Le bêtisier du Main Event des WSOP, 2ème partie

IMG1694
Phil Hellmuth, que nous fera t-il encore ?

Deuxième partie de notre Bêtisier "spécial" Main Event des World Series of Poker 2011.

Vas-y Mamie !

Début du Main Event, tout le monde est dans les starting-blocks.

Et surtout une vigoureuse mamie de… 91 ans (ce qui n’est pas le record, détenu par feu Jack Ury, habitué des WSOP à l’âge de 97 ans, et disparu cette année).

Pour en revenir à notre mamie, peu de temps après le « shuffle up and deal », celle-ci aura en gros souhaité bonne chance à l’assistance, mais que tout le monde jouait pour la deuxième place (sous-entendu « je vais gagner ! »).

Les rires généraux seront venu accueillir cette boutade en tous les cas rafraîchissante.


Hellmuth pas bien réveillé

Que les stars fassent… leurs stars en arrivant à la table après plusieurs heures lors des premiers jours, c’est déjà arrivé, et certains s’en étaient d’ailleurs déjà plaint l’an dernier.

Mais parfois, surtout quand c’est en plein milieu de la compétition, c’est un peu plus involontaire. Témoin la grosse étourderie de Phil Hellmuth, que nous vous avons narré sur ce post blog : L’Epic Fail de Phil Hellmuth.


Où sont les As ?

Problème qui dirait « technique » lors du Day 2B.

Après la pause dîner, table 261, un joueur demande à ce que les cartes… soient comptées.
Résultat : 44 !

L’explication à ces 8 cartes manquantes ? La rotation de jeux par les croupiers à certaines  périodes.
8 cartes avaient en fait été notées comme "dentées" (marquées donc), et retirées du jeu. Sauf que les 8 cartes de remplacement ont été insérées… dans l’autre jeu, qui s’est lui retrouvé avec 60 cartes !

Fort heureusement, l’erreur n’aura duré qu’une dizaine de minutes.
Dommage, on aurait peut-être pour la première fois pu voir un quinté d’as !


Le confort c’est important

Nombreux sont sûrement ceux d’entre vous qui ont déjà trouvé le confort de chaises rudimentaire dans une partie live, chez des amis, mais aussi sans doute en club ou même en casino.

Un joueur qui visiblement n’était pas mieux satisfait des chaises du Rio (surtout après 10 heures de jeu), a trouvé la technique : emmener sa propre chaise de bureau.

Ce joueur est bien connu puisqu’il s’agit de l’américain Tommy Vedes, 15 places payées aux WSOP et un titre WPT en 2009.

Vedes aura payé 200$ pour sa chaise de ministre, avant de l’assembler dans un coin puis de la faire rouler jusqu’à sa table.

Bon, ben moi la prochaine fois j’emmène mon lit !



> Le Bêtisier du Main Event des WSOP, première partie

 

Derniers Blog Posts »