Le retour d'Isabelle Mercier... en Poker Chinois ! (Interview)

Isabelle Mercier Prague
"Le Hold'em est tellement vil et brutal."

Durant l'apogée du boum du poker, Isabelle Mercier faisait partie des joueurs professionnels les plus redoutés en No-Limit Hold'em.

Ce n'est pas pour rien que son surnom était "NoMercy" (sans pitié) après tout.

Mais il y a quelques 4 ans, la joueuse canadienne a plus ou moins quitté le monde du poker, avant d'emménager à Monaco pour y devenir consultante.

Décembre 2015 : la voilà à Prague, en Open Face Chinese Poker. Une discipline qui a ravivé la flamme en elle.

Une chose est sûre : son talent est toujours là, puisqu'elle vient de remporter le premier des trois tournois d'OFC au programme du Corinthia Hotel durant le festival de poker de Prague, devant 107 autres joueurs.

PokerListings l'a rencontrée pour en savoir un peu plus sur ce retour, en commençant par une questions assez évidente au vu des circonstances.


Penses-tu qu'on en fait trop à propos du sommeil ?

(rires) C'est pire que ça. Je suis partie de Monaco à 7h du matin hier, passée par Nice, pris un avion jusqu'à Paris, et puis un autre jusqu'à Prague.
Le tournoi a démarré à 20h et on a fini à 10h du matin le jour suivant. Et puis je suis revenue à 15h. Autant dire que je suis contente que ce ne soit pas une interview filmée.

Isabelle Mercier, sous ses anciennes couleurs de PokerStars.
Une star du poker sur le retour ?

C'est l'adrénaline qui me maintient. Ce jeu est si excitant. Même quand mon copain et moi allions au lit, je continuais d'en parler et ça m'a pris du temps avant de trouver le sommeil.

Il y a quelques années on te voyait souvent à la télé, et puis tu as disparue.

Je me suis installée à Monaco, et comme je ne voulais plus avoir à voyager, je me suis lancée dans les affaires, dans l'industrie du jeu.

J'ai travaillé en tant que consultante pendant plusieurs années, mais mon attitude en tant que Nord-Américaine est trop différente de la plupart des gens à Monaco.
Pour moi c'est "allez, le temps c'est de l'argent, le ciel est la seule limite, on y va et on le fait", quand eux disent "hola, réfléchissons-y d'abord et on verra."

Je ne peux pas passer ma vie à réfléchir sur des projets. Je veux faire les choses. C'est un marché très fermé et il est difficile de travailler avec les gens. Du coup je vais abandonner ça et revenir dans le poker.

Mon problème c'est que je n'étais plus tant intéressée par le Hold'em, après y avoir joué pendant 15 ans. Mais le Chinese Poker est arrivé et maintenant je ne joue plus qu'à ça.

C'est le poker chinois qui a donc entraîné ton retour sur le circuit ?

En fait j'y joue depuis quelques années, mais c'est quand j'ai découvert la version pineapple que ça m'a vraiment fait y revenir.

Qu'est-il arrivé à la joueuse de Hold'em ?

Open Face Chinese Poker
Un jeu intellectuel.

J'ai perdu la fibre, et puis le jeu a beaucoup changé, et je vieillis. Je vois tous ces jeunes joueurs de 18 ans dans les tournois aujourd'hui, et je me sens faire partie de la vieille génération.

Je ne dis pas que je ne peux plus gagner. Ce que je veux dire c'est que je n'ai plus la rage pour faire ça 14 heures par jour.

Le Texas Hold'em est tellement vil et brutal, alors qu'en Poker Chinois Ouvert, bien qu'il y ait aussi de la chance à court terme, tu construis tes fondations et tu prends tellement de décisions que sur le long terme le meilleur joueur va généralement gagner.

Cela enlève un peu de la "terreur" du poker ?

Exactement. C'est plus comme les échecs. Il n'y a pas d'histoire de bluff en 5-bet dans ce jeu, sinon tu te pendrais. C'est un jeu très intellectuel, et c'est ce que j'aime.

Isabelle Mercier vainqueur d'un tournoi d'OFC
La vie est belle pour Isabelle.

Seulement cette année j'ai aussi découvert la version 2-to-7 de ce jeu, et j'en suis folle.
La version progressive a aussi ouvert un autre monde, et tout ça ne fait que s'améliorer. J'adore ce jeu !

Tu portes un patch TonyBet. Tu peux nous en dire plus ?

Je connais Tony G depuis de nombreuses années, depuis que je travaillais à l'Aviation Club de France.

Quand j'ai vu que TonyBet était la seule salle de poker en ligne où tu pouvais jouer à l'OFC, je l'ai contacté et nous avons commencé à travailler ensemble, avec de la promotion et de la production de contenu notamment me concernant.

Et puis bien que j'aime vivre à Monaco, avec des gens amicaux, de la bonne cuisine et une belle météo, je pensais retourner à Montréal, où je pourrais m'impliquer avec le Playground Poker Club, et organiser plus de tournois live d'OFC.
Jetez un œil à leur programme fin janvier début février pour en savoir plus.

Pour le moment je suis très heureuse d'être ambassadrice pour Tony G. J'aime ce gars, j'écris des articles chaque semaine, et je suis vraiment contente d'avoir gagné ce tournoi d'OFC hier.
La vie est belle !