Ana Márquez : « J’ai envisagé d’arrêter totalement le poker »

Ana Marquez
Ana Márquez (photo : WPT)

Ana Márquez fait partie des joueuses espagnoles les plus reconnues. Et pourtant la native de Málaga était sur le point d’abandonner le poker.

Cela faisait longtemps qu’on n’avait plus eu de nouvelle d’elle. « Aujourd’hui, j’ai une vie », confiait Ana Márquez, septième au classement des meilleurs joueurs espagnols en termes de gains, sur le site internet du World Poker Tour.

La joueuse espagnole était récemment à Vienne pour participer au Warm Up Event organisé dans la capitale autrichienne. Il s’agissait seulement de son deuxième tournoi live après l’étape du Latin American Poker Tour aux Bahamas en janvier.

« J’ai presque trente ans, et j’ai passé toute ma vingtaine à ne faire que du poker, du poker et encore du poker », se justifie Márquez.
Elle explique ensuite pourquoi elle a décidé de s’éloigner des tables et salles de poker :

« J’ai voulu faire une pause. Je joue au poker depuis longtemps et de manière très intensive. Quand je ne jouais pas sur Internet, je jouais en live, allant de ville en ville dans le monde entier. Ce train de vie a un coût, mentalement et physiquement. J’avais besoin d’un peu de calme. J’ai pensé que je voulais explorer de nouvelles choses, et à un moment j’ai même envisagé d’arrêter totalement le poker, mais je n’étais sûre de rien », conclut-elle.

Il n’y a qu’à regarder ses statistiques pour se rendre compte qu’elle a effectivement pris beaucoup de recul : uniquement trois places payées sur le circuit sur les deux dernières années, contre 45 depuis 2009. On se souvient notamment de sa plus belle performance, une victoire lors du Hollywood Poker Open de Las Vegas en 2003.

Ana Márquez
"J'avais besoin de calme et de faire le point." (photo WPT)

Le besoin de s'éloigner

« J’ai fait un peu de bénévolat, et j’ai cherché quelque chose dans le domaine de l’Histoire et de l’économie, ce qui correspond à mes études », raconte la joueuse, qui a notamment étudié à la très prestigieuse American University de Washington DC.

« Pendant ma pause, j’ai pu faire le point et prendre soin de moi : j’ai fait de la méditation, du yoga... Tout le côté spirituel des choses, en essayant de me centrer sur moi-même. C’est là que j’ai envisagé d’abandonner le poker. »

« La deuxième fois que je l’ai envisagé, ça m’a presque fait peur. J’aime tellement le poker que je me suis dit que j’avais juste besoin de m’éloigner un peu. Je me suis rendu compte que deux mois de break n’étaient pas suffisants. Mais aujourd’hui, je suis bel et bien de retour et je veux trouver l’équilibre dans ma vie. Mon erreur c’est de m’être trop mis la pression toute seule.

Je dois admettre que je me suis beaucoup amusée et que je ne regrette rien, mais le poker a beau être ma passion, il y a beaucoup d’autres choses à faire et à découvrir. Je ne veux pas consacrer toute ma vie à une seule et unique chose. »

Ne rien changer au passé

Ana Marquez
"Je suis fière de tout ce que j'ai accompli."

Il semble évident qu’Ana Márquez découvre un nouveau style de vie, plus calme et détendu. Moins de voyages, pour pouvoir revenir petit à petit à une routine qu’elle avait un temps laissé derrière elle. Cependant, elle n’a pas oublié les bons moments qu’elle a vécus autour des tables de poker.

« Je ne regrette absolument rien. C’était génial. Je suis très fière de tout ce que j’ai accompli. Et surtout, vu tout ce que j’ai fait pour en arriver là, je suis très fière de moi. Je crois que j’ai encore beaucoup à accomplir, mais je veux prendre mon temps. Je me sens merveilleusement bien actuellement, et c’est tout ce qui compte. »

Márquez se considère, avec humour, comme un « fish » maintenant qu’elle est de retour au poker. « Le poker live est plus rentable pour moi. Il faut simplement que je sache ce qui est le mieux pour moi. Je ne veux pas commettre les mêmes erreurs qu’auparavant. J’aimerais beaucoup retrouver le circuit international, c’est là que je m’amuse le plus, mais je dois prendre le temps de voir comment le faire sans me pousser à bout. »

Elle se souvient également « avoir vu énormément de choses désagréables dans le poker » ces dernières années, ce qui l’a « poussée à fuir le circuit ».

Mais Ana est donc de retour. Elle a changé de vie, mais elle retrouve le circuit pour redevenir cette joueuse capable de stupéfier toute une table. « Je fais du sport régulièrement, je sors avec mes amis, je vais au cinéma, je fais des choses normales. C’est tellement simple de vivre comme ça. J’ai enfin une vie. »