Guide des débutants au Pot-Limit Omaha - 3ème Partie

Building a Mountain

Troisième et dernière partie de notre guide détaillé pour les débutants en Pot-Limit Omaha. Cette troisième partie traite du jeu post-flop, des cotes, et de comment jouer certaines mains ou tirages spécifiques.



Première partie :
Théories de base, conseils clés et erreurs communes à éviter


Deuxième partie :
Les meilleures mains de départ, et autres réflexions pré-flop



Jeu au flop

Que vous ayez été ou non le relanceur pré-flop fait une grosse différence sur la manière de jouer votre main. Si vous êtes le relanceur et que vous manquez le flop, devriez-vous miser (en d'autres termes faire un continuation bet ou c-bet) ?

Etre le relanceur pré-flop permet d'afficher une main forte et de vous faire respecter par vos adversaires. S'ils ne touchent pas le flop, il sera difficile pour eux de suivre toute mise que vous feriez au flop. Au Hold'em, cela arrive bien plus souvent qu'en Omaha.

Etant donné que vos adversaires peuvent détenir deux possibilités différentes de couleur, en même temps qu'un tirage quinte wrap, il est d'autant plus probable qu'ils doivent toucher une main suffisante au flop pour avoir envie de vous suivre.

Cela ne rend pas le c-betting obsolète, cela vous force juste à être plus sélectif et appliqué.

Par exemple :

Trois joueurs au flop. Vous avez relancé une paire d'as "nus".


Votre main   Le Flop
A A 2 8
  Q J T

Avoir une paire d'as en Hold'em dans cette situation n'est pas le jeu max, mais ce n'est pas non plus totalement une main faible. En Omaha, cependant, vous devriez grandement vous méfier de votre main. C'est ici une bonne situation pour checker le flop et laisser les deux autres joueurs s'affronter entre eux.

Comme établi précédemment, l'Omaha est un jeu de nuts - or à part le 1% de chance du tirage full, vous n'en avez aucune de faire le jeu max. Ce n'est donc pas une main dans laquelle s'investir.

Mais si le flop tombe différemment :


Votre main   Le Flop
A A 2 8   Q 7 3

Ce flop n'est pas le meilleur pour votre main, mais en même temps il n'est pas totalement mauvais. C'est un flop qui mérite d'être misé. Bien que vous n'ayez pas le jeu max, vous avez une main suffisamment forte pour ne pas encore abandonner.

Ne tombez simplement pas trop amoureux de la main ; il n'y a pas de honte à se coucher après avoir relancé.

Deux paires

Flopper deux paires est une situation qui donne des maux de tête à beaucoup de joueurs. En Hold'em, deux paires est une main très forte, tandis qu'en Omaha elle est très vulnérable. A nouveau, en Omaha les pots sont plus couramment gagnés par les quintes et couleurs, pendant qu'ils le sont plus souvent par des paires ou doubles paires au Hold'em.

2925 Naoya Kihara2
Naoya Kihara

Flopper deux paires contre un tirage quinte double-wrap n'a que 35% de chances de remporter le pot. Le potentiel d'avoir plus de 20 outs en Omaha permet aux tirages d'être statistiquement devant les mains faites.

Si quelqu'un envisage de vous suivre après que vous ayez misé avec deux paires, soit il vous bat, soit il a un fort tirage quinte pour finir devant. Dans un jeu de nuts, vous devez laisser tomber les mains marginales, même si elles ont l'air belles au flop.

L'un des pire scénarios est aussi de jouer les deux paires inférieures. Avec les brelans se trouvant être bien plus courant en Omaha, en transformant deux paires basses en full, il est garanti que cela vous coûte votre stack face à un brelan intermédiaire ou brelan max floppé.

Brelans

Si vous suivez le style de jeu recommandé dans cet article et évitez de jouer les petites paires, vous ne devriez pas vous retrouver dans beaucoup de situations face à un brelan supérieur. Si vous étiez le relanceur pré-flop, misez presque toujours au flop si vous touchez un brelan.

