Interview Anthony « Tall » Roux - partie 2

The Winning Hand

Grâce à deux belles places payées (30 et 48ème pour près de 18000$ de gains), Anthony Roux améliora sa performance de l'an dernier et fut l'un des meilleurs français à se classer dans les WSOP 2008. Un résultat sans doute peu surprenant pour ceux le connaissant. Seconde partie de notre interview.

 

Le Main Event avait plutôt très bien démarré pour toi, avant que le Day 3 ne te soit fatal sur un coin-flip classique mais tournant du mauvais côté. A l'arrivée as-tu des regrets sur ta partie ?

Le Main Event avait effectivement très bien démarré pour moi. Il faut savoir qu'il s'agit vraiment d'un tournoi de rêve. La structure est tout simplement géniale, avec 20 000 jetons au départ, des niveaux de deux heures et énormément de fish sur les tables du fait du nombre incroyable de qualifiés, dont une grande partie jouent là leur premier gros tournoi.
Je pense avoir réalisé mon meilleur jour de tournoi lors du day1. En gros, tous mes value bet étaient payés et tous mes bluffs passaient. De quoi se sentir invincible. Jusqu'au moment où je touche brelan de 6 sur un tableau hauteur dix contenant deux piques. Je me retrouve à tapis sur le flop contre un adversaire possédant Valet Dix de pique. Il trouve sa couleur et je perds là le plus gros pot que j'ai joué de la journée. Fort heureusement j'avais déjà monté un assez gros stack et je couvrais mon adversaire.
Je fini la journée à 35 000. Un tapis plus que correct mais qui laisse un goût amer quand on a perdu un pot de 50 000 en étant favoris à 75%. 100 000 de stack à la fin du day1, ça aurait eu de la gueule !


La 2ème journée se passe à merveille, j'ai la chance de toucher pas mal de jeu, ce qui me permet de finir à 156 000 après être même monté à 200 000 à un moment.
Le day3 sera une toute autre histoire. Je commence très mal en perdant plusieurs petits coups à la suite, puis arrive cette main aux blinds 800/1600...
Je relance avec paire de Valets, à 4000 en premier de parole. Je suis payé deux fois et le bouton fait un « squeeze play » en sur-relançant à 18 500. C'est un jeune très agressif. J'ai environ 120 000 de tapis à ce moment la et décide de payer. C'est la meilleure chose à faire ici selon moi car j'ai très souvent la meilleure main face à cet adversaire ; mais en revanche si j'effectue une nouvelle relance, je ne vais être payé que par les mains qui me battent. Je préfère donc voir un flop.
Cependant, chose que je n'avais pas prévu, le deuxième payeur se réveille et annonce tapis pour 70 000. Le bouton passe et ça revient à moi. J'hésite très peu de temps avant de suivre car je suis persuadé que dans sa position il aurait sur-relancé avec une paire de dames ou mieux. Je suis donc certain d'être dans une situation de favori ou de coin-flip.
Il retourne finalement As Roi dépareillés. Je demande immédiatement au bouton s'il a couché un As et je suis très content lorsqu'il me répond « you're in a good shape, I folded AK » (tu es bien, j'ai couché As Roi). On n'est donc plus vraiment dans un coin-flip, et avec un As et un Roi de sortis je suis favoris à 66%. Ce qui n'empêchera pas un Roi de sortir.

Après ce coup je me retrouve short stack avec 50 000 au lieu de passer à 220 000 si je le gagne. Je n'aurais jamais vraiment l'occasion de remonter et je sors en envoyant mon petit tapis avec As 8 assortis au bouton, face à une relance du chip leader au cut-off (il avait paire de rois en main).

Au final je n'ai pas de regrets, il faut savoir que ce tournoi est un vrai marathon, on s'en rend vraiment compte au début du day3. Dans un tournoi classique des WSOP on serait en table finale, dans un EPT on serait dans les dernières tables, en route vers la finale. Ici on est encore à une journée complète avant d'entrer dans l'argent. Avec autant d'heures de jeu, on va mettre son tapis en jeu très souvent et il faut une grosse dose de chance pour aller loin. J'ai réussi à monter un bon stack de manière régulière pendant deux jours sans jamais risquer l'élimination, jusqu'à ce day3 où la confrontation était inévitable et m'a été fatale.


La "rentrée" vient d'avoir  lieu... quelles sont tes attentes sur cette nouvelle saison qui commence ?

C'est en effet la rentrée pour les EPTs. C'est ma deuxième saison. Je n'ai pas vraiment eu de réussite lors de la première, mais cela m'a permis de prendre mes marques, j'ai beaucoup moins de pression maintenant. C'est une opportunité énorme que m'offre Winamax de participer à ces tournois, le fait d'être au sein de la Team est quelque chose d'exceptionnel également.
Les attentes sont donc très grandes. Je pense avoir pas mal progressé cette année et j'espère que cela se concrétisera par de beaux résultats lors de cette nouvelle saison.

Première partie de l'interview ici.

Derniers Blog Posts »