Jeff Sarwer à l’assaut du titre de Grand Maître

Jeff Sarwer

Jeff Sarwer, joueur de poker et ancien petit prodige des échecs, vient de terminer troisième du tournoi de poker Kings of Tallinn le week-end dernier. Cependant, il a un objectif bien plus prestigieux en tête : le titre de Grand Maître dans le jeu qui fut sa première passion, à l’époque où il jouait encore avec des dinosaures en plastique.

Cet ancien petit prodige devenu joueur professionnel de poker a évoqué avec notre confrère de PokerListings Finlande Tuomo Järvelä ses premières amours.

Je vais tâter un peu le terrain avant de vraiment annoncer que je me lance pour devenir Grand Maître, mais je ne pense pas que beaucoup de gens de mon âge puissent décider de se lancer dans les échecs et dire qu’ils veulent devenir Grands Maîtres.

Alors si je pouvais y arriver, et c’est un gros “si”, ça serait vraiment bien. C’est une page de mon enfance que je n’ai jamais vraiment tournée.

Je n’ai pas l’ambition de devenir champion du monde ou quoi que ce soit. Mais si je peux devenir Grand Maître à la trentaine alors que je n’en ai pas fait depuis mon enfance, ça serait bien. Pour moi, personnellement.

Champion du monde à 8 ans

sarwer wsop
Jeff Sarwer au Main Event des WSOP 2011.

Sarwer a une histoire pour le moins originale. Eduqués à la maison par son père, Sarwer et sa soeur ont parcouru toute l’Amérique du Nord et le monde lorsqu’on a découvert son talent pour les échecs.

A 4 ans, il apprend à jouer. A 6, il devient membre à vie du club d’échecs de Manhattan à New York. A 8 ans, il est champion du monde.

“A neuf ans, Jeff est plus fort que ne l’était Bobby (Fischer) à 11 ans,” déclarait alors Allen Kaufman, président de la Fondation Américaine des Echecs.

J’ai commencé les échecs en jouant avec des petits dinosaures en plastique quand j’étais tout petit,” nous explique Sarwer. “Je les alignais pour imiter les pièces des échecs.

Beaucoup de gens commencent à s’intéresser aux échecs pour l’aspect mathématique, moi c’était purement esthétique... Très superficiel tout ça, mais j’adorais ces pièces et c’est ce qui m’a fait aimé les échecs.

Alors que sa situation familiale devenait de plus en plus complexe, Sarwer s’est peu à peu détourné des échecs en grandissant. Aujourd’hui, la trentaine largement entamée, Sarwer a envie de revisiter ses premières amours.

“Le poker c’est pour gagner de l’argent”

Comme beaucoup de joeurs-nés, Sarwer s’est tourné vers le poker parce que c’est là que se trouvait l’argent.

Vous pouvez poser la question à tous les joueurs, ils finissent toujours par passer par le poker. Que ce soit Magic: the Gathering, Starcraft ou les échecs, on passe tous par le poker parce que c’est  un jeu où on peut gagner de l’argent. Mais j'ai aussi fini par aimer ce jeu.

Sarwer a remporté 16 470 € grâce à sa troisième place du week-end dernier à Tallinn.

Voir aussi son interview vidéo (en anglais) :

Derniers Blog Posts »