Bio joueur : Huck Seed

Huck Seed

Dans les médias poker d'aujourd'hui, les fans s'abreuvent au petit-déjeuner des monologues décousus de Daniel Negreanu ou des complaintes hebdomadaires « c'est pas juste ! » de Phil Hellmuth. Mais il est rafraîchissant de pouvoir trouver un joueur juste prêt à s'asseoir, se taire, et laisser son jeu parler pour lui.

Huck - ou Huckleberry - Seed est justement l'un de ces joueurs. Aux dires de tous, ce Champion du Monde et parmi les meilleurs joueurs de No-Limit Hold'em est quelqu'un de calme et sans prétention. Mais aussi quelqu'un d'impitoyable à la table.

Le natif du Montana projetait à l'origine de devenir ingénieur électrique. C'est ainsi qu'il mit ses aptitudes mathématiques à l'épreuve du California Institute of Technology à la fin de ses études secondaires. Mais comme de nombreux joueurs avant lui, Seed n'allait pas faire long feu sur les bancs de l'académie.
Non, il préféra opter pour les moins vénérées salles du jeu de la Californie et du Nevada.

Et ce mariage fut proche de la perfection. Seed gagnait régulièrement, et pour sa première incursion dans les World Series en 1990 se classa quatrième dans les épreuves de Limit Hold'em et de Seven-Card Stud Hi-Lo. Seed entra dans l'argent tournoi sur tournoi les années suivantes, empochant plusieurs fois ce qui aurait été son salaire annuel en tant qu'ingénieur.

Puis vinrent les World Series 1994. L'événement allait être marqué par le premier bracelet en or décroché par Seed en Pot-Limit Omaha, avec plus de 240 000 $ de gains à la clé pour lui. Et si le Main Event 1995 fut une déception - il se classa 265ème au général - , sa performance au Championnat 1996 fit plus que la compenser.

Cette année là, en l'honneur de sa victoire à 1 million de $ dans le Main Event, la photo de Seed rejoignit même celles des légendes du poker sur le Binion's Wall of Champions (le mur des champions au Binion's, théâtre d'alors des WSOP.
A 27 joueurs restants (le nombre de places payées), Huck usa de ses années d'expérience de joueur de poker professionnel, d'une attitude calme et d'un jeu impitoyable jusqu'à la table finale, où il battit Bruce Van Horn.

Dans ce qui allait être l'ultime main de la partie, Van Horn relança pré-flop avec K-8 assortis ; Seed sentit que cela allait être sa main et suivit avec 8-9 à carreaux. Lorsque le tableau afficha 9-8-4, il misa. Van Horn relança et Seed poussa son tapis. Alors que les deux hommes étaient all-in, la turn afficha un as plutôt inquiétant, ajoutant un tirage couleur à la liste des outs de Van Horn. Une brique à la river donna malgré tout la victoire à Seed, instantanément auréolé d'un statut de millionnaire, et de l'assurance d'une place à part dans l'histoire du poker.

A cette époque, le jeu ne jouissait pas de sa popularité actuelle, et cette victoire était juste un beau coup pour Seed, qui précisait même que les joueurs de poker étaient simplement considérés comme des flambeurs essayant de se faire un nom facilement.

« Vous ne pouviez même pas dire aux gens que vous étiez un joueur de poker professionnel, parce qu'ils vous auraient juste jeté un regard bizarre avant d'arrêter de vous parler » avouait-il  à PokerListings lors des WSOP 2006. « Aujourd'hui vous êtes une énorme célébrité, tout le monde vous coure après, et vous passez à la télé. »

Il serait en effet aujourd'hui difficile pour Huckleberry de rester incognito. Dans des salles de poker plutôt peuplées de ventripotents, l'homme dégingandé affiche une taille de deux mètres. Ajouté à ça un nom insolite, pouvant en français se traduire littéralement par « graine de myrtille » (appelez-le donc plutôt Huckleberry, merci pour lui), une présence sournoise à la table, et Seed est vraiment un joueur qui se distingue.

Ses paris un peu excentriques avec ses collègues joueurs de poker (les fameux prop bets) n'ont fait que le rendre encore plus célèbre.

