BlackRain79 : un pro vous aide à battre les parties à micro-enjeux

Nathan Williams 6

Véritable spécialiste des micro-stakes, Nathan Williams nous parle de la Thaïlande et de son nouveau livre, avant d'inaugurer pour nous une nouvelle série d'articles de stratégie sur ces parties en exclusivité pour PokerListings.

Le succès aux micro-stakes repose sur un plan de jeu très clair et très simple. Il faut faire autant attention à ses adversaires qu’à son propre jeu.

Si ces parties pourraient sembler les plus faciles au premier abord, de nombreux joueurs montrent en fait des difficultés pour faire un profit à ces très bas enjeux en ligne.

Certes les joueurs deviennent chaque jour un peu meilleurs, mais il y a toujours des milliers et des milliers de débutants à ce niveau, et pour qui la stratégie au poker n'est qu'une très vague notion. L'ironie de la chose, est que si vous essayez de pratiquer un poker au schéma de réflexion au deuxième ou au troisième degré, il y a des chances pour que cela n'ait aucun effet et même que cela se retourne contre vous. Il en va de même pour le bluff.

Fish trophy wallaper
S'il est animal on ne peut plus traqué au poker, c'est bien le poisson. Et particulièrement dans l'océan des parties à bas enjeux.

C'est ainsi que vous entendrez souvent des joueurs se plaindre qu'ils ne peuvent pas jouer contre ces joueurs, dont certains ne respectent aucune relance. C'est vrai, cela peut être frustrant. Mais la vérité est que les joueurs débutants sont toujours les meilleurs joueur à affronter, ceux qui rendent vos parties les plus rentables. Ces joueurs, que l'on appelle les "fish" (poissons), un terme certes péjoratif mais tout le monde l'aura été un jour, sont les fondations d'un éco-système sain au poker.

Aussi si vous êtes toujours dans l'attitude de vous plaindre que vous ne pouvez pas jouer contre ce type de joueurs, il est peut-être temps de vous regarder dans une glace, et de vous poser les bonnes questions, et de revenir à l'une de celles de base du poker : savoir anticiper le jeu des adversaires.

Faites connaissance avec M. Micro-Stakes : Nathan "BlackRain79" Williams

Une autre question qui se pose est : existe t-il un "super système" efficace pour dominer ces parties et y gagner ?

D'une certaine façon, oui. Nathan Williams, alias BlackRain79, a joué des millions de mains en micro-stakes, et possède l'un des plus hauts taux de gains de l'histoire du poker en ligne. En 2012, son e-book "Crushing the Microstakes" a aidé des tonnes de joueurs à gravir les échelons. Et il a aussi permis de considérer ces parties d'une toute nouvelle façon.
Si ce livre électronique (en anglais) vous intéresse, vous pouvez toujours l'acquérir ici au prix de 19,95$.

Nâtif de Vancouver au Canada, il vit aujourd’hui le rêve de beaucoup de joueurs de poker : il grinde en Thaïlande et profite de la vie.

Ces prochaines semaines, Williams et PokerListings s’associent pour vous aider à réussir dans ces parties à micro-enjeux, grâce à une série d'articles de stratégie exclusive.

En attendant le premier volet que vous pourrez retrouver sur notre site à partir de la semaine prochaine en rubrique stratégie, PokerListings a interviewé BlackRain79.

A noter que nous organiserons également une session de questions/réponses à partir d'une sélection des meilleures de vos questions, que vous pouvez poser à BlackRain en laissant un commentaire à la fin de cet article.


A ton avis, quelle est la principale raison de ton succès et de ta longévité ?

Je pense que l’essentiel est d’avoir une approche rationnelle du jeu centrée sur le long terme. J’ai des mauvais jours, des mauvaises semaines et même des mauvais mois, comme tout le monde, mais je fais tout pour que cela ne me touche pas trop. Je préfère les utiliser pour me motiver.

crushing the microstakes
Le premier livre (e-book) de stratégie de BlackRain79, est devenu l'une des bibles pour les parties à micro-enjeux.

J’essaye de suivre au mieux les changements du poker en ligne. Par exemple, j’ai arrêté de jouer 24 tables à la fois. En moyenne, je joue sur moins de tables pour accorder plus de temps au choix de jeu et prendre les meilleures décisions.

