Josh Arieh en a marre des joueurs qui réfléchissent trop

IMG0854
Josh Arieh

Josh Arieh n'est plus très présent sur le circuit, mais il n'a pas hésité à nous donner son avis sur ce qu'il considère comme un fléau grandissant dans le poker.

Pour preuve la plus récente, ce qui est arrivé lors du PokerStars Caribbean Adventure il y a quelques semaines.

D'après Arieh, son adversaire (le professionnel anglais Rhys Jones) prenait beaucoup trop de temps à prendre des décisions au début du High Roller à 25 000$.

« On n'avait même pas encore joué 20 mains que le gars tankait déjà en prenant au moins 3 minutes pour se décider » explique Arieh. « C'est ridicule. On est au début d'un tournoi, il n'y a pas tant d'enjeu que ça. »

Arieh, exaspéré, a alors décidé de ne pas laisser passer cela.

« Je m'y suis mal pris, je lui ai demandé si son cerveau était plus lent que celui des autres joueurs. C'était déplacé... mais ça a marché. »


Pas de solution évidente à un problème très répandu

IMG0272
Tom Dwan est parfois montré du doigt pour prendre trop de temps à la table.

Il est évident que les choses ont beaucoup changé depuis les débuts de Josh Arieh à la fin des années 90.

« Le poker a beaucoup évolué. À l'époque, on jouait à toute vitesse. »

Et Arieh a beau comprendre pourquoi les joueurs tankent, qu'il s'agisse de prendre la meilleure décision possible ou de déstabiliser ses adversaires, il trouve que cela dessert le poker.

« Si on ne contrôle pas le temps que prennent les joueurs, il y en aura toujours pour faire des excès. Faire progresser le poker, c'est arriver à produire plus d'argent. Si un joueur peu expérimenté se retrouve face à un autre qui prend 2 minutes pour jouer à chaque tour, il va se sentir horriblement inférieur. Il sera terrifié. »

Le "tanking" est loin d'être un phénomène nouveau, Daniel Negreanu s'en est par exemple très souvent plaint. En 2012, Tom Dwan a même reconnu être en partie responsable de l'épidémie de "tanks".

Le problème, d'après Arieh, c'est qu'il n'y a pas de solution évidente :

« On pourrait avoir un chronomètre, mais ça serait compliqué à gérer, il faudrait au moins 8 directeurs par tournoi. Ou alors des réserves de temps, comme au poker en ligne. Dans les deux cas, c'est assez compliqué à mettre en place. Je ne sais pas comment on peut y remédier. »

Il y a manifestement un décalage entre les adeptes des longues réflexions et les joueurs qui voudraient jouer plus rapidement, notamment au début d'un tournoi.

Rhys Jones, le joueur que Josh Arieh accuse d'avoir pris trop de temps pour prendre sa décision, estime que le Canadien s'est mis à lui crier dessus sans prévenir, et ce à la river d'une main cruciale.

« ... Incroyable ce que certains joueurs se permettent à table » a-t-il alors tweeté ensuite.

Il y a en tout cas de grandes chances qu'on ait pas fini d'entendre parler de ce grand débat qui agite les tables de poker !

 

Derniers Blog Posts »