Full Tilt recrute déjà

ftp5

Une nouvelle demande de licence auprès de l'AGCC et des offres d'emploi urgentes : les choses s'animent autour de Full Tilt Poker...

Si l'on s'en réfère à la série d'offres d'emploi postée sur un important site de recrutement irlandais, la compagnie-mère de Full Tilt recrute à nouveau, avec un "besoin urgent" d'un certain nombre de spécialistes.

Publiées le 4 mars sur Jobs.ie, sous bannière Pocket Kings, les positions ouvertes concernent des postes de "Spécialistes locaux" et de "Représentants Service client" dans différentes langues.

D'une durée de 2 à 3 mois ("pouvant déboucher sur du long terme"), les reponsabilités couvrent notamment les campagnes marketing tant online qu'hors ligne, ou des projets IT (et notamment des tâches de traduction).

De bonnes connaissances du poker et une passion pour le jeu sont requises, ainsi qu'une expérience dans le secteur en tant que plus.

Les besoins concernent la France mais aussi l'Allemagne, la Russie, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, les Pays-Bas, la Hongrie, la Roumanie, la Pologne, la Suède, le Danemark, la République Tchèque. Tous les postes sont basés à Dublin.

Autant dire que tout ceci laisse clairement augurer d'un possible futur relancement complet de Full Tilt à travers l'Europe, confirmant les récentes rumeurs ayant accompagnées la présence de Laurent Tapie dans la capitale irlandaise.
L'avocat du Groupe Bernard Tapie et de facto principal contact des médias Behn Dayanim s'était abstenu de tout commentaire depuis.


Une nouvelle demande de licence formulée

Mais la nouvelle n'est pas la seule allant dans le sens de ces perspectives de réouverture imminente.

Orinic Limited, l'une des sociétés qui composait auparavant Full Tilt Poker, vient de postuler pour l'obtention d'une licence de jeu auprès de l'Alderney Gambling Control Commission, cette même commission qui avait retirée la licence de Full Tilt à l'époque des faits qui avaient conduit à la fermeture de la salle.

Cette demande, rapportée par Pokerfuse.com, est pour une licence de catégorie 2, qui permettrait à Orinic de gérer des fonds relatifs au jeu et de pleinement pouvoir proposer une offre en ligne en la matière.
A noter que la précédente licence détenue par Orinic n'était que de catégorie 1 (n'autorisant pas de gérer des fonds), mais que cette société avait été la seule au sein de la famille Full Tilt a ne pas s'être vue complètement dépouillée de son permis d'exploitation.

Soumise le 23 mars, la demande devrait se voir satisfaite rapidement, les objections pouvant être formulées durant deux semaines.

Orinic s'était à l'origine affiliée à Alderney en janvier 2011, dans le but de pouvoir amener Full Tilt en Suisse.

Derniers Blog Posts »