EPT Prague - Le soufflé retombe

Glamor Shot
Salvatore Bonavena remporte l'EPT Prague

Tout va très vite en poker. Bevand et Lacay, bien placés et qui nourrissaient de beaux espoirs lors du Day 3, ont pu le vérifier à leur dépends, en échouant finalement loin de la table finale.

Si Ludovic Lacay est un habitué des places payées dans les EPT, pour Manuel Bevand il s'agissait d'une première. Et fort d'une bonne place dans le chip count en fin de Day 2, chacun comptait bien ne pas en rester là.
Malheureusement tout sera allé très vite pour les deux membres de la Team Winamax. A commencer par le mauvais coton filé par Ludovic Lacay, qui perdit l'intégralité de son stack sur une succession de coups sans grande réussite. Le premier le vit se séparer de plus de la moitié de ses jetons lorsque Cuts trouva sa double paire faisant par la même... la double paire supérieure à son adversaire.
La cauchemardesque désillusion continua lorsque les relances fusèrent entre trois joueurs -dont Lacay - et qui finirent tous par aller à tapis. Cuts détenait la meilleure main avec KK face aux 99 et JJ adverses, mais la paire de valets trouva son brelan pour asséner un second coup terrible au français.
Lacay poussa ses derniers jetons avec un honorable A8 assortis, mais quand rien ne va... , ce fut le KJ assortis adverse qui trouva sa couleur.

Une affaire pliée en deux heures pour une élimination rapide en 22ème place, aussi décevante qu'inattendue.

Manuel Bevand n'aura malheureusement guère pu faire mieux, en s'inclinant en 19ème position.
ManuB perdit un premier gros pot face à un brelan de 8 adverse bien camouflé, dix en mains sur un flop KT8xK, avant de « boîter » en position avec 6T assortis, payé par un KJ assortis qui aura tenu en l'état jusqu'à la river.

Même s'ils n'auront pas grand chose à se reprocher, les deux français peuvent nourrir quelques regrets légitimes, d'autant plus au vu du faible niveau de jeu affiché durant la table finale.
De celle-ci c'est tout de même Salvatore Bonavena, chip leader à son entrée, qui parvint à avoir le plus de réussite pour s'adjuger la victoire (774 000 €), apportant par la même le premier titre EPT de l'histoire pour son pays, l'Italie.

Les français payés :

19- Manuel Bevand (13 800 €)

22- Ludovic Lacay (13 800 €)

34 - Martial Blangenwitsch (9 700 €)

 

Derniers Blog Posts »