Interview : Alain Roy, deuxième partie

IMG8600

Seconde partie de l'interview d'Alain Roy, rencontre à Madrid en marge de l'EPT Grand Final 2011. Comment il est venu au poker, la vie de famille, la Team Partouche, les WSOP, et ses ambitions et objectifs.

 

> Interview Alain Roy, première partie

 

Comment es-tu venu au poker ?

Cela fait à peu près 7 ans que je joue au poker. J’ai toujours joué aux cartes. Et comme j’habite pas loin de l’Espagne et qu’on nous a dit qu’il y avait un super casino et qu’ils organisaient des tournois une fois ou deux par mois...

Nous à l'époque on jouait un peu dans les arrière-boutiques, les arrière-salles, les bars et compagnie, parce qu’il n’y avait que ça pour jouer. En plus l’Espagne était une destination sympa pour les hommes parce qu’hormis le poker il y avait d’autres attractions pour ceux intéressés.

De tournoi en tournoi il y avait en tout cas de plus en plus de monde, jusqu’à 180-200 joueurs. A l’époque on débutait, c’était énorme pour nous.
Et là j’ai commencé à obtenir d’énormes résultats, puisque je faisais à peu près 3 tables finales sur 5.

Quand j’ai commencé à jouer un peu plus, aux alentours de 2005, on organisait aussi des tournois privés entre nous, on avait une salle, on était une cinquantaine à chaque fois. Je faisais beaucoup de tables finales également, donc j’ai fini par essayer d’aller de l’avant.

Quel est ton parcours en dehors du poker ?

J’ai arrêté de travailler fin 2003, j’étais dans le commerce. Quand j’ai arrêté j’avais un peu plus de temps de libre puisque dans ce secteur on fait beaucoup d’heures, tous les jours et 7 jours sur 7.

J'ai donc pu me pencher un peu plus sur ce jeu, pour de fil en aiguille en arriver à la réussite que tout le monde connaît, gagner le PPT à Cannes en septembre 2008.

Comment concilies-tu le poker avec la vie de famille ?

C’est super parce que j’ai deux grands enfants qui ont aujourd’hui 21 et 19 ans. Ils ont leur vie et ils travaillent donc il n’y a pas de problème. J’ai aussi une petite de bientôt 5 ans. Dès que je peux l’emmener sur des destinations sympas, elle vient.

Ma femme elle me suit tout le temps, et dès que je peux je rentre à la maison. Il n’y a donc pas de souci là-dessus, ça se passe super bien.

4launais and roy
En grande conversation avec son coéquipier Bruno Launais.

On ne connaît pas tant que cela la Team Partouche. Peux-tu nous la présenter, et avez-vous peut-être une ou plusieurs particularités par rapport à d’autres ?

Partouche à monté sa team en 2008 quand j’ai gagné le tournoi. J’étais le premier gagnant et un client parfait. J’étais un débutant qui avait gagné un très gros tournoi en passant par des satellites, donc au niveau publicitaire pour Partouche c’était génial.

Ils ont aussi recruté Stéphane Bazin, qu’ils n’ont pas gardé la deuxième année, et Antonin (Teisseire NDLR) qui avait fait un show considérable lors de la finale à Cannes. En plus du résultat pour moi, ça avait été une finale merveilleuse au niveau de l’ambiance.

La deuxième année ils ont intégré deux jeunes loups d’Internet qui étaient sur le site Partouche et qui gagnaient beaucoup d’argent, le petit Bruno Launais et "Nori" (Julien Labussière NDLR), qui sont deux excellents joueurs.

Cette année on est cinq avec Constant Rijkenberg qui lui a gagné San Remo il y a deux ans, et qui avait sympathisé avec Jean-Jacques Ichai (reponsable marketing du groupe NDLR).

On est donc une équipe de vieux briscards avec Tonin et moi, et de jeunes loups. Il n’y a pas de jalousie entre nous et on s’entend super bien. Les jeunes font leur route et nous la nôtre.

Les deux générations s’apportent aussi sans doute mutuellement ?

Les deux générations sont géniales. Nous on leur donne des conseils de sagesse ce qui leur permet de calmer un peu leur fougue quand ils en ont trop. Et d'un autre côté on est un peu trop sages, d’avoir ces jeunes nous a apporté un peu de variation à notre jeu. Une certaine osmose s’est faite entre nous.

