Rachat de FTP par PokerStars : Quel impact sur le poker ?

online poker
Les joueurs qui vont récupérer leur argent n'est que l'un des effets que cet accord trouvé aura sur le monde du poker.

Le rachat de Full Tilt Poker par PokerStars et l'accord trouvé avec la justice américaine vont avoir des conséquences à tous les niveaux et dans le monde entier.

Du remboursement des joueurs à la globalisation du marché du poker, ce rachat et les nouvelles lois de régulation du poker en ligne aux États-Unis vont définir le futur du poker.

Les centaines de millions de dollars qui vont être remboursés sont la conséquence la plus visible – et la plus attendue – de ce nouveau développement. Cependant, il aura un impact à de nombreux niveaux et sur énormément de gens.

Dans cette analyse de l'accord entre PokerStars, le ministère de la justice et Full Tilt Poker, nous nous pencherons plus en détails sur ce que représente l'accord commercial le plus important de l'histoire du poker en ligne et sur ses conséquences.


Un afflux d'argent important pour l'économie du poker

Les sommes d'argent dont il est question sont titanesques.

Premièrement, PokerStars a promis une somme de 547 millions de dollars sur 3 ans au gouvernement américain, et ce sans compter les quelques 184 millions qu'ils vont rembourser aux joueurs non-américains.

Le gouvernement dévouera 150 de ces 547 millions au remboursement des joueurs américains qui se sont retrouvés avec des fonds bloqués sur Full Tilt.

blair hinkle 32259
Blair Hinkle a plus d'1 million de dollars bloqués sur Full Tilt Poker.

On arrive donc à un total de 334 millions de dollars consacrés au remboursement des anciens joueurs sur Full Tilt. Et bien que l'intégralité de cette somme ne sera pas automatiquement réinjectée dans l'industrie du poker, son versement aura forcément un gros impact sur le marché.

Un impact que l'on pourra mesurer ne serait-ce qu'en chiffres purs : de très nombreux comptes inactifs depuis la fermeture de FTP vont redevenir actifs instantanément.

Les joueurs du dimanche qui n'avaient que peu d'argent bloqué sur Full Tilt se remettront à jouer directement. Quant aux pros et aux high-rollers, soit ils reprendront là où ils en étaient, soit ils transféreront leurs fonds vers le site où ils jouent depuis le Black Friday.

La plupart des joueurs non-américains qui avaient eux arrêté de jouer après le Black Friday, s'y remettront dès que leur argent sera disponible et que le site fonctionnera.

Aux États-Unis, ce sont surtout les cash games et les tournois qui s'en ressentiront, en attendant que le poker en ligne soit de nouveau autorisé.

Ce sera également l'occasion de régler des dettes entre joueurs, à l'image de Patrik Antonius qui nous disait en octobre que plus de 5 millions de dollars lui étaient dus.


Le retour de la domination PokerStars – Full Tilt Poker

L'époque entre l'introduction de l'UIGEA et le Black Friday a été modelée par la domination de PokerStars et Full Tilt Poker sur le marché du poker. Un retour à cette situation est probable jusqu'à ce que les États-Unis légifèrent sur le poker en ligne.

PokerStars a annoncé aujourd'hui que l'activité de Full Tilt Poker reprendrait dans les 3 mois suivant la finalisation de l'accord avec le ministère de la justice.

fulltiltteam3
Full Tilt avait construit une marque très forte. Malheureusement, celle-ci aura été complétement érodée par les évènements ayant suivi le Black Friday.

En réalité, la seule différence, est qu'au lieu d'avoir deux entreprises en compétition l'une contre l'autre, les deux sites seront sous la houlette de PokerStars.

PokerStars aura donc entre les mains le futur du poker en ligne pour la majorité des joueurs du monde entier, ce qui leur permettra d'élargir son offre.

On attend bien sûr de voir comment PokerStars va marquer une différence entre les deux sites, et à quel point la société va aussi s'appuyer sur la « marque » Full Tilt telle qu'on la connaissait avant le Black Friday.

