Scotty Nguyen : « Ni le jeu, ni la gloire ne me changeront »

Scottynguyen3
Scotty Nguyen, baby !

Si on a peut-être parfois tendance à l'oublier, Scotty Nguyen est bel et bien toujours présent sur le circuit et aux WSOP. PokerListings a rencontré à Vegas l'une des plus grandes légendes du jeu, qui nous parle de sa vie, son incroyable parcours, et sa nouvelle philosophie de la vie.

A quelques minutes de la pause, Scotty Nguyen se lève brusquement de sa table du 6-Max Pot-Limit Omaha, pour aller au fond du Rio.

La raison ? Il a terminé sa Michelob Light.

Il en profite pour passer un coup de téléphone, fumer une cigarette, et répondre à quelques questions en savourant sa bière fraîche. Il ne joue pas, mais cela n’empêche pas ses fans de s’agglutiner autour de lui pour écouter ses histoire ou lancer un “Baby” sonore.

Peu de joueurs de poker ont une phrase signature, Nguyen lui a un mot.

Nguyen, facilement reconnaissable au moins grâce à 3 des 5 sens, est l’un des chouchous du public et n’est pas du genre à faire dans la retenue. Il est passé chez Conan O’Brien, il a gagné cinq bracelets WSOP, il totalise plus de 11 millions de dollars de gains en tournois et est surnommé le Prince du Poker.

Mais Nguyen n’a pas toujours fait partie de la royauté.

Une enfance modeste au Vietnam

Nguyen est né le 28 octobre 1962, en pleine crise des missiles de Cuba et deux ans avant que Lyndon B. Johnson ne signe la résolution du Golfe du Tonkin qui autorisait l’intervention des forces militaires en Asie du Sud-Est, et plus particulièrement au Vietnam.

Scottynguyen
Nguyen a connu l'enfer de la guerre dans son village d'enfance.
 

Nguyen est né dans le sud-est du Vietnam, mais il ne sait pas exactement où.

Je ne m’en souviens pas et je n’ai jamais demandé à ma mère si c’était à Nha Trang ou à Da Lat” explique Nguyen.

Toute ma famille vient de Da Lat : mon grand-père, tout le monde. Je n’en parle jamais parce que j’imagine que personne ne connaît Da Lat. C’est de là que vient toute ma famille paternelle. Je pense que c’est là-bas que je suis né.

Da Lat est une ville de montagne au climat tempéré, à quelques 140 kilomètres à l’ouest de la côtière Nha Trang. Les deux villes étaient au coeur de la guerre du Vietnam, sous les yeux de Nguyen.

On voyait des corps sur le chemin de l’école, des trucs comme ça. T’es là, tu dors, ton ami dort dans la maison voisine, et il se prend une bombe. Et toi t’es toujours là. Il faut vivre avec ça. J’étais jeune à l’époque. On ne pensait à rien : c’était la guerre, c’est tout.

L’Amérique

A peine adolescent, Nguyen était l’aîné d’une fratrie déjà nombreuse et qui compterait finalement 13 enfants. Dans un pays ravagé par la guerre, il a dû se mettre à travailler dès la fin de celle-ci.

Après la guerre, mes parents n’avaient plus assez d’argent pour subvenir à nos besoins, nous étions une famille très nombreuse. Ils m’ont envoyé dans un camp communiste pour que j’apprenne des choses. En fait c’était plutôt du travail que de l’éducation,” dit Nguyen. “Escalader des montagnes, porter du bois, couper des arbres... C’est tout ce qu’on faisait.

Mais sa vie allait rapidement changer, pour le meilleur.

Un jour, ma mère est venue me dire qu’ils allaient m’envoyer en Amérique.

las vegas strip 8566
"La célébrité t'apporte vite beaucoup de choses, et je me suis laissé avoir."
 

Nguyen, qui avait alors 14 ans, n’a pas tout de suite vu de grande amélioration lorsqu’il est arrivé à Chicago.

Il faisait tellement froid là-bas. Je n’avais jamais vu la neige, et tout d’un coup il n’y avait que ça. Mon parrain nous envoyait nourrir ses animaux tous les matins. Il ne nous parrainait pas pour qu’on puisse aller à l’école mais pour faire de nous ses esclaves. Je ne savais même pas ce qu’était l’école en arrivant à Chicago, et ce gars nous faisait juste travailler dans sa ferme.

Nguyen, qui était arrivé à Chicago avec l’un de ses frères, a finalement trouvé un autre parrain, dans un état au climat plus clément : la Floride.

