Alex Gomes : « J’espère qu’on verra bientôt Neymar sur l’EPT. »

IMG1571
Les maillots du Brésil se font plus rares aux tables depuis la dernière Coupe du Monde.

Avec 3,5 millions de dollars de gains en tournois, Alex Gomes est de loin le meilleur joueur brésilien de l’histoire.

Pour être précis, les gains de Gomes sont même trois fois supérieurs à ceux du deuxième joueur du classement, Bruno Politano, qu’on a notamment vu disputer la table finale du Main Event des derniers WSOP l'automne dernier.

Aujourd’hui, cet ancien membre de la team PokerStars pro voyage surtout pour les affaires, ce qui ne l’empêche pas de participer aux tournois incontournables, comme le grand festival à Prague il y a quelques semaines.

PokerListings en aura profité pour évoquer avec lui l’explosion du poker dans son pays, sa quête de la Triple Crown et, évidemment, le traumatisme du football brésilien.

ronaldotable2
Bien qu'à la retraite, Ronaldo suscite toujours beaucoup d'attention.


Alex, en ce moment on a l’impression que le joueur de poker brésilien le plus en vue est “Il Fenomeno” Ronaldo. Penses-tu que cela a un effet au Brésil ?

Bien sûr. Le Brésil est un pays de football et il était aussi l’un des ambassadeurs de la Coupe du Monde.

Comme tous les autres grands sportifs qui promeuvent le poker, il a été très impressionné par les tournois comme ceux de l’EPT. Or c’est leur crédibilité qui leur permet d’avoir un impact sur le grand public. C’est donc très important pour la popularité du poker.

Plus important que d’apprendre que Neymar jouait au poker pendant la déroute brésilienne en demi-finale ?

(rires) J’espère qu’on verra bientôt Neymar sur l’EPT !

Ronaldo est à la retraite, mais Neymar est constamment sous les projecteurs.

La présence de Neymar sur l’EPT aurait un impact encore plus fort que les publicités avec Ronaldo pour le grand public brésilien.

Entre 2008 et 2011 c’était toi l’ambassadeur du poker au Brésil, et tu es toujours de très loin le joueur brésilien ayant gagné le plus d’argent. Pourquoi as-tu quitté PokerStars ?

Alex Gomes 4
"Le poker est populaire de partout au Brésil."

La décision a été d’un commun accord. Il y a trois ans, je suis devenu papa pour la première fois et je voulais passer plus de temps avec ma famille.

J’ai aussi lancé mon entreprise de construction et mes projets n’étaient pas vraiment compatibles avec le rôle de représentant actif de PokerStars.

Je devais participer à tous les tournois du LAPT et à la plupart des tournois de l’EPT. Ce n’était plus possible pour moi. J’ai beaucoup apprécié les années passées chez PokerStars, mais les choses changent.

Le marché brésilien est énorme et en pleine croissance. Estimes-tu que la stratégie marketing de PokerStars est efficace ?

Oui, leur stratégie fonctionne bien au Brésil. Les Brazilian Series of Poker (BSOP) par exemple en sont à leur neuvième saison et fonctionnent très bien.

Le BSOP Millions est une espèce de grande finale qui a lieu chaque année à Sao Paulo. Il y a quelques semaines, plus de 2 700 joueurs y ont participé.

Le vainqueur a remporté plus d’un million de Real (315 000€) pour un buy-in qui représente moins de 1000€.

Tu es originaire de Curitiba, à l’extrême sud du Brésil. Le poker est-il aussi populaire dans le nord du pays, plus pauvre, ou reste-t-il un jeu de riches ?

Le poker est populaire partout. Les BSOP par exemple ont aussi une étape dans le Nord, à Natal. Les Brésiliens aiment le poker et c’est vrai dans tout le pays.

alexandre gomes 27882
Alex Gomes, en quête d'une Triple Couronne.

Y a-t-il des casinos dans toutes les grandes villes ?

Non, il n’y a aucun casino au Brésil, ils sont illégaux. Par contre, des licences spéciales sont disponibles pour organiser des tournois.

Chris Moneymaker a participé au BSOP Millions. D’après lui les Brésiliens ont un style de jeu très différent des Américains ou des Européens.

Oui, j’en parlais justement avec lui récemment, et il était toujours énervé de s’être fait sortir. Ses as se sont fait battre par Roi-Dame et il a terminé 21è. C’est quand même pas mal sur 2 700 joueurs.

Il a raison, on m’a souvent dit la même chose. La compétition en Amérique Latine en général est souvent moins forte qu’en Europe ou aux Etats-Unis. Et le style de jeu est aussi très différent. Les relances x8 ou x9 pré-flop ne sont pas rares, et il y a énormément de joueurs occasionnels dans les tournois. Ils aiment s’amuser.

Chris Moneymaker a pu vivre ça. (rires)

Quelle place a le poker dans ta vie quotidienne ? Fais-tu partie des “joueurs occasionnels” désormais ?

Je joue beaucoup moins qu’avant, mais je participe aux Sunday Majors et parfois aux Super Tuesdays.

Au quotidien, je fais quelques cash games en Limit et du PLO. C’est à peu près tout.

Tu as déjà un titre sur le WPT et un bracelet WSOP. As-tu très envie de remporter un titre sur l’EPT pour avoir la fameuse Triple Crown (triple couronne) ?

J’adorerais gagner la Triple Crown. Pour moi, c’est l’un des plus grands exploits réalisables au poker.

Bon, et quand te reverra-t-on avec le maillot du Brésil ? On dirait qu’il est un peu tombé en disgrâce ces derniers temps…

(rires) Effectivement. On n’en voit plus beaucoup, même au Brésil.

Mais je crois qu’une Triple Crown me consolerait justement peut-être de la Coupe du Monde...


C. H.

Derniers Blog Posts »