Il est rarement mauvais de miser avec le brelan max dans un pot short-handed, même si le tableau semble effrayant. Rappelez-vous qu'à chaque fois que vous flopperez un brelan, vous avez environ 34% de chances d'améliorer vers un full house sur le turn et la river combinés.

Par exemple :

Vous être le relanceur pré-flop.


Votre main   Le Flop
K K 7 6   K J 9

Sur ce tableau, vous avez le brelan max, mais êtes derrière une quinte faite. Avec le tirage quinte sous-jacent, il vous est presque garanti d'avoir de l'action.

Le pire scénario serait de vous retrouver contre un joueur détenant la dame et le dix de pique. Il n'aurait pas seulement la quinte faite et le tirage couleur, mais bloquerait également le 9 Toucher le 9 pour faire votre full lui donnerait une quinte flush.

Même dans ce pire des scénarios, vous êtes juste au-dessus des 33% de chances de gagner le pot. Face à une quinte faite, vous êtes légèrement mieux, et contre une couleur nue, vous êtes proche des 75% de chances de gagner.

Laissez-nous vous mettre dans un pot multi-way contre deux mains monstres :

Le Flop: K J 9


Joueur   Mains % de chances de gagner
Vous   K K 7 6   39.79%
Vilain 1   Q T 5 6   30.18%
Vilain 2   A 2 2 A   30.03%

Bien que vous fassiez face à une quinte faite, un tirage couleur max, et une overpair, vous êtes toujours favori à presque 40% pour gagner le pot, et avez ainsi le plus d'espérance dans ce multi-way.

benyamine
L'Omaha est affaire de chercher les meilleurs tirages.

Lorsque vous avez le plus d'espérance, vous allez chercher à faire grossir puis aspirer les pots. Dans ce scénario, il serait rare que tout le monde se couche sur ce flop, vous permettant de prendre beaucoup d'argent aux deux joueurs.

Puisque 66% de l'argent du pot seront à mettre au compte des autres joueurs, vos 40% de chances de gagner vous donnent les cotes du pot nécessaires et correctes pour miser contre une main faite. La taille du pot vous donne également les cotes implicites pour un fort value bet.

Si le turn amène la couleur en apportant une paire au tableau, il y a des chances pour que Vilain 1 se couche tandis que Vilain 2 envisage de suivre des mises de la taille d'un value bet avec seulement deux outs pour prendre le pot.

Une des choses à garder à l'esprit en Omaha, est que de nombreux joueurs ne vont seulement relancer pré-flop que s'ils ont une paire d'as. Ces joueurs peuvent être faciles à repérer, et il peut du coup être facile pour leurs adversaires de se coucher une fois qu'un as tombe au flop.

Si vous pensez vraiment qu'un joueur ne relance qu'avec AA, vous devez utiliser cette lecture pour coucher contre eux les brelan moyens ou inférieurs sur un flop hauteur as.

Tirages quintes

En Omaha, vous allez flopper de nombreuses sortes de tirages quinte. Mais vous allez vouloir flopper ce qu'on appelle des tirages quinte "wrap" (enveloppants). C'est ce qu'il se passe lorsque le flop arrive avec deux cartes qui se connectent et que vous avez des cartes qui enveloppent ces deux cartes. Jetons un œil à quelques exemples :


1. Main : Q-J-8-x    Flop: T-9-x    Outs: 17 (wrap)
2. Main : J-8-7-x    Flop: T-9-x    Outs: 17 (wrap)
3. Main : K-Q-J-x    Flop: T-9-x    Outs: 13
4. Main : 8-7-6-x    Flop: T-9-x    Outs: 13
5. Main : Q-J-8-7    Flop: T-9-x    Outs: 20 (double wrap)

Il est meilleur d'avoir plus d'overcards que de cartes en-dessous, comme il est toujours meilleur de tirer la quinte max plutôt que la quinte du bas potentiellement fatale. Pour cette raison, la Main 1 est plus forte que la Main 2, et la Main 3 est plus forte que la Main 4.