On a trouvé un parrain qui nous traitait beaucoup mieux. Ils nous a accueillis et nous a traités comme sa famille.

Poker et leçons de vie

Quelques années plus tard, Nguyen a pris la direction de Las Vegas, sur un coup de tête. Une décision cruciale qui a amorcé sa transformation en Prince du poker.

Ce n’est pourtant pas à Vegas qu’il a appris à jouer : c’est sa mère qui lui a tout appris des jeux de cartes.

Elle jouait à toutes sortes de jeux. Elle ne se rendait même pas compte que j’absorbais toutes ces connaissances. J’ai tout appris en la regardant jouer. Quand elle avait besoin de s’absenter de la table pour aller au toilettes ou manger un bout, elle me laissait jouer une ou deux mains à sa place. Je gagnais toujours.

J’avais cinq ans, cinq ans et je savais déjà jouer contre des adultes. A n’importe quel jeu. Elle n’arrivait pas à y croire. Personne n’y croyait.

Son père n’était d’ailleurs pas très enthousiaste à l’idée de voir son fils jouer aux cartes.

On n’avait absolument pas le droit de toucher aux cartes, mon père nous mettait des roustes. On se prenait de ces raclées à chaque fois qu’il nous trouvait en train de jouer... Il utilisait le tuyau en caoutchouc des stations services pour nous battre.

IMG7449
"Quand j'étais petit on avait pas droit de jouer aux cartes."
 

A chaque fois, il me battait jusqu’au sang, dès que je jouais aux cartes. C’était interdit.

Une première victoire aux WSOP, puis la chute

Sans l’ombre menaçante de son père lorsqu’il est arrivé à Vegas, Nguyen a trouvé un moyen de se punir lui-même.

Mes premiers WSOP, c’était en 1997. Une épreuve d'Omaha Hi-Lo split. J’ai mis longtemps à avoir les tripes pour me lancer, mais ce n'était pas que ça. C’était tellement difficile pour moi de compter jusqu’à 3 000$, tu vois ce que je veux dire ? Et là, première fois que je joue, et je gagne. Je crois que j’ai gagné 156 000$ après avoir joué 14 ou 15 heures.

A l’époque, on jouait à l’étage. Il fallait descendre pour récupérer son argent. Je descends à la caisse avec mon bracelet, je récupère mon argent, et le temps que j’arrive à la porte, j’étais fauché. J’avais tout perdu au craps. J’ai dû emprunter 5$ pour payer le voiturier. C’était assez fou. J’avais tout lâché, il ne me restait plus rien, pas un dollar.

“J’étais trop confiant”

Nguyen le répète à l’envi : il en a fini avec ces paris inconsidérés. Pour lui, c’est surtout sa jeunesse, sa soudaine richesse et son arrogance qui l’ont poussé à jouer avec excès et à consommer des substances illicites.

On va dire que j’étais naïf et trop confiant. Je pensais pouvoir battre n’importe qui, et je l’ai fait : au poker, j’ai battu tout le monde. Sauf le casino. Le casino m’a tué, baby.

3070 Scotty Nguyen
Scotty a appris des leçons de la vie.
 

C’était il y a longtemps, et je suis devenu connu tout d’un coup. La célébrité... ça t’amène beaucoup de choses, tu sais. De belles limousines, des femmes, de la drogue...

T’es là, t’as 21 ans, et on te dit que tu peux avoir tout ce que tu veux. Une suite à 3 000 ou 4 000$ la nuit, tu vois ce que je veux dire baby ? C’est comme ça qu’ils m’ont eu. J’étais jeune et con, mon dieu...

Quand t’es gamin, tu vois jamais des trucs comme ça, des gens qui ouvrent les portes pour toi. Là quoi que tu demandes, quelqu’un se dépêche de te l’apporter. C’était pas comme ça au Vietnam, baby. C’était tout nouveau pour moi, je me suis laissé avoir.

Cela ne fait pourtant pas très longtemps que Nguyen a laissé derrière lui la controverse. En 2008, il a remporté le tournoi de H.O.R.S.E. à 50 000$ alors qu’il était manifestement ivre.

Il s’est depuis excusé auprès de ses fans et des autres joueurs, mais il apprécie toujours de boire un verre, que ce soit à la table de poker ou en dehors.

