Bio joueur : Andy Bloch

Andy Bloch

La vue du curriculum vitae d'Andy Bloch permet sans problème de classer cet autre homme au chapeau de cow-boy parmi les pros du poker les plus accomplis.

Bien que plus connu pour ses talents au Texas Hold'em, Bloch est aussi détenteur de deux diplômes du Massachusetts Institute of Technology, et d'un diplôme en droit de l'Université d'Harvard.

Et en sus de sa renommée en tant que membre de l'équipe de black-jack du MIT, Andy s'est aussi rapidement affirmé comme une force sur laquelle compter lorsqu'il s'est mis à jouer sérieusement au poker.
A son compteur : trois victoires en tournois majeurs, et près de trente places payées dans ces mêmes tournois. Andy en est aujourd'hui à plus de 4 millions de $ de gains en tournois.

Andy Bloch a travaillé en tant que concepteur de puces informatiques et stock trader, et fut même un temps membre d'équipage d'un yacht naviguant entre New York et St-Petersbourg en Russie. Andy est aussi un expert en théorie du jeu, avec dans ses bagages le trivial titre de Champion du Monde de Roshambo, plus connu sous le nom de papier-caillou-ciseaux.

Sur son arrivée dans le monde du poker, Andy raconte : « J'ai commencé à jouer au poker avant de faire partie de la MIT, et au fil du temps j'ai graduellement monté les enjeux auxquels je jouais. Je pensais quitter le poker, et puis le World Poker Tour est arrivé et j'ai décidé de m'y pencher dessus. Depuis, j'ai fait deux tables finales télévisées et cinq autres places payées. »

Mais outre ses succès en WPT (dont trois jolis résultats consécutifs au LA Poker Classic - 3ème en 2003, 11ème en 2004, 13ème en 2005), c'est aux WSOP que le palmarès d'Andy est le plus remarquable.
Bloch est déjà rentré 26 fois dans l'argent depuis 1996, dont 7 rien que pour l'année 2008, et avec à son actif 10 tables finales. Plusieurs prestigieux tournois ont ainsi pu être témoins de son incroyable régularité à haut niveau : le Championnat du Monde de Pot-Limit Omaha à 10 000 $ duquel il termina 11ème en 2007, le Championnat du Monde de Pot-Limit Hold'em duquel il termina second en 2008, mais surtout le toujours très difficile tournoi de HORSE à 50 000 $ où il échoua là aussi à la seconde place en 2006 (face à Chip Reese, pour son gain record de plus d'1 million de $), avant une 15ème place en 2008.

Détail intéressant, Andy s'est lancé dans le professionnalisme entremis sa participation au MIT et sa fréquentation de l'école de droit de Harvard.

« Je jouais avec l'équipe de black-jack du MIT les week-ends, et je travaillais comme concepteur de puces durant la semaine, et ça me fatiguait » dit-il. « Lorsque le projet sur lequel je travaillais fut annulé, j'ai décidé de laisser tomber et de jouer un peu au poker et au black-jack pendant que je cherchais autre chose.

Je n'avais pas prévu une carrière dans le jeu sur le long terme, donc mes parents n'étaient pas trop inquiets bien qu'ils ne savaient pas quoi dire à leurs amis. Et puis j'ai décidé d'aller à l'école de droit en payant mon cursus en jouant au blackjack. Du coup mes parents furent fiers et contents.

Mais après cette école de droit et avoir passé l'examen du barreau, je n'ai pas cherché de boulot dans cette branche et suis retourné au jeu. Heureusement, le WPT et ESPN avaient popularisé les joueurs de poker auprès du public, ce qui m'a rendu un peu célèbre. Je pense que mes parents ont aimé entendre leurs amis leur dire qu'ils m'avaient vu à la télé. »

Bloch décrit son style de jeu comme un mélange d'instinct et de mathématiques.
« Mes intuitions me diront lorsque mon adversaire sera peut-être faible ou fort, si un bluff ou un value bet marcheront, et j'incorpore ces possibilités dans le calcul du meilleur jeu. (...)
Cette approche fonctionne pour n'importe quel jeu de poker, tandis qu'un joueur qui ne joue que sur le ressenti va généralement avoir besoin de gagner beaucoup d'expérience avant de maîtriser une nouvelle partie. »

Andy donne aussi son avis sur ce qu'il faut pour être un joueur de poker de premier ordre. « Pour être un joueur de "classe mondiale", vous avez besoin d'intelligence et de self-control, le tout combiné avec une certaine propension au jeu. »

« Le self-control est un peu moins important pour les joueurs de tournois que pour les joueurs de cash games. Parce qu'en tournois si vous commencez à perdre votre self-control, le plus que vous pouvez perdre est votre buy-in, et un jeu agressif même si imprudent reste souvent une bonne stratégie en tournois. Alors qu'elle vous ruinera en cash game. »

Divers et anecdotes

* Se considère plus comme un 'matheux' que comme un 'homme de droit'
* Diplômé du Marist College
* Détenteur de deux diplômes du MIT
* A réussi l'école de droit de Harvard
* Expert en Théorie du Jeu

Derniers Blog Posts »