L’Epic Poker League en faillite

Epic Poker logo on table

L'ambitieuse et "select" Epic Poker League bat de l'aile. Son Président Exécutif Jeffrey Pollack vient d'annoncer sa mise en faillite.

C’est le Président Exécutif de Federated Sports + Gaming, Jeffrey Pollack, qui l’a annoncé sur le site web de la compagnie cette semaine. Le Heartland Poker Tour et le Global Poker Index font également partie de l'annonce déposée.

« Ce n’est pas facile à annoncer » a-t-il précisé. « Notre société a besoin d’un nouveau départ. »

Pollack a poursuivi en disant qu’ils avaient tout de même l’intention de conclure la Saison 1, sans pouvoir être sûr de quand l’Event 4 et le Championnat de la Saison 1 se tiendraient. Ce championnat était prévu pour être un « freeroll » à 27 joueurs et 1 million de dollars.

L’Epic Poker League était l’un des rares tours de poker à nécessiter d’être membre pour y participer, limitant son accès à certains des meilleurs joueurs ou les plus connus de par le monde.
La League ajoutait aussi un montant significatif en argent pour chacune de ses épreuves.

Cette nouvelle entité se voulait en tout cas devenir l’un des nouveaux grands rendez-vous sur la planète poker. Mais il n’aura jusqu’à présent jamais réussi à susciter l’adhésion du public.

Depuis le début de l’année, l’Epic Poker League avait attribué pas moins de 7 millions de dollars, et couronné des champions tels que Chino Rheem (sous fond de polémique en raison de dettes non remboursées), Mike ‘Timex’ McDonald (au cours d’une deuxième édition à nouveau entachée par une affaire, celle d'un joueur refusé pour antécédent de délit sexuel), et plus récemment Chris Klodnicki.

jeffrey pollack 32144
Jeffrey Pollack

Mais la commissaire déléguée Annie Duke est convaincue que cette banqueroute ne signifie pas pour autant la fin d’Epic Poker.

« Il ne s’agit pas d’une liquidation, et ce n’est pas la fin de l’Epic Poker League. », a-t-elle à son tour confié aux membres de l’Epic.

Une manière de rassurer les nombreux professionnels qualifiés sur les promesses qui leur auront été faites par rapport à cette compétition ?

Epic Poker n’a pas été épargné par les critiques, avec parmi ses plus farouches détracteurs Daniel Negreanu (connu pour ne pas être très ami avec Duke). Le champion canadien avait notamment déclaré qu’il ne pensait pas que le modèle de l’EPL était durable sans le soutien d’une salle de poker en ligne.

Il s’agit en tout cas d’une nouvelle petite tempête au sein du clan d’Annie Duke, dont le frère n’est pour rappel autre que la sœur d’Howard Lederer, actuellement empêtré jusqu’au cou dans l’affaire Full Tilt.
Et Daniel Negreanu d’en twitter : « Avec un monde du poker sans Howard et Annie, on est de plus proche du paradis. »

 

Derniers Blog Posts »