Faraz Jaka : Le millionnaire SDF

faraz jaka CNN money
Faraz Jaka

Les choix de vie de certains joueurs de poker sont parfois inattendus. C'est notamment le cas de l'Américain Faraz Jaka, millionnaire et sans domicile fixe.

Jaka était la semaine dernière à l'honneur de l'émission CNN Money, à qui il confiait ne pas avoir de chez lui, voyageant au gré des tournois et de ses envies, avec pour tous bagages une valise et un sac-à-dos.

Voici la retranscription de son interview :


« Je m'appelle Faraz Jaka, je suis joueur de poker professionnel. J'ai deux titres à mon palmarès, un titre de Joueur de l'Année, et 11 tables finales. J'ai gagné 8 millions de dollars. Et je suis sans domicile.

L'an dernier, j'ai joué 102 tournois de poker partout à travers le monde. Je suis allé dans 47 villes, de 13 pays différents, et j'ai pris 52 fois l'avion.

J'ai en fait réalisé que la seule façon de profiter de tous ces endroits était de me débarasser de mon "chez moi", et de simplement rester partout où j'allais.

Je voyage avec seulement deux bagages, un sac-à-dos et un sac à costume.

J'étais sur un tournoi en Italie, et j'ai rencontré du monde de Suisse, qui m'ont invité à rester chez eux. Du coup la semaine d'après j'étais chez des inconnus à dormir sur leur canapé.

J'ai commencé à être accro à ce genre d'expérience. Beaucoup ont tendance à s'enfermer dans leur bulle, particulièrement les gens qui ont du succès.

Quand vous restez tout le temps dans des hôtels de luxe, vous n'expérimentez pas réellement la culture locale, vous commencez à perdre le contact avec la réalité, et votre vie de tous les jours.

Je suis allé dans un monastère bouddhiste en Thaïlande, et me suis enfermé dans une retraite silencieuse où je n'ai pas parlé pendant 10 jours. Nous avons littéralement médité pendant 14 ou 15 heures par jour, et cela aura été les 10 plus beaux jours de ma vie.
Même depuis cette expérience, je médite parfois avant les tournois, ou pendant les pauses. Les gens me verront parfois faire des marches de méditation sur le parking, se montrant très intrigués avant que je ne leur explique.

Une autre chose que j'ai apprise de mes voyages est comment se libérer de tout. J'ai commencé à me débarasser de tout ce que j'avais dans mes sacs. Cela n'avait pas d'importance, je n'ai rien changé, en fait j'ai juste rendu les choses meilleures.
Beaucoup de gens courent après ces choses à court terme, une plus belle voiture, ou un meilleur fauteuil pour jouer. Et quand ils ont ces choses, cela ne les rend en fait pas plus heureux.

Le vrai bonheur vient de la conscience, et d'avoir un vrai but. »


L'interview originale de CNN en vidéo (en anglais) :

Derniers Blog Posts »