Dans une situation où la Main 1 et la Main 2 partiraient à tapis sur le flop, la force de la Main 2 diminuera considérablement, la laissant en très mauvaise posture.

Vous devriez miser la majorité de vos gros tirages au flop (que l'on peut appeler « mise sur l'avenir »). Et ce pour trois raisons :

1. Vous pouvez prendre le pot immédiatement (semi-bluff).

2. Cela ajoute de la tromperie à votre jeu, puisque vous ne misez pas que sur des mains faites.

3. Avec 20 outs dans une main, vous êtes statistiquement favori pour remporter le pot. Lorsque vous avez le plus d'espérance, il s'agit toujours d'un bon moment pour mettre de l'argent dans le pot.

Si vous floppez un tirage quinte à 13 outs (vous avez trois cartes au-dessus ou en-dessous des cartes connectées du tableau) lorsque tous vos outs sont vivants (ce qui veut dire qu'aucune couleur, aucun full ou aucune quinte supérieure ne sont possibles), vous avez 50% de chances de faire votre quinte avec deux cartes à venir.

matusow
La turn est une étape capitale dans une main d'Omaha.

Une fois que vous avez idée de la puissance que peuvent avoir les tirages quinte élargis en Omaha, cela affectera en bien la manière avec laquelle vous jouerez avec ces tirages ou contre dans de telles situations.

La Turn

Comme établi précédemment, le turn est l'une des cartes les plus importantes en Omaha, plus importante que le pré-flop, et dans certains cas plus importante que le flop. Le flop apporte des mains faites, des tirages et possibilités pour retirages. Le turn permet ce qui suit. Il :


  • Solidifie les mains faites. Exemple : double le tableau pour transformer le brelan max en gros full.
  • Casse les mains faites. Exemple : apporte la troisième carte d'une couleur contre une quinte floppée.
  • Tue toute option de tirages quinte backdoor floppés.
  • Créé de nouveaux tirages.

A ce stade, avec plus qu'une carte à venir, la turn affine votre décision de continuer ou non dans la main. Tout particulièrement en Pot-Limit, le pot est significativement plus gros à la turn qu'au flop, donnant à l'agresseur l'opportunité de faire d'encore plus grosses mises.

Avec un seul tirage et une seule carte à venir, il devient bien plus difficile de faire un second call du pot trois fois plus large que celui du flop.

Le fait de pouvoir avoir des tirages avec une énorme quantité d'outs en Omaha vous permet de faire de plus gros call à la turn. Par exemple si vous détenez un minimum de 13 outs pour battre quoi que ce soit que votre adversaire puisse avoir, il est approprié de suivre une mise de la taille du pot à la turn, mais seulement si vous et votre adversaire avez encore de l'argent à la river.

Avec 13 outs, vous êtes à un peu moins de 2 contre 1 (13/44 = 29,5%) pour améliorer, et c'est exactement la cote que le pot vous offre dans ce cas. En raison des cotes implicites lorsqu'il y a encore de l'argent à gagner derrière, un call est correct.

Outs pour Tirages spécifiques

Tirage quinte double wrap 20 outs
Tirage quinte wrap 17 outs
Tirage quinte flush 15 outs
Tirage couleur et over-paire 11 outs
Tirage couleur 9 outs
Tirage quinte par les deux bouts 
8 outs
Trois paires touchant le full 6 outs
Deux paires touchant le full 4 outs

Pour des explications plus approfondies à propos des cotes du pot et des cotes implicites, jetez un œil à ces deux articles :

- Histoires de cotes : Comprendre le "Pot-Committed"
- Jouer pour les cotes implicites

La River

gus hansen 8
Le bluff est moins fréquent en Omaha, mais pas impossible.

Comme au Hold'em, la river est toute une affaire de miser de manière adaptée pour rentabiliser la main gagnante, et de minimiser les pertes avec la main perdante. Si vous détenez les nuts, envisagez ce que votre adversaire peut avoir et essayer d'en tirer le maximum.

