WSOP 2011 : Les grands absents

6286 Daniel Negreanu
Le regard des mauvais jours pour Negreanu.

Chaque année les World Series of Poker réservent leur lot de surprises. Mais pas seulement du côté des victoires. Comme dans toute compétition sportive, les grands tournois de poker révèlent aussi leurs déceptions. Petit tour d'horizon sélectif et subjectif sur ceux qu'on a jusque là pas trop vu, à quelques heures du début du Main Event.

A l'international, commençons par l'un des joueurs les plus populaires, Daniel Negreanu. Au vu de ses Series jusque là, difficile de croire qu'il est l'un des meilleurs joueurs du monde.
Ses Series 2010 n'avaient pas été spectaculaires, mais le canadien avait tout de même réussi 4 places payées, pour plus de 100 000 $ de gains.
En 2011, seulement deux cashes sont venus s'ajouter à son palmarès, pour moins de 30 000 $ de gains. A bout de nerfs, il en aura même cassé une paire d'écouteurs, avant d'admettre sur son Twitter que ce n'était pas son été : "Content que les préliminaires des WSOP soient terminés, ça a été un désastre complet. Nouveau départ avec le 50k et le Main Event à venir."

Doyle Brunson
Ca sent l'heure de la retraite pour un Doyle Brunson de plus en plus discret.

Shannon Shorr est ce que l'on peut considérer comme un sacré grinder. Il a à son actif plus de 4 millions de dollars de gains en tournois live, et un pedigree online exceptionnel.
En 2011 pourtant, à lui aussi ses Series sont une catastrophe : 20 buy-in pris, et seulement un cash, pour 4 473 $.
Après 5 cashes l'an dernier (pour 18 depuis 2006), c'est donc bien un joli trou noir.

Du côté d'Allen Cunningham, on ne sourit guère non plus. Elle est loin son année 2006 où il écrasait la concurrence, avec 6 places payées réussies, dont 3 tables finales et un bracelet (pour 4,2 millions de $ de gains). Il avait alors cette année là été désigné Joueur de l'Année des WSOP.
En 2011, un seul cash au compteur, pour 8 191 $.

A noter que si d'autres "monstres" n'auront eux-aussi été auteurs que d'une faible récolte (une seule place payée), celle-ci se sera en revanche montrée plutôt belle, pour Scotty NGuyen (5ème de l'Event 47 pour 53 091 $), Johnny Chan (12ème de l'Event 16 pour 24 043 $), Antonio Esfandiari (7ème de l'Event 45 pour 58 288 $), ou Gus Hansen (3ème de l'Event 2 de Heads-up pour 283 966 $).

kassela
Frank Kassela : Après une année faste, quand on perfe moins l'année d'après, forcément on s'ennuie un peu.

La donne est natuerellement bien pire pour Annette Obrestad. La jeune prodige norvégienne n'aura enregistré aucune place payée jusque là (4 en 2010). Tout comme des noms tels que Patrik Antonius (même si généralement moins présent), Huck Seed (4 places payées dont un bracelet en 2010), Tony G (plus occupé par ses autres affaires) ou encore Doyle Brunson (aucune place payée depuis 2009). A noter que ces deux derniers ont ces derniers jours déclaré qu'il ne participeraient pas au Main Event, en raison de la situation actuelle du poker en ligne aux Etats-Unis.
Ajoutez à cela les absences de Phil Ivey, Chris Ferguson, Howard Lederer (suite au scandale Full Tilt), et les tableaux d'honneur ont parfois semblé manquer de quelques-uns de ces grands noms.

Surprise du côté d'Erik Seidel, qui marchait sur l'eau jusque là en 2011, remportant quasiment tous les tournois High Roller possibles et imaginables (plus de 5,5 millions de dollars de gains en 5 mois !) : quelques bonnes places payées au compteur (4 pour 56 481 $ de gains), mais rien d'exceptionnel, dans la lignée de son début d'année.

Chez les filles, Jennifer Harman, Liv Boeree (4 places payées en 2010) ou encore Sandra Naujoks seront passées complètement inaperçues elles aussi.

Un petit mot enfin sur le Joueur de l'Année des WSOP 2010, Frank Kassela : le bilan n'est pas si mauvais (2 cashes, 22 169 $, dont une 13ème place dans l'Event 13). Mais maigre si l'on se souvient de ses Series de l'an dernier, où il avait placé la barre très haut, avec 6 places payées, 3 tables finales, 2 bracelets, et plus d'1,1 million de dollars de gains. Mais bon, on ne peut pas toujours être en rush !


Des Bleus à l'âme

Côté français, en cette année 2011 qui est d'ores et déjà la meilleure de l'histoire pour le poker tricolore aux WSOP (4 bracelets), rien à se mettre sous la dent cette année pour les Arnaud Mattern, Bruno Fitoussi, Antoine Saout, Thomas Bichon.
WSOP légèrement décevants également jusque là pour Ludovic Lacay (1 place payée, 35ème de l'Event 42 pour 20 699 $ malgré tout).



Place désormais au Main Event, où tous ces joueurs (du moins ceux qui y participeront) auront une chance de sauver leurs Series 2011, et encore mieux.

Derniers Blog Posts »