Controverse ou pas, pas de regrets

Alors qu’on entame la deuxième moitié de l’interview, la Michelob Ultra de Nguyen commence à se vider. Il fait un signe au barman. Comme tout le monde aux WSOP, il connaît bien Nguyen et de dépêche de lui apporter une bière fraîche.

Merci baby” le remercie Nguyen, sans se rendre compte que le jeu a repris dans la salle.

D’aucuns regretteraient les mauvaises décisions prises par le passé, mais ils ne sont pas Scotty Nguyen.

Mais non ! Je ne regrette rien. Toutes mes erreurs m’ont appris de bonnes leçons. C’est des choses que je peux transmettre à mes enfants. Je ne veux pas qu’ils tombent dans les mêmes pièges que moi.

scotty nguyen 941
"Je veux que les gens sachent que Scotty est toujours là."
 

Tu paies pour tes erreurs, tu paies pour ce que tu veux. Rien n’est gratuit dans la vie. Si on t’offre quelque chose, prends-le, mais ne donne rien en retour, tu vois ce que je veux dire ?

“Avec 500$ ou 5 millions, je vivrais de la même façon”

Si Nguyen a eu du mal à gérer l’arrivée soudaine de la célébrité et de la fortune dans sa vie, le plus difficile pour le Prince du poker a été de gérer la faillite.

Tu ne peux pas montrer que tu es fauché. Tu ne peux pas demander aux gens de te filer un coup de main, c’est ça le plus dur, tu sais baby ?

Quand tu es champion du monde, tu dois toujours être au top, avoir la classe quoi qu’il arrive. Si j’ai besoin d’un coup de main, j’appelle un ami proche. S’il dit non, tant pis, mais c’est entre lui et moi.

Quand j’arrive à table, peu importe que j’aie 500$ dans la poche, les gens pensent que j’ai 5 millions.

Je dépenserais toujours comme si j’avais 5 millions. J’irais dans un grand restaurant, je boirais des cocktails, j’aurais toujours des gens pour me servir autour de moi, parce qu’il est hors de question que je me rabaisse.

Toujours ce bon vieux Scotty

Nguyen a amassé plus de 11 millions de dollars de gains en tournois et cinq bracelets WSOP. Ce qu’il lui reste de tout ça, on n’en sait rien, mais ce qui est sûr c’est qu’il est toujours 100% lui-même.

Le jeu, la célébrité, la vie... tout ça te change. Mais moi je ne change pas. Je suis toujours le même Scotty Nguyen.

Je parlerai toujours de la même façon, je jouerai toujours de la même façon, j’agirai toujours de la même façon. On ne dit jamais de mal de moi.

La saga Nguyen est très longue et encore loin d’être terminée. Mais ça n’empêche pas Scotty de savoir ce qu’il voudrait lire sur la dernière page.

Le joueur de poker le plus fou, le plus classieux, le plus beau, le plus badass, baby.

Je suis un malade, je joue à tous les jeux. Je veux que les gens sachent que Scotty est toujours là.

-----

Le retour de Scotty NGuyen

(22/02/12)

Scotty Nguyen

Scotty NGuyen est l'ambassadeur de la 2ème édition des WSOP Afrique qui se tiennent cette semaine en Afrique du Sud. Avant un vrai grand retour ?

Les World Series of Poker, peut-être ne le savez-vous pas, mais ce n'est pas que Vegas. Ce sont aussi les WSOP Afrique !

C'est ainsi qu'a actuellement lieu la deuxième édition de ces Series en dehors de l'Amérique (du WSOP Circuit), du 21 au 26 février, à l'Emerald Resort and Casino de Johannesburg, en Afrique du Sud.

6 events sont au programme, dont un Main Event à 3000$, ainsi qu'un tournoi caritatif et un tournoi Ladies. Mais aucun n'offre de bracelet comme leurs homologues estivaux.

Le maître de cérémonie est cette année Scotty NGuyen, 5 fois vainqueur d'un tournoi des WSOP.

"Le Prince est allé partout dans le monde vous savez, baby. Australie, Asie, Europe... Mais c'est la première fois que je vais en Afrique du Sud, et je suis très excité à l'idée de venir et de pouvoir partager ce superbe jeu avec les joueurs d'ici, d'avoir à les connaître, et puis juste de passe du bon temps baby.", a t-il confié au site sportif local Sport24.

"Du moment que les gens de l'Emerald me protègent des lions, je promets qu'il y aura beaucoup de fun baby !" plaisantait le toujours facétieux champion.