Et puis je pars toujours du principe que je vais gagner. Je pense que la confiance est vraiment un élément indispensable du succès au poker et dans la vie en général. Bien sûr, c’est assez facile d’être confiant vu mes résultats récents, mais je pense depuis longtemps que lorsque tu t’installes à une table de poker, tu dois non seulement croire, mais également savoir que tu es le meilleur joueur de la table.

Ce n’est pas une question d’égo surdimensionné, il s’agit simplement d’avoir confiance en ses capacités grâce au travail fourni depuis longtemps à la fois à table et en dehors.

Penses-tu qu’il soit encore possible de faire un parcours comme le tien aujourd’hui, ou les micro-stakes ont-elles trop changé ?

Le ratio de victoires que j’arrivais à avoir il y a cinq ans paraît assez utopique aujourd’hui, oui. Les parties sont devenues beaucoup plus serrées pour plusieurs raisons.

Cependant, je pense que si tu es assez déterminé et discipliné, il y a encore beaucoup d’argent à se faire dans le poker. D’autant que les rakebacks se sont plutôt améliorés ces dernières années.

A quoi ressemble ton emploi du temps ? Comment ton ratio de victoires a-t-il évolué ces dernières années ?

Je suis beaucoup plus matinal qu’avant, en particulier depuis que je suis en Asie car c’est à ce moment-là qu’on trouve les meilleures parties.

Donc en général, je me lève assez tôt et je joue deux ou trois heures le matin. Ensuite, soit je fais une autre session l’après-midi, soit je profite de ma journée.

Est-ce que tu as dû modifier ton style de jeu pour continuer à gagner de l’argent ?

Oui, mon style de jeu a vraiment évolué avec le temps. Avant, il suffisait de jouer très serré et de faire du set-mining pour arriver à gagner, mais ce n’est plus le cas.

Donc je suis passé d’un joueur serré à un joueur TAG (serré agressif), SLAG (semi-large agressif), voire LAG (large agressif) selon les conditions.

Que conseillerais-tu à un joueur qui découvre les micro-stakes pour progresser ?

Je pense qu’il faut travailler à la fois la théorie et la pratique. Quand j’ai commencé, il n’y avait pas énormément de contenu théorique disponible. Les sites d’entraînement n’existaient pas et la plupart des livres étaient soit obsolètes, soit centrés sur le poker live, il n’y avait pas de coach, les forums venaient de naître, etc. J’ai dû apprendre sur le tas.

Tout a beaucoup changé aujourd’hui. Il y a énormément d’informations disponibles et les trackers (PT4/HEM2) sont également bien meilleurs.

Nathan Williams2
Williams : "Tout le monde apprend différemment."

La priorité, c’est évidemment de jouer, mais je pense qu’il faut aussi se pencher sur la théorie pour vraiment devenir un bon joueur.

Après, chacun sa méthode : certains préfèrent tout faire eux-mêmes en analysant les données du tracker, d’autres préfèrent prendre un coach, lire des livres, regarder des vidéos, poster sur des forums... Chacun son truc.

D’après toi, quelle est l’erreur la plus courante des débutants aux micro-stakes ?

J’ai beaucoup d’expérience aux micro-stakes donc cette question est assez simple. Outre les tilts trop fréquents (de loin le plus gros problème), les débutants ont parfois tendance à trop compliquer les choses, surtout aux plus petites mises.

Les gens ont souvent tendance à faire beaucoup trop de choses que leurs adversaires ne comprennent pas, et qu’ils ne comprennent bien souvent pas eux-mêmes. Il faut toujours aller au plus simple, surtout aux mises les plus basses.

Tu vis en Thaïlande depuis deux ans, une expatriation à laquelle beaucoup de joueurs ont pensé. Avec le recul, que penses-tu de cette décision ? Que conseillerais-tu à un joueur qui envisagerait de faire la même chose ?

Pour moi, c’était la bonne décision. Rien ne me retenait à ce moment de ma vie. La vie en Thaïlande a énormément de bons côtés : le climat, le coût de la vie, les gens, les plages, la cuisine, etc.

Et puis il y a énormément de joueurs en ligne ici, probablement plus que n’importe où ailleurs.

