Patrik Antonius : « Je n’ai jamais utilisé la technologie pour prendre l’avantage. »

Optimized NWM antoniusbarca2
Ancienne école ou non, Antonius préfère vivre la partie sur le moment.

Même en 2015, il est toujours aussi difficile de prendre un moment pour parler avec Patrik Antonius.

Lors du récent Main Event de l’EPT Barcelone, des fans l’arrêtaient en effet tous les 5 mètres pour se prendre en photo avec lui.

Nous avions fini par trouver un petit coin tranquille au fond du hall, où il a pu nous parler de son retour sur le circuit, de la disparition des cash games à hauts enjeux, ainsi que des mauvais côtés des logiciels de tracking.

Antonius ne se considère pas comme un spécialiste des tournois, c’est pourquoi il n’est pas très présent sur le circuit. Depuis octobre 2011, il ne compte que sept places payées lors de tournois internationaux.

Mais chacun de ces prix est à six ou sept chiffres. De quoi en déduire que la légende finlandaise est toujours l’un joueurs de poker les plus talentueux et efficaces du monde.

Patrik, où habites-tu désormais ?

Je passe la majorité de mon temps à Monaco. Je joue toujours au poker dans le monde entier, mais rarement en tournoi.

Comme à Macao ?

Pas récemment. Je n’y suis pas allé depuis environ deux ans. Mais je prévois de participer à d’autres grosses parties.

Optimized WM IMG3455
Vers plus de grosses parties dans le futur.

D’aucuns considèrent Manille comme la prochaine destination en vue.

(sourire) Il y a de très bonnes salles de poker à Manille, et les Chinois ne peuvent pas jouer en Chine, donc ils aiment se rendre à Macao ou aux Philippines.

Je sais aussi que l’entreprise de Winfred Yu, PDG de Poker King Macau, a ouvert un club à Manille, exactement comme celui de Macao.

Apparemment, tu as aussi des liens avec le King’s Casino Rozvadov, puisque tu portes un de leurs badges.

Rien n’a été signé. J’ai parlé avec le patron du King’s Casino (note : Leon Tsoukernik) et nous envisageons de collaborer dans le futur. C’est pour ça que j’ai décidé de porter leurs couleurs pour ce tournoi.

As-tu participé à la récente partie high stakes au King’s ?

Non. Je n’y suis jamais allé, c’est pourquoi je n’ai pas participé à ce cash game.

Mais je suis très content d’être ici. Ce tournoi est tellement bien organisé. J’ai aussi hâte d’aller à Berlin ou à Malte, et évidemment au Grand Final à Monaco.

Pourquoi t’es-tu fait aussi discret sur le circuit ces derniers temps ?

Les grosses parties auxquelles je participais se font plus rares. À Macao, les parties deviennent de plus en plus privées, et je trouve que ce n’est plus pareil à Vegas non plus.

Optimized WM IMG5919
Il était apparemment possible pour Patrik Antonius d'être encore plus affuté.

Et puis tout d’un coup, il n’y avait plus rien à Londres ni à Monaco. Les choses changent tout le temps dans le poker. Donc j’ai décidé de prendre du recul.

Parfois, je ne joue pas une seule main pendant des mois, mais c’est surtout parce que je ne trouve pas de partie qui m’intéresse. Cela m’a permis de consacrer plus de temps à ma famille et à ma santé, j’ai réussi à retrouver la forme.

J’avais beaucoup de problèmes de dos, d’épaule et de hanches, mais maintenant je vais beaucoup mieux. Et je suis très heureux de rejouer au poker.

Quelques parties de tennis avec Gus Hansen aussi ?

S’il veut jouer, on doit pouvoir s’arranger ! (rires) Mais je crois qu’il joue plus au squash maintenant.

Et du côté du poker en ligne ? L’époque où Tom Dwan et toi vous disputiez des centaines de milliers de dollars nous manque beaucoup.

Je suis un peu triste, mais le fait est que la technologie a trop progressé, le jeu a complètement changé.

Aujourd’hui, les joueurs utilisent des logiciels qui leur donnent tellement d’informations et de données que tout est basé sur les chiffres.

Je n’ai jamais utilisé aucun de ces programmes. Je n’ai jamais utilisé la technologie pour prendre l’avantage. Je suis un joueur d’instinct, je vis dans le moment.

Mais les joueurs d’aujourd’hui savent parfaitement ce qu’ils font. Ils basent leur jeu sur ce que leur dit le programme. C’est comme jouer contre un ordinateur.

Optimized WM poker tracker big2
Les logiciels ont changé les parties high stakes.

Si tu n’utilises pas de logiciel, le jeu est totalement déséquilibré. Mais j’apprécie toujours les Mixed Games.

Parce qu’il n’y a pas de logiciel ?

Je suis sûr que certaines personnes très intelligentes sont déjà en train d’y travailler, et qu’il y aura bientôt des programmes pour le Stud ou les heads-up en 2-7 Triple Draw.

De ce que j’en sais, le Limit Hold’em est plus ou moins résolu (disons presque résolu NDLR). J’ai arrêté le Hold’em et le Pot-Limit Omaha en ligne.

J’ai perdu près d’un million d’un coup et je me suis rendu compte que je ne pouvais plus faire de profit sur ces variantes, à cause des logiciels.

En vrai, c’est différent, mais en ligne je n’ai plus aucune chance, malheureusement.

Tu as l’air très enthousiaste à propos du poker live.

Oui ! J’ai vraiment hâte de participer à l’EPT Malte. Et je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas. J’ai toujours préféré jouer en live, bien que le poker en ligne soit beaucoup plus accessible.

(À ce moment-là, une foule de gens armés d’appareils photo de de téléphone portables est arrivée, l’air de plus en plus impatient.)

Je crois qu’on va devoir te libérer. Tu as des photos à prendre.

C’est vraiment quelque chose qui m’a beaucoup surpris cette semaine.

Après tout ce temps, je n’arrive pas à croire qu’il y ait autant de gens qui veulent dire bonjour ou prendre une photo.
C’est extraordinaire.