Michael Tureniec réchauffe l’EPT Copenhague

MichaelTureniec
Jack Bauer reprend du service ?

Le Suédois Michael Tureniec a remporté le relevé EPT Copenhague en dominant son compatriote Per Linde lors du tête-à-tête final. Le joueur nordique ajoute près de 500 000 euros à une bankroll déjà bien fournie. Les français n'auront quant à eux guère brillé.

On décrit l’EPT Copenhague comme l’une des étapes les plus difficiles du circuit européen. Avec un field composé d’une armée de joueurs scandinaves ultra-agressifs, mieux vaut en effet jouer son meilleur poker pour faire une performance dans la capitale danoise.

Pas étonnant donc que le tournoi ait sacré un joueur confirmé et respecté sur le circuit : il s’agit en l’occurrence du Suédois Michael Tureniec, déjà deuxième de l’EPT Londres en 2008.
Cet excellent technicien, coutumier des gros deep runs, empoche 496 271 euros après être venu à bout d’un field de 449 joueurs.

L’ancien finaliste du Partouche Poker Tour devance son compatriote Per Linde, qui possédait pourtant plus du tiers des jetons du tournoi au début de la table finale, à l’issue d’un heads-up éprouvant (3h de jeu).
Tureniec a dû éliminer quatre joueurs lors des derniers paliers pour remonter son tapis et finalement s’imposer face à la machine Linde, qui doit se contenter de 328 612 euros.

Les Français se font tous petits

Au sein d’une table finale composée de joueurs ayant quasiment tous fait leurs preuves sur le circuit, on note également la 3ème place du régulier mais méconnu américain John Eames (plus d’1 millions de dollars de gains en tournoi) pour 187 778 euros, et la 9ème place du Finlandais Juha Helppi (39 755 euros).

Les Français, peu nombreux au départ de cet EPT (12 joueurs tricolores inscrits), n’ont pas brillé : seul Pierre Genot, qui avait gagné un package sur Pokerstars pour un investissement de... 15 euros, a atteint les places payées (42ème pour 8718 euros).

Les Bleus auront l’occasion de se rattraper lors de la prochaine étape, l’EPT Snowfest, qui débute le 20 mars prochain à Saalbach/Hinterglemm, au cœur des Alpes autrichiennes.


Maxime Arnou

 

Derniers Blog Posts »