Etude de Main : McCormick fait jouer sa folie (et son ivresse)

Martin McCormick
Martin McCormick, un sacré personnage, et courageux.

Peu de joueurs de poker peuvent se targuer d’avoir autant de fans que de personnes qui les détestent. C’est le cas de l’amateur écossais Martin McCormick.

McCormick s’est qualifié pour le Main Event du PCA en début d’année grâce à un satellite à 27$. Un peu plus tard, il se retrouvait donc en table télévisée lors des Jours 4 et 5, en compagnie de certains des meilleurs.

Sa tchatche outrageante lui aura conféré beaucoup de fans, mais aussi pas mal d’ennemis.
Mais ce qui fut le plus impressionnant, est avec quel courage il a joué.

Cette semaine nous avons donc choisi de jeter un œil à un bluff incroyable qui lui aura instantanément fait connaître la célébrité au sein de la communauté du poker.

Du Flop à la River

Dans cette main, nous en sommes au stade le plus crucial de ce tournoi principal du PCA 2016 donc. Il reste 23 joueurs (sur 928) et tout le monde est assuré de repartir avec au moins 27 860$.
Et à présent, le premier prix de 728 000$ semble à portée.

Les blindes sont à 12 000/24 000/2 000, et McCormick est le premier à parler avec un tapis de 639 000 jetons (26 BB).

Il relance à 52 000. L’action est couchée jusqu’au pro chevronné Toby Lewis (718 000 jetons / 30BB) au bouton, qui suit.
Les blindes se couchent et nous avons 158 000 jetons au pot. Les tapis effectifs sont de 587 000 jetons.

Le flop :      

McCormick mise 60 000, et Lewis paie à nouveau. Il y a à présent 258 000 dans le pot, avec des stacks effectifs de 527 000.
La turn est le  

McCormick et Lewis s’échangent quelques mots. Le premier raconte notamment qu’il est « bourré et écossais. » Et aussi que Lewis ne peut avoir une paire de rois « parce que c’est ce que j’ai. »

McCormick mise 75 000 et Lewis suit encore. Le pot fait maintenant 408 000, tandis que les tapis sont descendus à quelques 452 000.
La river est la  

McCormick réfléchit durant quelques secondes, et part à tapis pour ses 452 000, plongeant Lewis dans la réflexion. Il lui faut en fait 4 minutes pour prendre sa décision.
Durant tout ce temps, McCormick n'arrête pas de lui dure qu'il ne ment pas, et qu'il lui montrera d'ailleurs sa main dans tous les cas.

Lewis finit par décider de se coucher, sans montrer sa main.
Comme il l'avait promis, McCormick montre lui la sienne, mais ce n'est pas une paire de rois. C'est    
Ce que beaucoup appelleraient "total air", rien, nada.

Vous pouvez revivre ce coup en vidéo :

Analyse

McCormick a risqué sa vie dans le tournoi sur cette main. Alors s'agissait-il d'un bluff brillant en triple-barrel, ou plutôt juste d'un coup de folie ?

Pré-flop, McCormick effectue une relance plutôt large en premier de parole. A-3 est une main souvent dominée si elle trouve de la résistance.

Martin McCormick
Brillant ou fou ?

D'un autre côté, elle semble plus forte que ce à quoi elle ressemble vu qu'il est le premier à parler.
Un fait que l'Ecossais pourrait utiliser à son avantage lors des prochains tours dans cette main.

Le call de Lewis au flop semble vouloir dire qu'il a une bonne main, bien que pas forcément excellente. K-J, Q-T ou même T-9 sont des mains raisonnables pour que Lewis s'engage dans le coup.

Le pro peut aussi penser qu'il est en mesure de dominer son adversaire amateur dans le jeu à un certain moment, même s'il ne touche rien au flop.

McCormick doit miser

Le flop K Q 4 touche l'éventail de chacun des deux joueurs. McCormick doit bien sûr effectuer une mise de continuation. Il a représenté un gros éventail en relançant en premier de parole, qui inclut A-K, A-Q, ou même K-K ou Q-Q. Il doit donc miser dans 100% des cas ici.

Lorsque Lewis paie, il devient clair qu'il possède quelque chose. Des mains pré-flop possibles telles que 7-7 se coucheraient certainement ici, vu qu'elles seraient loin derrière l'éventail de McCormick.

Toby Lewis
Un visage qui en dit long.

Cela rend le move de McCormick à la turn encore plus intéressant. Le T est plus ou moins une brique. Cette carte ne change pas grand chose au tableau, sauf pour une main telle que A J qui aurait amélioré pour une quinte.

Il semble toujours que Lewis ait quelque chose sur ce tableau, mais il sera rarement très fort ici. Il y a beaucoup de mains dans son éventail qui peuvent facilement payer au flop, mais qui n'iront pas jusqu'au bout et l'abattage.

Parmi ces mains, on trouve par exemple un roi faible, une paire avec un gros pique, un tirage par le ventre et tous les floats.

Avant que McCormick ne tire sa prochaine cartouche, il prend beaucoup de temps. Il essaie en fait de décider s'il est prêt à aller jusqu'au bout à la river.
Tout ce qu'il a n'est qu'un tirage ventral, pour une main qui serait toujours bien loin du jeu max.

Aucune chance qu'il double-floate

Quand Lewis paie à nouveau, McCormick sait qu'il ne va pas se débarrasser du joueur anglais facilement. Il n'y a aucune chance pour que celui-ci fasse un double-floating. Cela n'aurait aucun sens.

Martin McCormick
Que peut-il avoir ?

La Q à la river est une bonne carte étant donné qu'il est à peu près sûr que Lewis aurait sur-relancé avec les rois ou les dames pré-flop. L'Ecossais en revanche, a toujours ces deux mains dans son éventail.

Il se ressaisit rapidement et fait all-in, poursuivant le plan qu'il avait élaboré à la turn. Si la river avait été un autre pique, McCormick aurait pu appuyer sèchement sur la pédale de frein à la place.

Pas eu l'information dont il avait besoin

Du point de vue de Lewis, son adversaire peut avoir plusieurs mains fortes incluant des couleurs et des full. La seule chose sur laquelle nous pouvons spéculer, est la main de Lewis pour qu'il doive réfléchir quatre minutes avant de se décider à la coucher.

La raison principale du fold est peut-être qu'il ne s'attendait pas à ce qu'un amateur réalise un tel bluff énorme.

Le scénario le plus probable est un roi dans la main de Lewis. Il a bien réussi à interagir avec McCormick, mais n'aura pas vraiment réussi à obtenir l'information dont il avait besoin.

Au bout du compte, il ne voulait probablement pas prendre la mauvaise décision, et perdre quasiment tout son stack (vu qu'il ne couvrait son adversaire que de 4 blindes voire un peu moins).

Conclusion

Martin McCormick a risqué sa vie dans le tournoi et s'est trouvé récompensé en gonflant son tapis de 33%.

Pour la petite histoire, bien que cette main soit désormais devenue un classique, McCormick aura gagné la bataille mais c'est Lewis qui aura gagné la guerre.
McCormick aura fini 11è pour un prix de 51 260$, son premier gain dans un tournoi live. Lewis aura pour sa part terminé 4è pour 267 340$.
C'est le Canadien Mike Watson qui aura remporté le tournoi.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire