917 000 €


La Berlinoise Sandra Naujoks arrive sur le devant de la scène en 2008 avec une table finale lors du CAPT à Graz, en Autriche. Quelques semaines plus tard, sous les couleurs de Full Tilt Poker, elle s'impose lors du Poker European Championship à Baden, encore une fois en Autriche.

Quelques mois plus tard, en janvier 2009, recrutée par PokerStars, elle remporte le Main Event de l'EPT Dortmund.

Avec neuf tapis en seulement treize mains lors de la table finale, elle a pris tous les risques et n'a pas manqué de chance. En effet, au moment d'aller à tapis lors du heads-up, elle est loin derrière avec A-9 contre A-Q... jusqu'à ce qu'un 9 sorte au turn.


6. Constant Rijkenberg (Pays-Bas)

EPT San Remo 2009, Italian Open, 1er prix : 1 500 000 €


La victoire de Constant Rijkenberg à San Remo est probablement l'un des événements les plus bizarres de toute l'histoire de l'EPT.

En effet, Rijkenberg avait vendu 137% de son buy-in, ce qui lui assurait un profit de 1 500 € ne serait-ce qu'en participant au tournoi... enfin s'il perdait.

Il a joué en conséquence, comme le raconte Dragan Galic, assis à côté de lui lors de la table finale : « Je n'avais jamais rien vu de tel. Je me demandais quelles drogues il avait prises. »

Le jeune Hollandais de 21 ans n'a pas réussi à sortir avant la bulle. Pire encore, il a remporté le tournoi et les 1 500 000 € promis au vainqueur.

Malheureusement pour lui, cela signifiait aussi 560 000 € supplémentaires pour ses investisseurs...  de sa poche.


7. Pieter de Korver (Pays-Bas)

EPT Grand Final 2010, Monte Carlo, 1er prix : 2 300 000 €


À peine quelques jours après l'étrange affaire Rijkenberg, Pieter de Korver apporte une nouvelle victoire aux Pays-Bas, s'adjugeant en prime le plus gros prix de l'histoire de l'EPT.

Mais c'est aussi, et surtout, l'un des plus beaux come-backs du poker. Après un gros revers durant la table finale, il n'avait plus que 3 BB... Ce qui lui a pourtant suffi pour revenir et s'imposer.


8. Kevin MacPhee (USA)

EPT Berlin 2010, German Open, 1er prix : 1 000 000 €


La victoire de MacPhee sera toujours associée à l'attaque de l'hôtel Hyatt.

En effet, plusieurs joueurs étaient en état de choc après qu'un cambrioleur armé s'est introduit dans l'hôtel, et MacPhee en faisait partie. Le chipleader avait même demandé à ce que le tournoi soit suspendu.

Après une pause exceptionnelle de quatre heures et demie, le tournoi avait pourtant repris, et MacPhee de s'imposer.

Son heads-up face au Finlandais Ilari Tahkokallio a duré 3 heures.

Après sa victoire, MacPhee est devenu un habitué de l'European Poker Tour, en partie en raison de sa relation d'alors avec Liv Boeree.


9. Ivan Freitez (Venezuela)

EPT Grand Final, Madrid 2011, 1er prix : 1 500 000 €


Le Vénézuélien Ivan Freitez est probablement le plus impopulaire des champions de l'EPT.

Si David Williams commentait la partie, une grande partie du public le huait et l'insultait. Pourquoi ? Parce qu'en plus de bien jouer, Freitez a pratiqué beaucoup d'angle-shooting, par exemple en prétendant ne pas parler anglais.

Même le directeur du tournoi, Thomas Kremser, d'habitude très réservé, n'a pu s'empêcher de commenter la performance indigne du Vénézuélien.

C'est la seule véritable performance de Freitez. Son deuxième meilleur résultat est une 39è place lors d'un event des WSOP.


10. Daniel Gai-Pidun (Allemagne)

EPT Berlin 2013, German Open, 1er prix : 880 000 €


Daniel Gai-Pidun n'est pas un joueur professionnel. Il n'est même pas un joueur régulier.

En fait, il ne participe qu'à un seul tournoi par an : le German Open.

Compte tenu de cela, ses résultats sont incroyables. Lors de l'EPT Berlin 2011, il termine aux portes de la table finale, en 9è place. En 2012, il finit 17è et en 2013 il s'impose et remporte près de 900 000 €.

En termes de gains par tournoi disputé, Daniel Gai-Pidun est probablement l'un des joueurs les plus efficaces du monde.

 

Derniers Blog Posts »