Anthony Zinno : Les secrets d'un homme inarrêtable et insatiable

anthony zinno bracelet
Anthony Zinno, un nouvel extra-terrestre du poker ? (crédit photos : WSOP.com / WPT)

Anthony Zinno a du mal à se souvenir de toutes les tables finales auxquelles il a participé cet été.

Il faut dire qu’il a atteint la table finale de tous les tournois dans lesquels il a été payé, en plus d’avoir décroché son tout premier bracelet WSOP il y a quelques jours.

Un bracelet qu’il a remporté après s’être défait des 174 autres joueurs de l'Event 60 de Pot-Limit Omaha High Roller à 25 000 $, s'adjugeant du même coup 1,1 million de dollars.

Et bien qu’il garantisse que c’est un moment qu’il n’oubliera jamais, difficile d’en être sûr étant donné qu’il a déjà oublié avoir participé à la table finale du One Drop High Roller à 111 111 $ quelques jours plus tôt (7e pour 565 864 $).

Pour beaucoup de joueurs, ce genre de performance constituerait un souvenir impérissable, mais ce n’est qu’un résultat parmi d’autres dans l’incroyable série de Zinno.

L'Américain a déjà atteint cinq tables finales cet été, compte plus de 5 millions de dollars de gains en tournois, est Joueur de l'année du World Poker Tour, et est actuellement 2e du classement du Joueur de l’année des WSOP, juste derrière Mike Gorodinsky.
Nous avions d'ailleurs vu le vent venir.

Nous avons retrouvé Zinno pendant le H.O.R.S.E. Championship à 10 000 $, un tournoi dans lequel il s’est précipité juste après sa victoire lors du PLO (mais où il n'aura pour une fois pas terminé dans l'argent - cela arrive même aux meilleurs !).


Tout le monde se demande comment tu fais pour être aussi performant. Quel est ton secret ?

zinno  la poker classic
"Si tu ne cherches pas à faire de ton mieux dans quelque chose, tu perds ton temps."

Je prends le poker très, très au sérieux. Je fais tout pour être toujours au meilleur de mon jeu : je dors suffisamment, je ne sors pas, je mange bien, je reste concentré et je réduis le nombre d’erreurs au maximum.

À chaque erreur, je me mets une claque : « Ok, tu ne joues pas correctement, rectifie le tir. »

Je suis là, je fais ce que j’aime, c’est mon truc. Comme le disait mon grand-père, quel que soit ce que tu fais, sois le meilleur. Si tu ne fais pas de ton mieux, tu perds ton temps. Je veux toujours donner mon maximum.

Si je sors le soir et que j’ai la gueule de bois le lendemain, je sais que mon cerveau ne fonctionne pas à 100 %.

J’ai aussi commencé à participer à énormément de tournois ces dernières années. La majorité des tournois auxquels j’ai participé ont été ces dernières années.

Plus de volume, plus de résultats. Et puis il faut dire que j’ai eu beaucoup de réussite.

Mathématiquement, sur un été, peu importe à quel point tu joues bien et tu es préparé, tu ne peux jamais anticiper cinq tables finales. J’aurais déjà été heureux d’atteindre une ou deux tables finales et de rentrer dans mes frais, voire gagner un peu d’argent. Statistiquement, c’est déjà difficile d’en arriver là.

Mais voilà, cet été est tout simplement incroyable.

Estimes-tu être à ton meilleur niveau ?

Oui, je n’ai jamais aussi bien joué qu’en ce moment.

Dans les plus petits tournois de midi, je joue de manière plus risquée, avec plus de variance, parce qu’il y a toujours quelque chose d’intéressant à 16h.

Cela ne signifie pas que je ne joue pas bien, mais que je prends forcément plus de risques.

Dans cette situation, il faut gagner beaucoup de jetons rapidement. Pour l’instant, ça n’a pas encore très bien marché pour moi, je crois que toutes mes tables finales ont eu lieu dans des tournois de 16h.
Les structures sont meilleures. Meilleure est la structure, plus c’est bon pour moi.

zinno one drop
"Je n'ai jamais aussi bien joué qu'en ce moment, et j'ai aussi une réussite statistique incroyable."

L’année dernière, on n’avait pas assez de jetons au départ. Au moindre bad beat dans les premières heures, c’était fini.

