Elisabeth Hille : « Je n'ai jamais touché à mes gains des WSOP. »

elisabeth hille

Le monde entier aura encouragé la jeune et jolie Norvégienne Elisabeth Hille lors des WSOP il y a deux ans. Alors que les WSOP 2014 débutent cette semaine, PokerListings a récemment rencontré à San Remo celle qui a terminé 11ème du Main Event en 2012 et a voulu savoir ce qu'elle devenait.

En fait, depuis Hille sera retournée à son travail de serveuse en Norvège, et n'a pas touché à un seul centime des 590 000$ de ses gains (elle économise pour s'acheter un appartement).

 

Il y a deux ans, tu as fait sensation en frôlant la table finale lors du Main Event des WSOP. Aujourd'hui, on te retrouve sur l'EPT. Est-ce que le poker est toujours un loisir innocent ou beaucoup de boulot ?

J'ai toujours trouvé ces grands tournois très compliqués à jouer. Pourtant à l'époque du Main Event j'étais complètement amateur.

La compétition est rude, mais j'adore les gros tournois, je m'amuse beaucoup. Plus tu avances dans le tournoi, plus c'est excitant. J'aimerais passer ma vie à jouer ce genre de tournois.

Tu peux te permettre de participer à un tournoi à 5 000 € ?

Je ne suis pas très douée quand il s'agit de gérer ma bankroll. Je joue quand je peux me le permettre, c'est pour ça que je suis ici. Je ne viens que si je gagne de l'argent avant, car je refuse de toucher aux 500 000 € que j'ai gagnés aux WSOP. Je les garde bien au chaud pour me payer un appartement. Je voulais vraiment venir à Vienne, mais je n'ai pas pu. Mais je suis là, à San Remo. Pour moi, ce sont deux destinations incontournables pour les joueurs de poker.

Est-ce que tu joues en ligne ?

Je n'ai jamais beaucoup joué sur Internet, ni beaucoup gagné.

4022 Elisabeth Hille
Elisabeth Hille lors du Main Event des WSOP 2012.

En Norvège, jouer au poker est illégal comme nous le rappelait ton compatriote Johnny Lodden. Donc si tu ne joues pas en ligne, où joues-tu ?

Il y a bien sûr des clubs de poker illégaux, mais je préfère ne pas en parler. Je reviens tout juste du championnat de Norvège qui avait lieu à Dublin cette année. Il y avait 1 260 joueurs qui participaient au Main Event à 800 €.

C'est très différent des autres tournois. Comparé à l'EPT, c'est très festif. Ici les joueurs sont très concentrés, ils ont tous des écouteurs pour s'isoler. À Dublin, à ma première table il y avait un gars qui payait sa tournée de shooters toutes les 20 minutes. Le niveau est très bon mais tout le monde s'amuse.

Est-ce que tu es toujours en couple avec Harald, qui t'avait permis de participer au Main Event des WSOP ?

En fait il avait gagné deux satellites et m'avait donc offert une place. Oui, nous vivons ensemble à Bergen, mais malheureusement il n'aime pas participer aux gros tournois live, contrairement à moi.

Est-ce qu'on te verra au Main Event des WSOP cette année ?

Bien sûr, c'est mon tournoi préféré de l'année. Le nombre de joueurs, la structure du tournoi... Tant que je jouerai au poker, j'y participerai.

En tant que Norvégienne, tu succèdes à Annette Obrestad. Tu la considères comme un modèle ?

Je ne jouais pas encore au poker quand elle a fait parler d'elle. J'ai commencé juste après sa victoire à Londres. Donc oui, c'est vraiment LA personne qui m'a inspirée. (rires)

Il y a encore assez peu de femmes dans les grands tournois. Est-ce que vous êtes talentueuses ou juste agréables à regarder ?

J'ose espérer que les autres joueurs pensent que je suis une bonne joueuse. Je fais encore beaucoup d'erreurs, mais lors du Main Event des WSOP 2012 j'ai donné pas mal de fil à retordre à Greg Merson par exemple. Par contre, je pense que je suis encore très loin du niveau d'une Vanessa Selbst qui est mon idole absolue.

Un joueur masculin que tu redoutes particulièrement ?

Yngwe Steen, que j'ai rencontré à Dublin et qui m'a complètement écrasée. Alors si je pouvais éviter de le recroiser à une table de poker...

Tu ne joues qu'au NLHE ?

Je fais aussi du poker chinois ouvert, j'adore ça !

 

Derniers Blog Posts »