Interview : Arnaud Mattern - 2ème partie

arnaud mattern

Seconde partie de notre interview d'Arnaud Mattern à l'occasion de l'EPT de Deauville : à la découverte du joueur.

Retrouvez la première partie de l'interview.

 

Comment es-tu venu au poker ?

J'ai joué au backgammon pendant environ deux ans, sur un circuit professionnel exactement comme celui des tournois pros de poker. J'évoluais beaucoup avec mon mentor au backgammon, François Tardieu, avec qui j'ai travaillé sur la nouvelle structure des EPT à partir de la saison 6.
J'ai remporté quelques titres notamment celui de Champion d'Europe en double avec Yomi Peretz, puis j'ai gagné le championnat de France en 2006.

Ensuite la folie du poker a démarré et tout le monde s'y est mis, tous les joueurs pros qui jouaient à des jeux de semi-hasard, au black-jack, aux échecs, ... Je me suis dit qu'il devait y avoir une bonne raison et qu'ils n'étaient pas tous fous ou idiots ! Je les ai donc suivis et pour l'instant cela ne s'est pas trop mal passé.

On imagine que le backgammon et le poker sont des jeux bien différents.

Déjà il y a une starisation qui est beaucoup plus importante dans le milieu du poker que dans le milieu du backgammon. Mais ce n'est pas forcément mon moteur non plus.

Arnaud Mattern
"La starisation n'est pas mon moteur."
Y a-t-il tout de même des similitudes entre les deux jeux, et qui t'ont aidé ?

Ce sont tous les deux des jeux de semi-hasard. Il y a une part de chance et une part de stratégie au backgammon, ce qui est très similaire au poker évidemment, et ce qui fait partie du charme car n'importe qui peut battre un professionnel. Ce n'est pas le cas ailleurs.

Ce sont aussi des jeux de trading avec des décisions de risques et dépenses, des jeux d'enchères. La notion de pari y est importante. Cela en fait des jeux très passionnants.

Quel jeu est le plus difficile à apprendre ?

Les deux jeux ne font pas forcément appel aux mêmes qualités. Le backgammon est un jeu beaucoup plus axé probabilités, mathématiques et position, un peu comme les échecs ou les dames. Tandis qu'il y a une dimension humaine au poker qui existe assez peu au Backgammon : savoir contrôler ses émotions, rester maître de soi, se mettre à la place des autres, savoir lire les cartes de son adversaire.

La plus grande différence entre le backgammon et le poker, c'est que le backgammon est un jeu d'information complète comme les échecs, tandis qu'au poker il y a une dimension cachée ou inconnue à savoir quelles sont les cartes de mon adversaire, qu'est-ce qu'il va faire, quel est son état d'esprit. Et donc avec tout cela au mieux tu ne peux faire que des déductions logiques, tu peux essayer de deviner ce qu'il va se passer pour essayer de prendre la meilleure décision.
Mais ce n'est jamais du 100%, alors qu'au backgammon on a une notion de meilleur coup, tu peux tout maîtriser.

En fin de compte le poker te correspond mieux ?

Arnaud Mattern
"Je suis ravi et très flatté d'avoir rejoint PokerStars."
Je me retrouve plus dans un jeu où il y a une dimension psychologique que dans un jeu qui soit uniquement basé sur les mathématiques, même si je n'ai rien contre le backgammon.

Voilà quatre mois que tu as rejoins ta nouvelle équipe de PokerStars. Comment s'est fait ce transfert un peu "surprise" sur le moment ?

Je suis ravi d'avoir signé dans la Team PokerStars Pro évidemment, avec les plus grands joueurs du monde. C'était aussi un désir de rentrer dans une équipe un peu plus internationale, avec des profils venant de tous les pays, d'autant que j'ai vraiment une passion pour l'échange.

Ce sont en plus des joueurs de renommée internationale et qui sont extrêmement talentueux, et je suis donc très flatté d'avoir rejoint cette équipe, surtout que l'on est que deux français à en faire partie avec Elky.

Quel bilan peux-tu retirer de ton passage chez Winamax ?

L'expérience a été extrêmement positive et cela s'est très bien passé. Ce fut mon premier contrat de sponsoring. Je jouais déjà le circuit pro à mes frais depuis un an et demi quand j'ai donc rencontré mon premier sponsor, et j'ai donc signé pour Winamax avec qui cela s'est très bien passé. J'ai toujours de très bon contacts avec les gens de la Team, certains sont des amis et ça ne m'empêche pas de les voir.

Maintenant c'est un peu comme l'évolution d'un joueur de foot, si on te propose de jouer dans une équipe internationale et qui sponsorise les EPT, qui est leader mondial, tu changes un peu de dimension. C'est juste une expérience différente.

Arnaud Mattern
"Je vais jouer de mon mieux et voir si les dieux du poker sont avec moi."
Quel bilan tires-tu de ces premiers mois dans la Team PokerStars ?

En live en septembre j'ai attaqué tout de suite par un cash à l'EPT de Londres et une 3ème place d'un side event à 1 000 £ pour 33 000 £.
J'ai fait 23ème aux WSOP Europe à Londres où c'est Daniel Negreanu qui m'arrache le pot du chip lead alors qu'on est 25 joueurs restants, un cash à l'EPT de Prague, et puis une première place à Namur au Belgium Open Poker Championship en heads-up par équipe, avec une équipe PokerStars composée d'Elky, Julien Brécard, Johnny Lodden et moi-même.

Donc pour l'instant oui c'est une saison qui commence assez bien.

Quels sont tes objectifs pour 2010 ?

Déjà je vais continuer à jouer autant de tournois que je jouais avant, à savoir entre 40 et 60 tournois par an, ce qui est un rythme extrêmement soutenu et que la plupart des pros ne font pas. Mais je pense que c'est nécessaire pour vraiment faire de très belles performances. Le volume est important. Et puis je vais essayer de jouer de mon mieux, et voir si les dieux du poker sont avec moi.

Derniers Blog Posts »