La première de ces WSOP Africa avait eu lieu l'an dernier en 2011. Pas un gros succès. Le Main Event avait attiré 188 joueurs, avec Warren Zackey qui avait décroché 352.832$.
La pro américaine Maria Ho avait atteint la table finale, en ayant terminé 6ème pour un gain de 43.000$.

Les buy-in de cette nouvelle édition vont de 300$ à 10.000$ pour le High Roller. Le Main Event démarrera vendredi.

Scotty NGuyen de retour ?

Scotty NGuyen revient quant à lui un peu sur le devant de la scène. Champion parmi les champions (5 bracelets WSOP dont celui du Main Event en 1998, 40 places payées, 1 titre WPT, plus de 11 millions de dollar de gains en tournois), l'homme semble sur la pente descendente depuis quelques années.
Il avait d'ailleurs même lancé qu'il arrêterait le poker s'il ne gagnait pas 4 millions de dollars lors des WSOP 2009. Avec une seule place payée (pour 33.668$), Scotty avait terminé bien loin du compte !

Heureusement pour les amateurs de poker, Scotty est toujours là.
Et même si ses résultats depuis son dernier bracelet en 2008 dans le HORSE à 50.000$ sont limitées en grosses performances par rapport à ce dont il nous avait habitués (1 cash WSOP en 2009, 2 en 2010, 1 en 2011 (une table finale tout de même), et quelques tables finales de WPT), Nguyen n'a sans doute besoin que d'un petit coup de boost pour refaire parler de lui en bien.

-----

Bio express

Scotty Nguyen

Scotty Nguyen est né à Nha Trang, située sur le littoral du sud chinois, dans le centre-sud du Vietnam. Avec ses plages de sable blanc chatoyantes et ses eaux vierges, et réputée pour ses sources minérales naturelles curatives, la ville est rapidement devenue une destination internationale pour les touristes et les routards.

Mais lorsque Scotty y voit le jour en 1962, Nha Trang comme le reste du Vietnam était un endroit bien différent. Bien que les Etats-Unis n'avaient pas encore officialisé leur entrée en guerre, le conflit entre le Nord et le Sud Vietnam était en pleine escalade, déstabilisant la vie à travers le pays. Aucune communauté n'en sortait indemne, et la vie quotidienne était trop souvent synonyme de misère et de pauvreté.

L'esprit tourné vers l'avenir, la mère de Scotty mis de côté le peu d'argent que la famille avait pu économiser pour envoyer son premier enfant loin de ces plages du sud-est de l'Asie déchirée par la guerre. Et du haut de ses 11 ans Scotty embarqua alors pour les Etats-Unis afin de débuter une nouvelle vie.

Sa première escale fut Taiwan, où il échappa au confinement d'un camp de réfugiés en trouvant un boulot d'ouvrier. Scotty pris son mal en patience pendant quelques années jusqu'à ce qu'une famille américaine se porte volontaire pour l'accueillir. A 13 ans Scotty était prêt pour commencer une nouvelle étape dans sa vie.

Mais une fois aux Etats-Unis tout ne fut pas aussi simple. L'adaptation à un nouveau pays, à une nouvelle langue et à une nouvelle culture sans le soutien de sa famille et de ses amis fut une expérience quelque peu traumatisante. Scotty luttait pour être heureux, et pour ne rien arranger y détestait la météo.

La transition entre les tropiques du sud-est de l'Asie et le froid territoire sans littoral balayé par le vent de l'Illinois était vraiment difficile, et pas vraiment tripant. Scotty demanda alors à avoir une nouvelle famille d'accueil dans un endroit aux climat et environnement plus proches de Nha Trang.

Sa requête fut finalement accordée et Scotty embarqua à nouveau, cette fois pour les plages d'Orange County, en Californie, pour s'installer dans sa nouvelle famille d'accueil à Costa Mesa.

En dépit d'une météo plus accommodante, Scotty ne se plait pas mieux. Fatigué des études, il saute les cours et préfère faire les quatre cent coups dans le quartier, volant un vélo, brisant les vitres... Jusqu'à ce qu'il croise la route du poker, qui devint alors rapidement le seul divertissement auquel Scotty pouvait s'adonner.

Ses premières expériences avec les cartes ont lieu chez des amis, et malgré son incapacité à remporter les pots, son ambition le conduit du côté des salles de billard et des arrières-salles de troquets, où il pouvait tester son jeu aux plus hauts niveaux.

