Chris Moneymaker : « Soit tu évolues, soit tu te fais griller. »

chris moneymaker

Chris Moneymaker et PokerStars sont sans nul doute synonymes de l'un des mariages les plus durables sur la planète poker. Et ils font face aujourd'hui tous deux à de nouveaux challenges.

A l'entame de leur deuxième décennie de vie commune, ils entrent en effet chacun dans une nouvelle ère : PokerStars sous celle du groupe Amaya, et Moneymaker essayant de garder son jeu au niveau de celui de la nouvelle génération de superstars du poker.

PokerListings a rencontré celui par qui le boom du poker est arrivé en 2003, pour aborder ce passé, présent et futur, et la vie de Chris aujourd'hui.


PokerStars vendu, est-ce aussi la fin d'une ère pour l'une de ses principales figures ?

Non. Sur le plan des affaires tout se passe normalement. Il y a un nouveau propriétaire, et les deux partenaires essaient de voir où ils veulent aller. Et s'ils vont dans la même direction vous suivez.

Ce qui est spécial c'est que je connais la compagnie depuis ses tous premiers jours. Et Amaya Gaming a conservé la plupart de ses employés.
Donc j'espère une relation très prospère pour très longtemps.

IMG2867
Chris Moneymaker et "l'erreur" qui a changé sa vie et celle de beaucoup de monde.

Tu as contribué à écrire un chapitre très important du succès de PokerStars. Comment cela se passait avant ton titre en 2003 ?

Un ami m'avait conseillé de jouer au poker en ligne en 2002. J'avais un peu d'expérience dans les jeux de casino en ligne, mais personne n'y gagne.

J'étais donc très sceptique, mais deux semaines plus tard j'ai donc essayé sur PokerStars. A cette époque Paradise Poker était le plus gros acteur du marché, avec Party derrière. PokerStars n'était juste qu'une petite salle.

J'ai vraiment aimé puis j'ai joué beaucoup en Limit poker, aux enjeux depuis 5$/10$ ou 10$/20$. Le Limit était le jeu à la mode.

Je jouais 15 ou 20 heures par semaine, et puis un jour je me suis retrouvé dans un sit-and-go par erreur, parce que le lobby du logiciel n'était pas aussi simple à naviguer qu'aujourd'hui. Je me suis donc retrouvé dans ce satellite pour le Main Event des WSOP, et comme tout le monde le sait maintenant, je l'ai donc gagné.

Je suis donc allé à Las Vegas, où deux personnes de PokerStars attendaient dans un hôtel. Ils m'ont donné un sac et un tee-shirt, m'ont dit que j'avais un nom plutôt cool, puis m'ont jeté dehors en me disant "à bientôt".

Ils étaient en fait quasiment toute l'équipe à cette époque : l'ancien directeur marketing Dan Goldman, et son assistant.

Et puis tu es donc arrivé au Jour 4...

Ouais, et les gars de PokerStars ont commencé à être un peu plus impliqués. A partir de là nous sommes sortis tous les soirs, et j'ai été présenté à beaucoup de monde intéressant sur le circuit.

Avant mon voyage à Vegas, je connaissais Doyle Brunson et Johnny Chan et Phil Hellmuth, et c'est tout.

chris moneymaker 2673
"Je me suis fait dépasser pendant de nombreuses années, puis j'ai changé."

Par exemple j'ai joué avec Dan Harrington, et je n'avais aucune idée de qui il était. Et quelques jours plus tard, tout le monde savait qui j'étais...

Tu as été la chance de PokerStars de faire de ton aventure une énorme campagne marketing. T'ont-ils montré que tu étais important ?

Les premières années à travailler avec la famille Scheinberg était définitivement quelque chose d'unique.

Tu faisais alors partie d'une affaire familiale...

Exactement. Si j'avais besoin de quelque chose je contactais soit Mark soit Isai.

Si je voulais aller au PokerStars Caribbean Adventure, je téléphonais directement aux grands boss et ils prenaient la décision personnellement.
Il n'y avait pas de papiers à remplir ou de contrat qui disait que tu pouvais aller à ce tournoi ou celui-là. Mark Scheinberg, par exemple, était avec nous sur le bateau de croisière en direction du premier PCA, et personne de l'équipe ne savait qui il était.

Isai était aussi très accessible les deux premières années, mais bien sûr il est ensuite devenu un homme d'affaires très occupé. Mais auparavant vous pouviez vraiment l'appeler, il décrochait et demandait "hé, quoi de neuf ?".

