Bio joueur : Freddy Deeb

Kassem

S'il n'y avait pas eu la guerre civile au Liban, Kassem "Freddy" Deeb serait peut-être aujourd'hui chez lui, à travailler en tant qu'ingénieur en mécanique, et à simplement jouer quelques parties de cartes au salon entre amis.

Le destin en aura décidé autrement. Au lieu de ça, Deeb est aujourd'hui considéré comme l'un des meilleurs joueurs de poker.

Deeb est né le 27 novembre 1955 à Beyrouth au Liban. Durant les vacances, sa très proche famille avait pour habitude de se réunir et de passer du temps à jouer, notamment au poker. Et Freddy (Kaseem de son vrai prénom) y tira rapidement son épingle du jeu. Enfant déjà, il faisait montre d'un esprit de compétition développé.

Malgré le malaise et l'agitation politique qui allaient survenir au Liban quelque temps plus tard, Deeb se souvient de ses jeunes années comme d'une période de calme et tranquillité, au sein d'une communauté familiale où les enfants jouaient dehors avec tous les autres, sans jamais être tombés dans la drogue ou l'alcool.

A 19 ans Deeb est cependant en quête d'études supérieures, et décide de partir à l'Ouest pour s'inscrire dans un programme d'ingénierie mécanique à l'Université d'Etat de l'Utah. Mais c'est alors qu'il y étudie que la guerre éclate au Liban, le coupant du contact - et des fonds - de ses parents pendant deux ans.

A court d'argent, Deeb est forcé de quitter l'école à seulement quelques crédits du diplôme. Avec l'expiration de son visa étudiant qui ne lui permettait plus de travailler aux Etats-Unis, Freddy était même dans la panade la plus totale. Avec peu d'options sous la main, il se rend alors au Nevada.

A l'école Freddy avait déjà un peu joué au poker, ce qui lui avait permis de se faire suffisamment d'argent pour se créer une modeste bankroll à Reno.
Quelques parties à faibles enjeux pour se forger une confiance et grossir son bagage, se transformèrent vite en une véritable évolution de carrière pour l'affable petit homme qui n'avait encore jamais travaillé nulle part ailleurs qu'à une table de poker.

Installé à Reno mais ayant fréquenté les casinos à travers les Etats-Unis, Deeb a développé un style de jeu propre mixant l'agression à une approche psychologie de la table. Freedy a un certain don pour lire ses adversaires, et jouer les gens tout autant que leurs cartes lui aura souvent apporté le succès.

Aujourd'hui Deeb définit son style comme étant agressif et varié. « Je peux jouer très fantasque ou très serré ; tout dépend de la table » confessa t-il à PokerListings.com aux WSOP 2006. « Je m'adapte aux gens qui jouent en face de moi. »

C'est une approche qui a en tout cas bien fonctionné pendant plus de 30 ans, lui ayant permis de glaner des millions de dollars en gains et un bracelet des World Series of Poker.

Le premier cash de Deeb dans les WSOP ? En 1990, lorsqu'il se classa second dans l'épreuve de No-Limit Hold'em à 2 500 $ et empocha 130 000 $. Bien qu'il entra souvent dans l'argent et même jusqu'en tables finales dans d'autres épreuves ultérieures des WSOP, le bracelet en or échappa à Deeb jusqu'en 1996. Cette année-là il remporte le 2-7 Draw à 5 000 $, en empochant 146 250 $.

En dehors du Main Event, Deeb dit d'ailleurs du 2-7 Draw qu'il est son tournoi favori aux World Series. Et ce pour une bonne raison : il manqua de peu un deuxième bracelet dans cette épreuve lors des WSOP 2001, avec une deuxième place obtenue (pour 92 000 $) cette fois.

En 2002 Deeb parvient en table finale du No-Limit Hold'em à 10 000 $ au World Poker Tour's Five Diamond World Poker Classic. Après avoir été dominé par Gus Hansen et John Juanda, il y termina 3ème pour un gain d'environ 140 000 $.

L'année suivante, Deeb participe au L.A. Poker Classic pour une victoire dans un Event de No Limit Hold'em à 1500$.
Toujours en 2003 il réussit une belle 13ème place dans le Main Event des World Series (remporté par Chris Moneymaker), non sans avoir au préalable pris quelques jetons à Phil Ivey, et même gagné quelques compliments sur sa tenue. Vêtu d'un haut à manches courtes aux motifs brillants, Freedy s'adjugea un pot chanceux, ce qui fit Ivey commenter l'affaire par un « Ca doit être le tee-shirt ».

A Festa al Lago II en 2004, Deeb remporte 154 204 $ pour sa première place dans l'épreuve de No-Limit Hold'em à 2 000 $. Un résultat bientôt mis sous l'éteignoir par un premier record de sa plus grosse place payée, 1 million de $ dans l'Ultimate Poker Classic de Palm Beach en 2005.

Aujourd'hui Deeb continue d'ajouter à son palmarès de nombreuses places payées dans les World Series, ainsi que dans les WPT notamment.
En points d'orgue de ces résultats réguliers, Deeb a ajouté deux grosses performances à son tableau de chasse ces dernières années. A commencer par un retentissant exploit lors des WSOP 2007, en triomphant dans le prestigieux tournoi de HORSE à 50 000 $. Sa victoire en heads-up face au français Bruno Fitoussi lui aura permis de repartir avec son plus gros gain à ce jour, 2 276 832 $, sans oublier une reconnaissance éternelle pour ce nouveau bracelet (et pas des moindres).
Deeb a également ajouté un titre WPT à son escarcelle, en remportant le WPT Celebrity Invitational de 2009.

Depuis on aura encore pu noter en vrac une table finale aux WSOP 2009, une 4ème place au WPT Festa al Lago à 15000$, une 2ème place au France Poker Tour 2010 derrière le français Valentin Messina, une 12ème place à l'EPT de Deauville, une victoire dans le High Roller du WPT Rendez-vous à Paris (et une 3ème dans celui de Londres quelques mois plus tard), ou enfin une honorable 30ème place dans le Main Event des WSOP Europe.
Ses gains en tournois s'élèvent à fin 2010 à plus de 7 millions de dollars.

« Il est définitivement l'un des meilleurs joueurs du monde » a déclaré le champion des World Series 2000 Chris "Jesus" Ferguson après avoir rencontré Deeb au cours d'une partie acharnée.

Pour des performances optimales en tournois, Freddy fait de l'exercice, s'assure de faire de bonnes nuits de huit heures, mange sainement, en y ajoutant... beaucoup de sexe.

En dehors des tables de poker, Deeb est marié et père de quatre enfants. Il aime nager, skier, le football et le vélo.

Divers et anecdotes

* A commencé à jouer au poker en professionnel parce qu'il ne pouvait ni travailler aux Etats-Unis ni se permettre de terminer son cursus universitaire
* Eli Elezra est un de ses bons amis
* Détenteur de deux bracelets des WSOP dont celui du HORSE en 2007.

Derniers Blog Posts »