Bio joueur : Cyndy Violette

violette2

Née le 19 août 1959 dans le Queens à New York, c'est en famille que Cyndy Violette a commencé à jouer aux cartes étant petite.

Au début des années 80, alors en congé maternité de son emploi de croupière de blackjack au Horseshoe Casino, Cyndy et son mari décident d’aller tester le buffet du Silver Slipper, où la sœur de Cyndy exercait en tant que croupière.
Cette nuit, la jeune femme joue au poker pour la première fois dans une partie de Stud à 1$/3$. « Je n’oublierai jamais. Une joueuse à la table était dingue contre moi. Je remportais toutes les mains alors que je n’avais aucune idée de ce que je faisais. »

Peu de temps après, Cyndy joue pour la première fois au Hold’em dans une partie à 1$/4$ du Holiday Casino.
De croupière de blackjack elle devint alors finalement croupière de poker au Four Queens, de l’autre côté de la route du Horseshoe à Fremont. Elle distribua d’ailleurs même les cartes pour le feu tournoi Jack Strauss’ au Frontier.

En 1984, Violette participe à l’Amarillo Slim's Super Bowl of Poker à Lake Tahoe. A propos de cette période elle raconte : « Je me débrouillais suffisamment bien pour finir par décider que je pouvais devenir professionnelle, et ne jamais plus me soucier d’avoir un autre boulot normal après ça. »
Son mari, lui, n’était pas vraiment intéressé par le poker. « Il aimait pêcher. Alors nous avons trouvé un compromis, en allant à Laughlin. Il pouvait aller pêcher, et moi jouer au poker. »

Cyndy Violette admet avoir eu une période où elle eut un sérieux faible pour le regretté Stu Ungar, même si rien ne s’est jamais passé. « Il était marié à cette époque. C’était un si grand joueur, et moi j’étais… cette jeune fille. Mais nous étions juste amis et il avait l’habitude de me laisser le regarder jouer. J’ai vraiment aimé son énergie et son charisme. »

Cyndy possède une maison à quelques vingt minutes des casinos d’Atlantic City, mais passe beaucoup de temps à Las Vegas.
Pour ses parties de poker itinérantes, elle affectionne les parties de Stud à 75$/150$, bien que les week-ends elle joue aussi souvent aux niveau 400$/800$. Lorsqu’elle est dans le New Jersey, elle joue plutôt au Taj Mahal ou dans une autre salle de cartes d’Atlantic City, trois ou quatre nuits par semaine, les vendredis, samedis, dimanches et lundis. « S’il y a du monde dans les parages… ».

Violette a son opinion sur ce dont un joueur a besoin au niveau professionnel. « N’importe qui envisageant de devenir pro doit jouer régulièrement à un niveau 30$/60$, ou plus haut. Après tout dépend du genre de style de vie auquel vous aspirez. »

Cyndy se consacrait aux parties d’argent plutôt qu’aux tournois, avant qu’elle ne remporte un titre des World Series of Poker en 2004 (dans l’Event de Seven Card Stud Hi-Lo Split à 2 000 $). « Une chose que j’avais toujours voulue et que je n’avais pas, était un bracelet des World Series. J’ai alors décidé que ça allait être l’année où j’allais faire un gros effort pour en attraper un. »

Depuis, Cyndy a continué de faire belle figure aux WSOP, manquant de réussir la passe de deux l’année suivante en ayant échoué en heads-up du No-Limit Hold'em 2 000 $ à plus de 1400 joueurs face à Erik Seidel, pour son plus gros gain en tournois à ce jour (295 970 $). Elle est aujourd’hui (en 2011) titulaire de 29 places payées, dont 10 tables finales.

Mais ce succès n’était pas sa première grande victoire. En 1985 elle remporta aussi le premier prix de 75 000 $ dans le Championnat de Stud-7 du Golden Nugget's Grand Prix of Poker, un résultat alors marquant à plus d’un titre : « Ma victoire au Nugget était le plus gros gain jamais enregistré pour une femme dans un tournoi à cette époque. »


Divers et anedotes

    * Suit un régime macrobiotique végétarien strict
    * A conduit le projet d’ouverture d’un café-librairie végétarien à Las Vegas
    * A craqué sur Stu Ungar
    * A été mariée deux fois, une fille
    * Partage la vie du joueur de poker Mike Wattel
    * A remporté des fortunes en cash games
    * Détentrice d’un bracelet WSOP

Derniers Blog Posts »