Andrea Dato : « Les micros et caméras je m'en fous. »

Andrea Dato 2
Andrea Dato à Barcelone en août dernier.

Avec une approche originale, à la fois scientifique et psychologique, Andrea Dato a déjà réussi à accumuler plus d'un million de dollars de gains en carrière et à remporter un titre WPT.

Plus récemment, il a signé une très belle 4è place lors du Main Event de l'EPT Barcelone, réussi une place payée dans le Main Event de l'UKIPT de Londres, et terminé 2è d'un tournoi annexe.

Cependant, pour continuer à progresser, cet ancien ingénieur s'est résolu à quitter l'Italie.


Tu sembles déborder de confiance en ce moment. Même ton langage du corps envoie ce message.

C'est vrai. En plus, jouer sous l'œil des caméras m'aide. Plus j'ai cette impression, mieux je joue.

Je sais aussi que d'autres joueurs changent de manière de jouer quand ils sont à la table télévisée. Ils ne jouent pas forcément moins bien, mais peut-être de manière plus directe. J'arrive plus facilement à les cerner.

Dato2
La confiance : l'une des clés de la réussite d'Andrea.

Moi, les micros et les caméras je m'en fous. J'ai travaillé dans une université, je donnais des cours dans des amphis de 150 personnes, donc j'ai l'habitude qu'on me regarde.

Par contre, on repère facilement les joueurs online. Ils ont tendance à être plus nerveux parce qu'ils n'ont pas autant l'habitude d'être sur le devant de la scène.

Contrairement à beaucoup d'autres joueurs italiens, tu vis toujours en Italie. Tu comptes y rester ?

Non. Je vivrai sûrement à Londres d'ici un an.

Je vais déménager parce qu'en tant que joueur de poker en Italie, ton développement est très limité. Online, on ne peut pas jouer au dessus de 5€/10€. C'est problématique parce que pour vraiment évoluer au plus haut niveau, il faut pouvoir jouer à des limites supérieures et sur des sites en .com.

C'est pour ça que les joueurs italiens sont obligés de partir pour des pays où les joueurs sont meilleurs, ou des pays où ils sont moins bons mais les impôts sont moins élevés et l'environnement plus favorable.

Chaque pays a son style. Pour devenir un bon joueur, il faut connaître ces différents styles et donc être en contact avec tous les types de joueurs.

Londres est vraiment la destination idéale. Le climat est horrible mais tout le reste est parfait pour un joueur de poker.

Londres, c'est quand même particulier : c'est immense et grouillant d'activité. Tu n'as pas peur de ne pas pouvoir gérer tout ça ?

J'ai grandi à Rome...

Ah, effectivement. L'année dernière, tu as participé à la Battle of Malta. Luca Moschitta vient d'ailleurs de s'installer sur l'île et les Italiens sont toujours très nombreux à participer au tournoi. De quoi donner des idées de destination ?

Oui, c'est plutôt sympa. Mais je dois avouer que je ne me vois pas du tout vivre à Malte. C'est vraiment minuscule. J'ai des amis là-bas et j'ai apprécié Battle of Malta. Qui sait, j'y reviendrai peut-être !

andreadato
Andrea Dato lors de sa victoire à Venise cette année.

En tant qu'ingénieur, les mathématiques ça te connaît. Penses-tu que ton parcours t'aide dans le poker ?

Oui, ça m'a énormément aidé. C'est grâce à cela que j'ai pu développer une approche scientifique du poker.

Est-ce que cela signifie que tu travailles beaucoup avec les probabilités ?

Pas seulement, même si c'est nécessaire. Le poker, c'est de la résolution de problème. Les joueurs font face à toute une séries de problèmes à résoudre.

Chaque joueur a un certain nombre de conditions devant lui. Certaines sont ouvertes, d'autres inconnues. Il faut savoir estimer la situation et agir en conséquence.

Il ne suffit pas d'observer le visage des adversaires, mais ce n'est pas non plus si compliqué que ça.

 

Palmarès sélectif d'Andrea Dato :


  • 1 titre WPT (Venise 2014, bat Sam Trickett) - 199 joueurs - prix : 104 822€
  • 3 places payées WPT pour 3 tables finales, toutes à Venise (4è / 213 en 2011, 3è / 155 en 2012, victoire en 2014).
  • 10 places payées WSOP, dont une table finale, 3è place / 1340 dans un tournoi de NLHE Triple Chance en 2011, et une 60è place / 6352 au Main Event 2013.
  • 2 places payées EPT, dont une table finale, 4è place / 1496 à Barcelone en 2014, pour son plus gros gain : 362 000€.
  • 10 places payées IPT (Italian Poker Tour), dont trois tables finales (5è à chaque fois) : Campione 2011 - 482 joueurs, San Remo 2012 - 375 joueurs, St-Vincent 2014 - 635 joueurs.
  • Places payées (1) sur l'Estrellas, l'UKIPT, et le RPT.

 

Derniers Blog Posts »