Humberto Brenes : "Mon plus grand secret ? Le poker est ma passion."

brenes3
Le "Shark" Humberto Brenes lors du Jour 1A de la Battle of Malta 2015.

Pour un homme dont le poker n'est qu'un "hobby", Humberto Brenes a accumulé bon nombre de résultats impressionnants au cours de sa longue carrière d'une décennie.

Le Costaricain Humberto Brenes dit le "Shark" est devenu l'une des figures les plus reconnues durant le boum du poker, notamment grâce à ses apparitions pleines de bonne humeur dans les diffusions des WSOP.

Depuis la fin de son contrat avec PokerStars, il s'est fait plus discret, de retour comme joueur plus épisodique. Mais ne vous y trompez pas, il a toujours l'oeil du tigre - ou plutôt du requin.

Ce n'est certainement pas pour rien qu'il a remporté cette année notre Trophée PokerListings de Légende vivante du poker, devant des noms tels que Erik Seidel, Barry Greenstein ou James Woods.

Le voici en tout cas cette semaine à Malte pour recevoir son Award et bien sûr disputer la Battle of Malta. L'occasion de lui poser quelques questions.


Les résultats des PokerListings Awards ont pu prouver à quel point la communauté du poker t'admire. Que ressens-tu après cette victoire ?

Humberto Brenes à la BOM 2015
Concentré, mais joyeux et flatté.

Je me sens très heureux, et flatté de recevoir cette reconnaissance et récompense, qui s'est décidée grâce à la participation du public. Je voudrais remercier tout le monde qui a pensé à moi.

Tu possèdes déjà l'un des titres du poker les plus importants, avec deux bracelets WSOP à ton poignet. Mais on sait que tu cherches notamment à décrocher ton troisième. Quels sont tes objectifs aujourd'hui ?

Mon but est de continuer à jouer durant encore beaucoup d'années, vu que j'ai l'opportunité de jouer au poker en tant que hobby, où l'âge importe peu, et où je peux continuer à prendre du plaisir.

Tu disputes la Battle of Malta 2015, pour laquelle c'est ta première participation. Qu'est-ce qui t'a attiré dans ce tournoi, et qu'en attends-tu ?

L'une des choses qui m'attire est le fait que je vais découvrir un aussi bel endroit que Malte, et aussi beaucoup de nouveaux visages de la communauté du poker.

La Battle of Malta est un tournoi à faible buy-in qui cherche à attirer les joueurs "récréationnels" avec une atmosphère plus fun que les autres tournois. En Europe il n'y a pas beaucoup de tournois du genre. Qu'en est-il en Amérique du Sud ? Devrions-nous y exporter la BOM ?

J'ai joué plusieurs tournois similaires avec des droits d'entrée faibles. Ils essaient d'étendre le poker tout en promouvant le tourisme auprès des joueurs. Ce genre de tournois est plus agréable parce que le focus est le jeu avant l'argent.

Tu fais partie des joueurs qui préfèrent les tournois aux cash games. Pourquoi ?

Les tournois sont plus compétitifs. Dans les tournois tout le monde débute avec le même tapis de départ, aussi les joueurs font la différence grâce à leurs compétences, pas leur pouvoir financier.

Aux tables tu es très connu pour être "le Shark", mais aussi pour ta personnalité. On a déjà pu te voir chanter à la table pendant que tu écoutes de la musique sur ton iPod, et ça en agace parfois certains. Tu as une anecdote mémorable à nous raconter à ce sujet ?

Humberto Brenes
Le poker aussi a son "fou chantant".

Oui. Dans un tournoi des WSOP, après avoir joué pendant 9 heures avec un jeune joueur à côté de moi, il est parti à tapis avec une paire d'as et a perdu le coup.
Quand il s'est levé de la table, il a dit au revoir, et dans un très mauvais espagnol, a aussi dit "bon Humberto à plus tard. Le seul bon truc à devoir partir est que je ne vais plus avoir à t'entendre chanter." Et puis il a serré les mains pendant que mois je souriais.

Quel est la recette de ton succès ?

Mon plus grand secret est que le poker est mon hobby, ma passion. Donc je n'ai jamais joué aucun tournoi ou table de cash où je n'étais pas à l'aise avec les gens ou le buy-in.

Quels sont les 3 conseils que tu pourrais donner aux nouveaux joueurs ?

Si vous voulez être un gagnant, je recommanderais de :
- Ne jamais jouer à un buy-in où vous ne seriez pas à l'aise.
- Ne jamais jouer quand vous ne vous sentez pas bien ou que vous n'avez pas l'esprit clair.
- Passez du temps au début pour connaître les joueurs à votre table. Ce que vous savez de vos adversaires fera la différence.