Cela dit, je ne pense pas que la Thaïlande soit faite pour tout le monde. C’est un pays très très différent et il faut savoir être patient. Les choses ne se passent pas toujours de manière aussi carrée qu’en Occident. La barrière de la langue est parfois un peu difficile à supporter, surtout si tu vis en dehors des grandes villes et/ou des endroits touristiques.

Nathan Williams Thailand
"Il y a plus de bons que de mauvais côté à vivre en Thaïlande."

Mais globalement, il y a plus de bons côtés que de mauvais. Pour ceux qui veulent découvrir ce pays, je vous conseille vivement de venir y passer des vacances.

Est-ce que les micro-stakes suffisent pour bien vivre en Thaïlande ?

Oui, vous pouvez très bien vivre ici en jouant uniquement aux micro-stakes (plein de gens le font), mais ne vous attendez pas à avoir un train de vie de millionnaire ou de vivre dans une villa avec vue sur la plage.

Une personne seule peut vivre avec 600$ par mois ici, en vivant dans un petit appartement et en mangeant thaïlandais. Ceci dit, la plupart des gens préféreront sûrement gagner un peu plus que cela.

Ce qui est sûr, c’est que le coût de la vie est bien moins élevé ici que dans beaucoup d’autres pays du monde.

Ton premier livre, Crushing the Microstakes, s’est imposé comme la référence dans le domaine, d’ailleurs il a été traduit en russe et en espagnol ! Qu’est-ce que ça te fait d’avoir écrit le Super/System des microstakes ? Il y a une suite en préparation ?

Merci. J’avoue que je suis encore abasourdi par le succès du livre. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre quand il est sorti.

Je flippais même pas mal, parce qu’il y avait peut-être une dizaine de personnes qui commentaient sur mon blog et qui m’avaient promis qu’ils l’achèteraient. Et puis à l’époque, j’avais quelques détracteurs assez virulents qui ne se gênaient pas pour répéter à l’envi que ce serait un bide. D’ailleurs ils se font assez discrets depuis quelques années.

Je suis très heureux que Crushing the Microstakes ait aidé autant de gens à progresser, surtout que ça a été très facile pour moi de l’écrire, tellement j’ai joué de mains à ce niveau-là.

La suite est beaucoup plus difficile à écrire. Elle couvre le “haut” des micro-stakes (NL25-NL100), ces parties sont très différentes des parties inférieures. Les joueurs réguliers sont bien meilleurs et il y a beaucoup moins de fish.

Nathan Williams 8
"Je suis heureux que Crushing the Microstakes ait pu aider tant de gens."

Du coup, le livre est beaucoup plus poussé et je pense qu’il sera deux fois plus long que Crushing the Microstakes. J’ai eu pas mal de hauts et de bas pendant l’écriture de ce livre, mais je pense que j’aurai bientôt terminé.

Quant à son succès potentiel, je n’en ai aucune idée. Mais au moins cette fois je sais déjà que beaucoup de gens vont l’acheter à sa sortie. Mais grâce à Crushing the Microstakes, je sais que le succès d’un livre à long terme est basé sur le bouche-à-oreille, et donc sur la qualité du livre.

C’est souvent comme ça que ça se passe avec les livres de poker. Donc il marchera si je fais du bon boulot.

Est-ce que tu veux ajouter quelque chose à propos du livre ? Quelque chose qui pourrait peut-être étonner nos lecteurs ?

Il n’y a toujours pas beaucoup de mathématiques ! Plus sérieusement, j’essaye vraiment de ne pas tomber dans ce travers qui consiste à écrire des thèses de mathématiques sous couvert de livre de poker. Je pense que cela ne correspond pas à la réalité du jeu.

C’est d’autant plus vrai aux micro-stakes, où une stratégie basée sur l’exploitation est beaucoup plus efficace face à la grande majorité des adversaires.

Si tu pouvais recommencer à zéro ton parcours, qu’est-ce que tu ferais différemment ?

Honnêtement, je ne changerais pas grand chose. Mon objectif n’a jamais été de jouer en high stakes.

Je suis très heureux de ce que j’ai accompli et de ce que m’a apporté le poker.

 

Derniers Blog Posts »