Konstantin Puchkov, entre comptabilité et courses de chevaux

puchkov2

Jusqu'à il y a quelques jours, Konstantin Puchkov détenait le record du monde du plus grand nombre de places payées en une seule édition des WSOP. Il est également un habitué de l'European Poker Tour, mais ses activités hors-poker pourraient vous surprendre.

En effet, Puchkov est un driver très actif dans les courses de chevaux en Russie et il est lui-même propriétaire de chevaux appelés « Freeroll », « Full House » et « Full Tilt Poker ».

PokerListings avait rencontré le vétéran de 62 ans il y a quelques semaines, pour parler avec lui des cheveux, de l'Union Soviétique, de ses débuts dans le poker et bien sûr de son record.


Konstantin, une rumeur court selon laquelle tu élèverais tes propres chevaux en Sibérie et tu leur donnerais des noms liés au poker. C'est vrai ?

C'est vrai, mais je ne pratique pas l'élevage professionnel et je ne vis pas en Sibérie. La vérité : je suis un driver de trot passionné qui vit à Moscou.

5011 Konstantin Puchkov
"Mon cheval qui réussit le mieux ? Full Tilt Poker !"

Je fais ça depuis que j'ai 20 ans. Je ne suis qu'un amateur mais je cours au plus haut niveau en Russie et j'ai remporté six courses traditionnelles.

Quid de l'élevage et des noms de poker ?

J'ai acheté une jument après la chute de l'Union Soviétique. Cette jument a donné naissance à cinq poulains.

Ma jument s'appelait Fisalina, c'est pourquoi j'ai donné à tous les poulains des noms commençant par la lettre F. Et comme le poker est ma deuxième passion, j'ai voulu leur donner des noms qui rappellent le poker.

J'en ai un qui s'appelle « Flush Royal », un autre « Freeroll » ou encore « Full House ». Celui qui rencontre le plus de succès est « Full Tilt Poker ».

J'espérais pouvoir courir avec le logo de Full Tilt sur mon maillot, mais l'entreprise a ensuite fait faillite. Ce pauvre cheval a vécu une période très difficile pendant quelques mois. (rires)

Si le poker et l'équitation sont tous les deux des loisirs, quelle est ta profession ?

Je suis mathématicien de formation, je travaillais pour l'Union Soviétique en tant que directeur financier.

Aujourd'hui, je suis chef comptable dans une petite maison d'édition qui publie des livres et des campagnes de publicité. J'ai un bon salaire et je touche 1% des bénéfices annuels.

Ça suffit pour financer tous ces tournois de poker onéreux tout au long de l'année ?

Non. Avant le poker, je n'avais jamais eu de telles sommes à gérer professionnellement. Par contre j'ai beaucoup joué aux échecs et au backgammon et ça m'a permis de bâtir une bonne bankroll.

Konstantin Puchkov
"Mon budget est de 220 000€ par an, mais j'ai perdu beaucoup d'argent en dans des cash games en Russie."

Maintenant j'ai un budget de 150 000 $ pour les WSOP et de 20 000 € pour cinq EPT par an.

Ça fonctionne, mais j'ai perdu beaucoup d'argent dans des cash games à Moscou.

A Barcelone par exemple, je n'ai payé que 50% de mon buy-in au Main Event. Le reste vient d'un ami qui me sponsorisait.

Comment t'es-tu mis au poker ?

Comme je l'ai dit, je jouais aux échecs. J'avais obtenu le titre de maître. Et j'allais à Monte Carlo tous les ans pour le championnat de Backgammon.

En 1998, un ami m'a initié au poker. Une longue histoire d'amitié. (rires)

Il y a deux ans, tu as établi le record du plus grand nombre de places payées en une seule édition des WSOP (11). C'était prévu ?
(son record vient tout juste d'être battu par Ismael Bojang aux WSOP APAC, NDLR)

Oui, je l'avais même annoncé à mes amis avant le début du premier tournoi. Et je l'ai fait.

C'est une des raisons de ta nomination au Trophée PokerListings des Légendes Vivantes. Bien que tu n'aies finalement pas gagné. En es-tu fier ?

Oui. J'ai lu ça sur PokerListings Russie et j'étais très surpris. Les Russes ne gagnent pas beaucoup de prix dans le poker et c'est dommage. Mais c'est déjà très bien d'avoir été nominé.


C. H.

 

Derniers Blog Posts »