John Juanda : « Je ne suis pas encore sûr de revenir dans le poker. »

John Juanda EPT Barcelone Interview
Une année de prop bets, on parie ?

John Juanda était l'un des plus grands noms et l'un des visages les plus célèbres du poker durant le pic du boom du poker. Disparu des tables de poker depuis un an, il a frappé un énorme coup pour son comeback, en remportant l'EPT de Barcelone, le premier de sa longue carrière.

L'Indonésien faisait ainsi partie de la prestigieuse équipe Full Tilt, il jouait dans les plus grosses parties de poker et les plus gros tournois de la planète. On le voyait constamment à la télé.

Et puis il a disparu des radars du poker en Amérique du Nord, pour aller vivre sa vie entre le Japon et Macao.

Cela fait maintenant quatre ans que Juanda a quitté Las Vegas pour le pays du soleil levant. Plus étonnant, cela faisait un an (depuis le dernier EPT Barcelone en 2014) qu'il n'avait plus touché une carte.

Comment et pourquoi a t-il pu rester éloigné du jeu pendant si longtemps ?

Grâce et à cause des "prop bets", ces paris en tous genres que les joueurs de poker font entre eux.
Oui vous avez bien lu.

Nous avons rencontré John Juanda à Barcelone quelques jours avant son sacre, pour qu'il nous parle notamment un peu plus de cette lubie, et de son avenir.


Où vis-tu aujourd'hui John ?

Je vis toujours à Tokyo.

Est-ce que tu passes toujours beaucoup de temps à Macao ?

Non, plus du tout. Je n'ai pas joué au poker de l'année. Le Main Event de cet EPT Barcelone est seulement mon deuxième tournoi cette année, et le premier était le Super High Roller (remporté par Sylvain Loosli NDLR) il y a quelques jours.

Optimized WM IMG2256
"On mise des sommes incroyables sur tout et n'importe quoi."

On a pu aussi remarquer que tu as manqué les WSOP. Qu'est-ce qu'il se passe ?

Ce qu'il s'est passé est que j'ai fait quelques paris avec un bon ami à moi.

Je ne sais pas comment ça a commencé ; on a été dîner et avons bu quelques verres, et puis nous avons commencé à nous défier l'un l'autre.

On a fini par miser des sommes insensées sur des trucs vraiment fous. Par exemple il a parié que je ne pourrais pas faire 20 tractions - et je veux dire des tractions digne des Marines - , et il m'a donné six mois pour m'entraîner.

Nous avons aussi parié sur courir 5 kilomètres. Et voici quelque chose d'intéressant : Il a parié qu'il serait plus rapide à sauter 50 mètres à cloche-pied que moi à courir 100 mètres normalement.

Il m'a lancé le défi à sa fête de Noël, sous l'angle d'une "course de perdant", mais j'y ai réfléchi et je ne pouvais pas croire qu'il serait plus rapide.

Oui on aurait pensé aussi que tu étais le clair favori.

Pas vraiment.

On a fait un autre pari fou, à propos de celui de nous deux ferait le mieux dans un test de langue en Japonais.
En gros j'ai passé 8 mois et demi chaque jour à étudier et m'entraîner.

Mais maintenant nous avons terminé tous nos paris, et j'ai recommencé un peu à jouer au poker.

Veux-tu dire que tu as perdu tous ces paris ?

Non, j'en ai gagné la plupart.

As-tu été en difficulté dans la course ?

Optimized WM 1R8A1744
"Je ne suis pas prêt de quitter Tokyo."

Non. Je l'ai doublé et j'ai gagné. Mais c'était proche.
J'ai aussi réussi les tractions, j'en ai fait 22.

Ca fait 4 ans que je vis au Japon maintenant et je n'avais jamais appris la langue, mais grâce à ce pari j'ai été dans les bonnes dispositions et j'ai appris le japonais. Donc ça a vraiment été une bonne année.

Peut-être que tu étais juste fatigué du poker et que tu avais besoin d'une pause ?

Ca faisait partie des raisons. Quand je vivais à Vegas ou Los Angeles, tout était à côté et facile, mais à Tokyo c'est horriblement difficile.

J'aime venir à Barcelone ou Monte-Carlo par exemple, mais il n'y a pas de vols directs et donc le voyage est très long.

J'étais prêt à faire une pause. Je ne suis pas encore sûr de si je suis de retour dans le poker pour le moment. Je vais simplement voir comment je me sens.

Est-ce que l'époque où tu étais tout le temps à la télé te manque ?

Jouer à la télé ne me manque pas, mais les cash games en Australie et à Macao avec les joueurs chinois oui.

Tu nous as dit une fois que tu jouais à Macao même si les enjeux étaient trop hauts.

(rires) C'est devenu vraiment fou là-bas. Les enjeux sont environ 8 à 10 fois plus haut que quand je jouais.

Ma bankroll poker n'est plus si grosse, donc il me faudrait vendre des parts si je voulais prendre part à ces parties.

Quel est ton avenir alors ?

J'adore vivre à Tokyo, donc ce n'est pas près de changer.

A court terme il se peut que j'aille à Londres depuis ici à Barcelone, sachant qu'il pourrait y avoir une grosse partie d'argent.

Et puis dans un futur proche je vais à Manille, qui est le nouveau point chaud pour les cash games. Je pense que c'est là-bas à présent qu'il faudra être pour ces parties.


A lire aussi :