La réapparition de Full Tilt Poker sur le marché du poker en ligne aura aussi forcément un impact sur de plus petits sites comme 888poker ou Party Poker.

Ces sites ont très bien réussi à se démarquer de PokerStars, notamment en améliorant leur programme et en proposant des avantages aux joueurs, mais ils vont devoir encore se perfectionner pour garder leur place dans un univers de plus en plus compétitif.


Façonner l'image du nouveau Full Tilt

PokerStars a annoncé qu'il mettrait une équipe dirigeante entièrement nouvelle à la tête de Full Tilt à Dublin, mais que les instances régulatrices seraient transféré sur l'île de Man.

howard lederer 4
Une chose est sûre, le rebranding de Full Tilt Poker ne ressemblera plus à ça.

Si les deux sites seront gérés par deux équipes différentes, on peut bien sûr supposer que les décisions importantes concernant les deux sites seront prises par les mêmes personnes, et ce dans un esprit de coopération.

On peut ainsi penser qu'avoir deux sites permettra à PokerStars d'accroître encore son attractivité. Mais quelle que soit la stratégie choisie, la société devra impérativement distinguer les deux produits.

La plupart des joueurs professionnels s'attachent à la gamme de jeux offerte, le niveau de compétition et les programmes de rakeback/récompenses. Ce sont sur ces trois pôles que PokerStars va pouvoir travailler à se diversifier sur les deux sites.

PokerStars a toujours eu un programme VIP de récompenses, tandis que Full Tilt Poker proposait directement du rakeback. Certains ont évoqué la possibilité d'un programme de récompenses commun aux deux sites qui permettrait aux joueurs d'accumuler des points sur les deux sites.

En revanche si les pros s'inscrivent sur le site qui leur apporte le plus d'avantages, les joueurs "lambda" s'attachent eux plus à l'image d'un site, au marketing, et à la confiance qu'ils peuvent lui accorder.

Et s'il y a une chose que PokerStars sait faire, c'est le marketing.

On imagine que le nouveau Full Tilt va vouloir repartir à zéro, ce qui veut dire que PokerStars sera à la recherche d'une nouvelle fournée de grands noms du poker professionnel. On verra peut-être revenir des habitués comme Tom Dwan ou Patrik Antonius, des gens qui sont sortis intacts du Black Friday. Mais qui dit nouveau site, dit nouveau visage, et celui-ci doit être aussi différent que possible de l'ancien.


Retour aux États-Unis pour PokerStars et Full Tilt Poker

Preet Bharara
L'avocat américain Preet Bharara.

PokerStars et Full Tilt Poker sont devenus les deux plus gros sites de poker en ligne après 2006, et ce en continuant à laisser les joueurs américains jouer après l'introduction de l'UIGEA.

Depuis le Black Friday, on a toujours pris pour acquis que ni Stars ni FTP ne seraient autorisés à revenir aux États-Unis en raison de ce mépris de l'UIGEA. Mais d'après ce qui a été annoncé aujourd'hui, ce n'est pas le cas :

« Nous sommes très heureux d'avoir réussi à tourner la page et d'avoir assuré la possibilité de revenir aux États-Unis quand la loi le permettra. », a ainsi déclaré Mark Scheinberg, Président du Conseil d'administration de PokerStars.

Deux étapes importantes se dessinent donc à l'horizon : la croissance du nouveau Full Tilt, et la nouvelle législation de régulation du poker en ligne aux États-Unis.

Et selon la direction que prendra celle-ci, il est fort probable que ces deux développements soient très liés.

Si les nouvelles lois américains permettent le retour de PokerStars et Full Tilt, il est difficile d'imaginer meilleur endroit où jouer pour les américains.

Le programme, l'expertise et l'expérience que possède PokerStars en matière de poker en ligne risque d'ailleurs aussi de compliquer les choses pour les casinos réels.

 

> A lire aussi : Les questions encore sans réponse

 

Derniers Blog Posts »