Parmi ces paris les plus dingues, il y a celui qu'il a fait avec Phil Hellmuth. Avec 50 000 $ pour enjeu, Seed paria qu'il pouvait rester dans l'océan pendant 18 heures ; mais il ne parvint qu'à trois.
D'autres tentatives auront connu plus de succès ; Huck paria qu'il pourrait maîtriser un salto arrière dans les six mois. Fidèle à sa parole, il réussit ce salto arrière par dessus une bouilloire à thé six mois plus tard.

Huck a également remporté le pari selon lequel il ne pourrait battre cinq fois le record de 100 sur un parcours de golf en une journée, en utilisant simplement un fer 5, un sand wedge, et un putter. Même s'il dut réussir cette prouesse sous une étouffante chaleur, 49 degrés, après six tours il remporta encore son pari.

Dans le genre un peu moins éprouvant, Huck a déjà parié sur le fait qu'il ne raserait pas la barbe durant une année entière. Mais alors qu'il commençait de plus en plus à ressembler à un homme de la jungle après des mois sans avoir porté le rasoir à ses joues, l'un de ses proches décéda et il dut raser sa barbe pour être présentable aux funérailles.

Bien que sa présence sur le circuit des tournois n'est plus aussi dominante qu'elle ne l'était plus tôt dans sa carrière, Seed continue de vivre confortablement du poker depuis sa victoire dans le Main Event.
Pour avoir terminé premier dans le Carnivale of Poker du Las Vegas championship en 1988, il récolta 306 000 $. En 1999 il engrange encore un peu plus d'argent grâce au poker et aux paris annexes durant les WSOP ; Seed parvient en table finale du Main Event mais termine 6ème, récoltant 167 000 $. Aux Series 2000, il remporte un troisième bracelet en or et 77 400 $ dans l'épreuve de Razz.

Malgré sa réputation d'être l'un des meilleurs joueurs de No-Limit Hold'em au monde, Huck gagne son 4ème bracelet à nouveau dans l'épreuve de Razz en 2003, une année qui le voit d'ailleurs réussir cinq tables finales WSOP.

En 2004 Seed décroche une jolie victoire et 135 000 $ de gains au Festa al Lago de Las Vegas.

Un abonné des tables finales

Bien que son nom soit moins prisé des médias que nombre de ses homologues, Seed continue d'être bel et bien présent dans les épreuves des World Series où il rentre régulièrement dans l'argent, dans les parties à hauts enjeux des casinos de Vegas, et en ligne sur le site de son sponsor Full Tilt Poker.

Après plusieurs années sans victoire, Huck a retrouvé le goût des premières places depuis 2008, d'abord dans le Canadian Open Poker Championship (100 897 $ de gains), puis en battant Vanessa Rousso dans le NBC National Heads-up Championship de 2009, pour 500 000 $ et son plus gros gain depuis sa victoire du Main Event des WSOP 96.
A noter également une belle septième place dans l'épreuve de H.O.R.S.E. des WSOP 2008.

Tout va plutôt pour le mieux ces derniers temps. En 2009 il réussit 3 places payées... pour 3 tables finales dans les WSOP, toutes dans des épreuves majeures : Champions Invitational, Championnat du Monde à 10 000 $ de Mixed Event, et le HORSE à 50 000 $.
La même année il atteint la table finale du WPT de Chypre (remporté par Thomas Bichon), et termine 49ème sur 1529 du NAPT PCA.
Il obtient deux nouvelles bonnes places payées aux Series 2010, et une 8ème place dans le High Roller Heads-up aux WSOP Europe de Londres.

A la lecture de son palmarès, une chose frappe : lorsque Huck Seed réussit une place payée, celle-ci est presque toujours synonyme de table finale !

Alors qu'est-ce qui lui donne cet avantage sur les autres ? Eh bien si vous lui demandez - et  PokerListings l'a fait - , Huck vous répondra qu'il est un véritable homme de glace :
« Je ne monte que rarement en température » confesse t-il. « Plus il y a d'argent, plus il y a de pression, et mieux je peux me concentrer et être le plus calme et détendu. C'est une bonne façon d'être au poker ; plus il y a de pression, plus vous êtes relax. »

Divers et anecdotes

* Célèbre pour ses paris bizarres avec ses collègues pros.
* Champion 1996 des World Series of Poker dans le Main Event.
* Détenteur de quatre bracelets des WSOP dans trois variantes différentes.

Derniers Blog Posts »