Prochaine étape, les WSOP ?

Fin mai je vais faire les WPT à Barcelone, puis un autre tournoi en juin, et du 15 au 20 juin ce seront les WSOP à Vegas oui.

Objectif bracelet ?

Alain Roy
"Ceux qui se prennent pour meilleur que les autres, je ne pense pas qu'ils iront loin.'"

L’objectif bracelet serait prétentieux, même si je suis un gagneur et que je ne m’en vais jamais perdant. Après il faut avoir énormément de chance.

La chance fait partie du jeu, et quand on joue à Vegas devant 3000, 4000, 5000, ou 7000 joueurs dans le Main Event, ce n’est pas le meilleur qui gagne.
Ce joueur-là il aura été très bon mais aura eu aussi beaucoup de chance. Il faut énormément de paramètres favorables et réunis au poker pour aller au bout. Le poker est fait d’embûches et de haies qu’il faut sauter à chaque fois. C'est pour ça que le poker c’est plus sur la durée que sur un tournoi.

Alors si demain je gagne les World Series que je suis Champion du Monde à Vegas, je ne dirais pas que je suis le meilleur joueur du monde, je dirais simplement que je suis un joueur très correct comme je dis d’habitude, et que j’ai eu beaucoup de chance pour arriver là.

Parmi tous les joueurs que tu as pu affronter, certains t’ont-ils plus impressionnés que d’autres ?

Non. Les jeunes ont des jeux un peu à eux, un peu stéréotypés d’Internet. Mais il a des joueurs qui sont très bons. Au niveau français, à mon avis il y a un joueur au-dessus du lot c’est ElkY. Je pense que c'est le joueur le plus complet.

Après on est des multitudes de joueurs à se valoir je pense, je ne vois pas des joueurs meilleurs que d’autres. Je vois des attaquants meilleurs que d’autres, je vois des défenseurs meilleurs que d’autres, d’autres très bons en lecture de jeu... tous les joueurs ont des qualités et des défauts.

Alain Roy
"Le poker est une passion avant tout."

C’est la richesse du poker, la richesse de ce jeu. Et ceux qui se prennent pour meilleur que les autres je leur souhaite bonne chance, mais je pense qu’ils n’iront pas loin, parce que dans la vie quand on se prend pour quelqu’un de fort ou qu’on se croit être le meilleur, on ne progresse plus, et quand on ne progresse plus on régresse. Ceux-là disparaîtront tout seuls.

Ceux qui disent "il faut que j’apprenne il faut encore que je progresse", jeunes ou moins jeunes, c’est ceux que l’on retrouvera je pense régulièrement sur le circuit.

Quelles sont tes ambitions dans le poker aujourd’hui ?

Pour moi le poker c’est une passion avant tout. Ce n’est pas mon métier même si les gens me disent que je suis pro. Demain si j’arrête le poker j’ai de quoi vivre, il n’y a pas de problème, je peux faire autre chose que le poker même si je n'ai pas un métier précis.

Mais j’adore le poker, donc tant que cela me procure cette joie et cette passion je continuerai. Tant que j’ai un sponsor aussi car une saison de poker coûte très très cher.

Des exemples de chiffres à nous donner ?

Au bas mot, une réelle saison de poker, avec beaucoup de tournois, c’est à mon avis entre 200 et 250 000 €, sans aucun problème. Et je ne parle pas d’ElkY qui lui a peut-être une saison qui vaut trois fois ce chiffre avec les High Roller et les Etats-Unis en plus. En une saison on peut avoir un budget sans limite.

Mais aux alentours de 200000-250000€ c’est déjà beaucoup d’argent.
Je suis pas sponsorisé à cette hauteur là, mais comme je suis quelqu’un qui a dans l'année des résultats dans l’ensemble assez bons, mon sponsor me donne mon enveloppe et moi je me réinvestis beaucoup d’argent sur moi. Ca fait plaisir à mon sponsor car ça permet de me voir sur beaucoup de tournois, et ça me fait plaisir à moi parce que j’aime ça.

 

Derniers Blog Posts »