Je veux dire, ils ont mis tout leur budget marketing dans ces WSOP 2003, et leur affaire a progressé de 1000% le jour où la table finale a été diffusée. Ca m'a donné un certain crédit pour la vie. (rires)

0099 Chris Moneymaker and Bronze Bust
"Je ne suis pas vraiment une célébrité."

De nombreuses figures de la Team PokerStars initiale comme Greg Raymer ou Joe Hachem ont pris du recul avec le circuit poker. Te sens-tu un peu seul au milieu de tous ces nouveaux jeunes visages ?

C'est vrai jusqu'à un certain point. J'avais l'habitude d'aller aux WSOP ou sur l'European Poker Tour avec Greg et Joe, car effectivement ils étaient mes premier coéquipiers et aussi de bons amis.

Mais je suis aujourd'hui ami avec de nombreux joueurs online. Tu dois évoluer sinon tu te fais griller, dépasser. C'est ce qui m'est arrivé durant quelques années, entre 2004 et 2009. Mais j'ai donc changé.

Dépassé ? Tu es pourtant connu pour être un gros travailleur.

J'ai vraiment cru que j'avais compris le jeu. Bien sûr ce n'était pas le cas.

Le jeu a commencé à changer, et les joueurs ont commencé à 3-bet ou 4-bet avec toutes sortes de mains. Cela m'a pris des années pour comprendre ce que ça voulait dire et pourquoi ils faisaient ça.

Et puis j'ai commencé à apprendre à nouveau. Avec les relances étant bien plus petites aujourd'hui, 2x au mieu de 4x comme c'était le cas, on voit plus de 3, 4 ou 5-bet. Mais ils ne veulent pas dire la même chose qu'il y a 10 ans.

Il y aussi d'énormes différences entre les continents. Je viens juste d'aller au Brésil et il jouent un jeu complètement différent de ce qu'il se passe en Europe.

C'est la même chose avec les tournois à petits et hauts enjeux. Les joueurs qui jouent régulièrement des tournois à 10 000$ ont des problèmes à jouer des tournois à 1 500$ parce que les joueurs ne pensent pas au même niveau.

Un exemple tout simple : Dans un tournoi à 1 500$ si ton adversaire 4-bet, il a les as. Mais le joueur high roller aime 5-bet ses rois ou ses dames, et il se fait avoir.

Edward Norton a récemment déclaré dans le David Letterman show que tu disais avoir commencé à jouer au poker grâce au film Les Joueurs, et qu'ils auraient dû négocier une part de chaque pot de poker disputé pour le rôle dans le boom du poker. Te sens-tu pour ta part être une célébrité aux Etats-Unis ?

2221 Chris Moneymaker
"Cerner la personnalité des gens est aussi un challenge."

Personne ne me court après nulle part. Je peux sortir de cet hôtel et seulement quelques personnes me demanderont un autographe.

Dans ma ville natale, Memphis, je suis souvent approché par des gens qui me disent "Je vous connais mais je ne saurais pas dire d'où".
Je ne suis pas vraiment une célébrité. J'ai été assez chanceux d'en rencontrer comme Leo Di Caprio ou Ben Affleck. Euc ce sont des célébrités.

J'ai tiré beaucoup de bénéfices de mon histoire, mais je peux tout à fait avoir une vie normale.

Tu as trois enfants. Vas-tu un jour leur raconter l'histoire de ta vie, comment tu es devenu le visage du boom mondial du poker ?

Il arrive déjà que ses amis à l'école posent des questions au plus âgé à propos de son père comme le célèbre gars du poker.

Ils commencent à réaliser ce que je fais. Et un jour je les emmènerai avec moi pour leur montrer le monde.

Le reste de l'histoire, toutes les vidéos sur YouTube par exemple, sera une grosse surprise quand ils découvriront Internet.

Tu disais dans une interview que les joueurs de poker empruntent tous les jours parfois 100 000$ sur une simple poignée de mains. Il y a beaucoup d'argent qui circule dans le poker. As-tu déjà été victime de fraude ou de mauvais payeurs ?

Oui ça arrive assez souvent. Et malheureusement je me suis fait avoir de très nombreuses fois.
La plupart de ces gars ont disparu du circuit ou jouent des tournois à plus bas buy-in à présent. Mais certains tu vas parfois soudainement les retrouver à côté de toi dans un High Roller à 10 000$. Mais qu'est-ce que je peux faire, à part leur dire et leur redire qu'ils me doivent de l'argent ?

C'est frustrant mais c'est aussi un challenge. Tu es responsable de tes propres prêts. Si tu cernes mal la personnalité de quelqu'un ou sa situation financière, c'est aussi de ta faute.


C. H.

Derniers Blog Posts »