Andreas Høivold : Le chanceux le plus malchanceux du monde

IMG1608

Malgré des mésaventures qui incluent un accident de voiture presque fatal, une addiction aux opiacés, un passage en prison et la mort de son fils nouveau-né, Høivold garde le moral et le sourire. Son secret ? Être gentil.

Être gentil avec les autres,” explique Høivold. “Il y a tellement de connards, si vous me pardonnez l’expression, qui se permettent d’être odieux. Traitez autrui avec considération, et avec un peu de chance ça vous fera vous sentir mieux. C’est ce que je fais.

J’essaye de garder le sourire. Je pense que c’est beaucoup mieux que d’être toujours grincheux et méchant.


Høivold frôle la mort lors d’un terrifiant accident de voiture

Høivold, joueur pro norvégien qui compte une victoire sur l’EPT et 1,72 million de dollars de gains en tournois, a pourtant bien des raisons d’être “grincheux”. Par exemple le fait qu’à 41 ans, il souffre de douleurs chroniques suites à un terrible accident de voiture datant de ses 21 ans.

J’ai eu un accident très grave il y a longtemps, presque tous les os de mon corps se sont brisés. J’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital. On m’a accusé d’homicide involontaire suite à l’accident et j’ai dû faire de la prison.

Après trois mois à l’hôpital et neuf dans un fauteuil roulant, Høivold a donc passé cinq mois en prison.

IMG1617
"J'ai décidé de me mettre au poker, heureusement ça m'a réussi."

C’était assez sévère, je ne pensais pas finir en prison.

Vue la gravité de ses blessures, il était parfois autorisé à quitter la prison pour des soins. Et loin de l’aider à supporter son séjour en prison, ces sorties ont apporté encore plus d’ennuis au Norvégien.

J’étais le seul à pouvoir sortir de la prison à cause de mes blessures” explique Høivold. “Mais comme de la drogue entrait dans la prison, on m’a accusé d’en être le responsable.

Ils ont mis des semaines à se rendre compte que c’était en réalité la grand-mère d’un des autres détenus qui les ramenait. On me faisait me deshabiller à chaque fois que je revenais à la prison. Une fois, on m’a laissé nu dans une cellule pendant neuf heures. C’était un véritable cauchemar.


Les tragédies s’enchaînent

Mais Høivold a purgé sa peine et, malgré la douleur, a ensuite vécu l’un des plus beaux moments de sa vie.

Les choses allaient mieux. Mon fils est né, j’étais heureux, mais cela n’a pas duré. Il est mort alors qu’il avait à peine trois mois. C’était un cauchemar, la pire chose qui me soit jamais arrivé.

Suite à cela, j’étais vraiment déprimé, j’allais très mal.

Høivold prenait des opiacés depuis son accident pour pallier à la douleur, mais ces médicaments censés l’apaiser sont rapidement devenu une nouvelle source d’angoisse.

C’était des médicaments, mais cela n’empêche pas l’addiction. C’était de la morphine, quelque chose de fort. J’en ai pris pendant très longtemps” raconte Høivold.

andreas hoivold 15760
"Avec toutes ces histoires, j'aurais pu y passer.

J’ai décidé d’arrêter et de me mettre au poker. Heureusement, ça m’a réussi.

J’avais déjà joué, mais sans grande réussite. Après avoir arrêté les médicaments, j’ai commencé à jouer beaucoup mieux.

Andreas a eu du mal à se mettre au poker, étant donné que celui-ci est toujours illégal en Norvège. Mais il avait toujours été fasciné par les jeux de cartes, malgré une expérience assez maigre dans le poker qui se résumait à des parties amicales de 5-card draw à la maison. En 2004, il a cependant commencé à chercher des adversaires plus sérieux.

C’est arrivé comme ça. Je cherchais des gens avec qui jouer dans un groupe de discussion, mais je ne connaissais même pas le No-Limit Hold'em à l’époque. Les gens que j’ai trouvé m’en ont parlé et je me suis dit pourquoi pas. Au début, je perdais évidemment beaucoup, mais j’ai rapidement ratrappé mon retard.


Une victoire à l’EPT Dortmund qui a changé sa vie

Et en à peine quelques années, Høivold est passé de statut de néophyte complet à celui de vainqueur sur l’EPT.

J’ai joué sur Internet et j’ai gagné un championnat norvégien, qui m’a permis de participer au Nordic Poker Challenge organisé par Ladbrokes à Tallinn. J’ai aussi gagné ça. Ensuite j’ai pu participer au Poker Million et j’ai terminé troisième. Ils m’ont sponsorisé pour que je puisse participer à l’EPT. Que j’ai gagné.

Ces 4 ou 5 mois étaient complètement dingues. Depuis, ça s’est calmé.

En quelques mois, Høivold a remporté un peu plus d’1,1 million de dollar et continue depuis à jouer en tant que professionnel. En 2009, il décide de déménager à Las Vegas pour participer à l’émission High Stakes Poker. Il y a perdu un peu d’argent, mais y a trouvé l’amour.

IMG3553
"J'ai besoin de me sentir vivant."

Enfin, temporairement.

J’ai rencontré une fille, on s’est mariés, mais ça s’est mal passé et on a divorcé. Encore des histoires. Notre mariage a duré deux ans. J’ai des hauts et des bas, mais je vais mieux depuis que je suis célibataire.


Høivold éternel optimiste

Aujourd’hui, Høivold se concentre sur le poker et espère avoir bel et bien laissé tout cela derrière lui.

Toutes ces histoires, j’aurais pu y passer. C’est dangereux, physiquement et mentalement. Ce n’est pas bon d’avoir de tels bas. J’espère avoir plus de hauts à l’avenir.

Quant au poker, Høivold a tout simplement soif de victoires :

Mon objectif principal était de devenir le premier à remporter deux EPT. Vicky Coren m’a coupé l’herbe sous le pied, du coup les EPT ne sont plus aussi amusants pour moi. Je n’ai plus de record à battre.

Je peux toujours essayer d’en remporter trois, mais pour cela il faudrait déjà remporter le deuxième. Maintenant, mon objectif est de gagner un autre grand tournoi, comme l’Aussie Millions. Le plus gros serait le mieux. Un event des WSOP, pourquoi pas, je ne dirais pas non à un bracelet.

Outre le poker et malgré son accident, Høivold est un fou de vitesse.

J’adore la vitesse. J’aime faire des choses qui font monter l’adrénaline, comme du jet ski ou piloter des voitures sportives. C’est comme ça que je me sens vivant.

Mon objectif dans la vie est d’être à nouveau vraiment heureux. C’est mon but. Peu importe les moyens. Que je déménage aux Caraïbes, que je rencontre la femme de ma vie ou que j’aille sur la Lune.

 

Derniers Blog Posts »