Si vous avez manqué votre tirage, vous devez soit abandonner soit tenter un gros bluff au cas où une scary-card (carte effrayante) arrive. Un bon jugement est nécessaire lorsque le pot est gros et que vous avez une bonne main sans qu'elle soit le jeu max.

Vous devez envisager ce dont votre adversaire est capable. Va t-il tenter un bluff si vous checkez ? Ou va t-il lui aussi checker ? Allez-vous oser faire un value bet avec une bonne main n'étant pas le jeu max ?

Bluffer

Le bluff joue un rôle important dans toutes les formes de poker. En Omaha, le bluff est moins fréquemment utilisé qu'au Hold'em, mais il reste une compétence importante à maîtriser.

Il est meilleur de bluffer lorsque vous avez une (ou plus) carte(s) clé(s) de la main ; par exemple, lorsque vous détenez le seul as avec la couleur possible au tableau. Lorsque vous décidez de bluffer ou non, considérez toujours les facteurs suivants :


  1. Type d'adversaire. Ne bluffez pas les adversaires faibles qui suivent avec n'importe quoi (connus sous le nom de « calling stations »). C'est l'erreur la plus courante. Assurez-vous que votre adversaire soit assez bon pour coucher une main, et encore plus en Omaha.
  2. Nombre d'adversaires. En règle générale, ne bluffez pas un plateau de trois joueurs ou plus. Un bluff a vraisemblablement plus de chances de réussite face à un adversaire, pas seulement parce qu'il ne s'agit que d'un joueur, mais également parce que le pot est généralement plus petit, le rendant moins attractif.
  3. Votre image à la table. Un bluff a moins de chances de fonctionner si vous avez une image loose (large) à l'inverse d'une image serrée. Si vous vous êtes fait récemment attraper dans un bluff, vos adversaires vont être plus probablement amenés à vous suivre dans le futur, quoique la psychologie inverse peut occasionnellement se trouver avantageuse dans de telles situations. Par exemple, si un bon joueur vous attrape à bluffer et qu'il vous considère comme un bon joueur, il peut penser que vous n'allez pas oser le bluffer à nouveau.
  4. Vos talents de "lecture". Si vous « lisez » bien le jeu et que vous êtes capable de mettre vos adversaires sur des mains probables (éventails), vous serez capable d'identifier les bonnes opportunités de bluff. C'est probablement la compétence la plus difficile et la plus importante à maîtriser.
  5. Le tableau. Si le tableau se présente comme ayant pu avoir touché vos adversaires ou présente de nombreuses possibilités de tirages, un bluff a moins de chances de fonctionner. Cherchez les boards sans beaucoup de tirages ou de cartes qui puissent probablement améliorer les mains de vos adversaires. Si vous pouvez représenter une main, le bluff a plus de chances de marcher. Un tableau non-coordonné avec une carte effrayante que vous puissiez représenter comme telle est généralement une bonne opportunité de bluff.
  6. La taille du pot. Vos adversaires seront plus enclins à suivre si le pot est gros car il leur donne de meilleures cotes du pot. D'un autre côté, si vous réussissez un bluff dans un gros pot, la récompense sera également plus importante. C'est ici qu'une bonne perspicacité entre en jeu.
  7. La Position. Si vous êtes assis en fin de parole, vous aurez généralement plus d'accès à l'information à propos des mains de vos adversaires et serez ainsi en meilleure situation pour bluffer - par exemple, si tout le monde checke jusqu'à vous, que le tableau semble favorable, et qu'il y a peu de joueurs dans le pot.

Conclusion

Ce guide qui passe en revue les principaux paramètres d'un coup et d'une main d'Omaha devrait vous fournir suffisamment d'informations pour vous permettre d'avoir la connaissance et la capacité pour commencer à jouer un bon jeu d'Omaha, et plus important pour vous donner la capacité d'apprendre les spécificités et subtilités avancées du jeu.

Mais comme pour toute forme de poker, il n'y a pas de meilleur moyen d'apprendre que via l'expérience. Jetez donc un oeil à notre liste de salles de poker en ligne vous proposant de très bonnes parties d'Omaha pour débutants.