Cette année c’est beaucoup mieux, d’autant qu’il y a énormément de tournois.
Bravo aux WSOP d’avoir su améliorer leurs structures comme cela !

Le fait que tu aies disputé énormément de tables finales sans remporter de tournoi a-t-il beaucoup pesé lors du PLO ?

La table finale du One Drop était particulièrement décourageante : j’ai très bien joué, je me suis battu, et j’ai fini par miser mon stack avec as-roi face à Josh Duhamel et son as-dame.

Bon voilà, il a touché une dame.

Après cela, je suis directement parti au tournoi que j’ai fini par remporter. Après m’être inscrit en retard !

J’ai débarqué, assez déterminé, en me disant que c’était du PLO, que de toute façon j’allais m’amuser, que tous les bons joueurs étaient là et que j’allais faire de mon mieux.

Je m’en suis assez bien tiré le premier jour, et le deuxième a dépassé toutes mes attentes. Une fois en tête, j’ai juste déroulé. J’ai beaucoup d’expérience en deepstack en PLO, j’ai surtout passé le deuxième jour à contrôler la table.

D’ici la fin du deuxième jour, j’étais capitaine de la table, et pendant le Day 3 j’ai encore bien avancé.

Statistiquement parlant, le fait d’avoir une avance assez importante sur les 12 autres joueurs à l’aube du Day 3, alors qu’il n’y a plus d’antes et que la variance est plus facile à maîtriser, me donnait un véritable avantage en vue de la victoire.

Une fois à la table finale, j’ai géré mon avance, avant de l’accentuer encore alors qu’il ne restait plus que 3 joueurs. J’étais à 8 millions, contre 2,5 millions pour chacun des deux autres joueurs. À ce moment-là, j’étais quasi sûr de gagner.

Je suis quelqu’un de très mathématique, ce n’est pas une question d’ambition ou de motivation, juste des maths.

Une telle avance, il faut l’utiliser correctement pour gagner.

« Statistiquement parlant », une mauvaise série ne devrait-elle pas tarder à arriver ?

zinno2
"Il faut maîtriser tout un ensemble de compétences pour devenir comme Phil Hellmuth."

Pour l’instant je suis 2è du classement du Joueur de l’année des WSOP, donc je vais continuer à participer à autant de tournois que possible. Prendre les mains les unes après les autres, les tournois les uns après les autres.

Il ne faut jamais laisser le passé influencer le futur, il faut au contraire l’ignorer.

Il n’y a pas de mauvaise « série ». Il peut y avoir une mauvaise performance, mais il n’y a pas de raison que cela dure.

Je suis toujours confiant et je veux continuer à jouer à mon meilleur niveau pour, je l’espère, atteindre de bons résultats.

Rien de ce qui est arrivé jusqu’à présent n’influence ma façon de jouer.

Je joue bien et je suis heureux d’être encore dans la course pour le titre de Joueur de l’année.

Il nous a même semblé que tu participé au tournoi en ligne (l'Event 64 disputé sur WSOP.com) pendant un Event. Comment cela s’est-t-il passé ?

J’ai essayé de bluffer, ça n’a pas marché et je me suis fait sortir.

J’essayais de jouer pendant le tournoi de H.O.R.S.E., du coup je n’étais évidemment pas aussi performant que j’aurais dû l’être.

Ça m’embête un peu, mais bon c’était assez sympa. C’était la première fois que je testais ce logiciel, c’était assez facile et intuitif.

J’ai été impressionné.

Beaucoup de joueurs en ligne ont également l’esprit très mathématique, penses-tu qu’ils ont parfois du mal à passer au poker live ?

Oui, je pense que c’est compliqué.

Je ne tiens pas à donner de noms, mais j’ai joué contre quelques très bons joueurs de poker en ligne, et j’ai senti leur inconfort tout au long du tournoi, moi qui suis très intuitif.

Je peux souvent repérer certains de leurs tells. C’est normal, ça fait partie du jeu.

C’est ça qui est beau avec le poker : il ne s’agit pas d’une seule compétence, mais de tout un ensemble de compétences à maîtriser.

Du psychologique à la patience, en passant par les mathématiques et la préparation...

Il faut maîtriser tout ça pour devenir... comme Phil Hellmuth.


A lire aussi :

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire