Global Poker League : Un premier bilan et des changements

GPL actualites

Tandis que les manches estivales (Summer Heat) de la Global Poker League ont pu passer inaperçu durant les WSOP, Alex Dreyfus se projette déjà sur la deuxième partie de saison de sa GPL, qui se terminera finalement en décembre. Il nous explique également les derniers changements, notamment au niveau des dates et du lieu de la finale.

« Nous sommes une petite équipe. Et nous sommes submergés. » Ces mots, ce sont ceux d'Alexandre Dreyfus, le grand patron de la première Global Poker League qui continue de se démener pour le succès de son bébé.

« Nous n'avons pas vraiment eu le temps de nous assoir et de discuter pour améliorer le produit » confiait-il également à PokerListings hier, après l'annonce de changements substantiels pour la deuxième partie de saison.

Les playoffs n'auront en effet finalement pas lieu durant la TwitchCon à San Diego, pas plus que la finale live au stade de Wembley à Londres : Tout se déroulera désormais à Las Vegas. Les matchs ne reprendront également que le 20 septembre au lieu du 18 août.

Les raisons ? Réduire les coûts et privilégier notamment l'Amérique qui représente la plus grosse part de l'audience.

L'espoir est en tout cas toujours là pour faire du produit un succès, produit qui n'aurait atteint que 1% de son potentiel toujours selon le manitou français.

« Nous n'avons pas encore une grosse base de fans »

Le lancement de la GPL au printemps s'est fait à la fois avec de grandes attentes, et un fort scepticisme.

Il est encore tôt pour prédire le bilan définitif et le futur de la compétition. Mais après les deux premiers tiers de sa première saison (première partie de saison puis manches spéciales de l'été à Vegas), on peut déjà dire que la GPL n'a pas encore fait lever les foules tant du côté des gros fans de poker que des simples amateurs, et encore moins du grand public. En tout cas pas autant que cela était attendu ou espéré.

Aaron Paul The Cube
L'acteur Aaron Paul dans le Cube.

Mais à présent que les intrigantes "Summer Heat Series" sont terminés (33 jours de heads-up disputés dans l'arène spéciale et inédite de la GPL, le Cube, en parallèle des WSOP), la compétition est prête pour un nouveau départ.

« Nous avons tout à Las Vegas maintenant » explique Dreyfus, « il est donc plus facile d'organiser la phase finale ici. Et 40% de notre trafic vient des Etats-Unis, c'est aussi important.

Nous avons également décidé de plus mettre l'accent sur l'audience digitale plutôt que live, vu que nous n'avons pas encore une base de fans suffisamment grande. »

A l'origine le Cube devait être acheminé d'abord à San Diego pour la TwitchCon (du 30 septembre au 2 octobre), puis vers Londres. Une opération qui ressemblait à un gros défi logistique. Sans parler du fait que les coûts engendrés pour aller disputer la finale dans un stade sans doute presque vide, ne semblait pas la meilleure idée.

Plutôt également que d'organiser les playoffs lors de cette TwitchCon donc, la GPL y aura son stand d'exhibition.
« Nous aurons un stand et plusieurs joueurs de la GPL, les visiteurs pourront donc jouer contre eux. Nous aurons également notre première boutique où vous pourrez acheter des produits dérivés. »

Des obstacles s'appelant Barcelone ou le Burning Man

L'un des autres changements majeurs se trouve dans la date où le championnat est prévu de redémarrer. A l'origine cela devait être dans à peine une semaine le 18 août, mais la date est repoussée au 20 septembre.

GPL Xuan Liu Dan Cates Alex Dreyfus
Engager les fans et les joueurs est la clé.

Comme la GPL a pu l'apprendre en avril, programmer des matchs de poker en même temps que d'autres grands évènements comme les SCOOP n'aide en rien. Or en ces mois d'août et de septembre, sont programmés l'EPT Barcelone, les WCOOP, et le célèbre festival du Burning Man, populaire notamment auprès de plus en plus de joueurs de poker.

Dans tous les cas la Global Poker League va maintenant chercher à intensifier ses efforts pour impliquer et engager plus de fans et de joueurs de poker.

« Nous voulons une plate-forme centrée sur les fans, avec des outils créatifs pour connecter les joueurs et les spectateurs. Vous ne devez pas seulement être en mesure de les voir jouer, mais aussi de parier sur les matchs, d'acheter des produits dérivés, et même de jouer vous même. »

Pour supporter toute la charge de travail, la GPL va recruter encore selon Dreyfus, à la fois pour les bureaux de Vegas et de Malte. L'équipe d'Amérique du Nord se concentrera sur le contenu et le poker, pendant que les départements techniques et merchandising seront basés en Europe.

Abandonner cette année n'est pas une option

GPL new logo

Malgré les difficultés affichées, Dreyfus n'a aucune intention d'abandonner et d'arrêter de se battre pour que la Global Poker League se fasse sa place dans le monde du poker.

Il est vrai que si vous voulez révolutionner l'industrie du poker, il semble difficile de pouvoir le faire en seulement 3 mois. Et les accrocs au début sont naturels pour une nouvelle entreprise, surtout lorsque l'on veut ici faire plaisir à la fois aux joueurs, aux investisseurs, et au public.

Comme Dreyfus le dit lui-même : « On essaie, on échoue, on ajuste. »

Quoi que les changements engendrent pour le reste de la saison 1, ou quelle que soit la taille de l'audience au cours des prochains mois, le sort de la GPL ne se décidera donc de toute façon pas encore cette année.