Lorsque Scotty attrape la vingtaine, il part alors à Vegas pour être plus proche de cette fièvre du poker. En grandissant il avait entendu des histoires à propos de la ville, et après être arrivé en Californie son intérêt pour cette cité du jeu se décupla en même temps que sa passion pour le poker grandit.
Nanti en plus d'un grand appétit pour la fête et les cartes, il n'y avait pas de meilleur endroit pour voir Scotty poser ses valises et apprendre son futur métier.

Scotty décroche dans un premier temps un boulot de nettoyeur de tables dans un casino, tout en parvenant à se construire une bankroll en dehors.
Le jeune homme se tourne ainsi vers le tapis vert, où il espère alors bien transformer son hobby du poker en vraie carrière. Mais son jeu n'est pas encore au point. Il perd rapidement son capital et doit prendre un emploi de croupier, d'abord au Harrah's Holiday Casino puis plus tard, au Golden Nugget.

Distribuer des cartes au poker se trouve être un atout précieux ; Scotty affûte sa compréhension du jeu en observant les méthodes et les erreurs de ses clients. Il commence de ce fait à mettre en pratique ses nouvelles connaissances dans les parties basses limites qu'il fréquente, et sa bankroll -ainsi que sa confiance- commencent à prendre de l'ampleur.

Son rêve de devenir professionnel devenant plus accessible que jamais, Scotty fait profil bas et devient sérieux. Et après seulement deux ans de jeu fluctuant, le rounder de 23 ans laisse tomber la distribution des cartes et se lance dans le poker à plein temps.

Au fil des ans, Scotty perd et remonte sa bankroll un nombre incalculable de fois. En revanche il n'a jamais repris de petit boulot. Le poker était sa vocation, ce qu'il a d'ailleurs depuis eu l'occasion de prouver maintes et maintes fois.

Un palmarès impressionnant

Scotty est rentré dans l'argent de centaines de tournois, dont près de 40 épreuves WSOP, plus d'une quinzaine de tournois WPT, et d'innombrables épreuves indépendantes telles que le California State Poker Championship, les Aussie Millions, les Poker Superstars Invitational, U.S. Poker Bowl, Caribbean Poker Classic, Monte Carlo Millions et Austrian Masters, pour n'en citer que quelques-unes.

Bien qu'il possède de nombreux gros résultats en tournois à son actif, les réussites les plus notables de Scotty sont à chercher du côté des World Series of Poker.

Depuis ses premières Series en 1995, Nguyen a glané cinq bracelets et est rentré dans l'histoire en tant que premier joueur à avoir gagné à la fois le Main Event (1998) et le Championnat de H.O.R.S.E. à 50 000 $ (2008). En outre, sur les nombreuses épreuves dans lesquelles il est reparti avec un prix, il a atteint la table finale dans à peu près la moitié, et a rarement fini en dessous du top 25.

Mais son palmarès dans le WPT n'est pas en reste. Avec plus d'une quinzaine de bonnes places en Championnat - la plupart en table finale - Scotty détient plusieurs titres du World Poker Tour et a même été le premier joueur de l'histoire à remporter le triptyque d'un Championnat WPT, Main Event des WSOP, et Championnat de H.O.R.S.E. des WSOP.

Peut-être encore plus incroyable, comment Scotty est-il resté les pieds sur terre ? Oui, l'homme est confiant. Et assez présomptueux également. Mais arrogant ? Jamais. Prétentieux ? En aucune manière. Là où d'autres joueurs peuvent laisser leur ego divaguer et tomber dans l'autosuffisance, Scotty Nguyen a su éviter le piège sans trop d'effort.

Des vertus derrière un masque de trublion

Bouddhiste pratiquant, possédant d'abondantes réserves de force intérieure et ayant une conception positive des choses, Scotty a persévéré au travers les hauts et les bas afin de réaliser ses rêves. Et tandis qu'il est le premier à admettre qu'il est au top de son jeu, il refuse pourtant de s'abroger tout le crédit. Il admet ainsi le rôle que ses fans ont joué pour faire de lui ce qu'il est aujourd'hui.

« Les fans sont la chose numéro 1 pour un joueur de poker » confessa t-il à PokerListings après sa victoire dans le H.O.R.S.E. en 2008. « Sans les fans, je ne serais jamais devenu ce que je suis aujourd'hui... ».
« Il est important de donner aux fans ce qu'ils veulent, une bonne partie, un bon spectacle » poursuivait-il.
« Les fans voyagent depuis le monde entier. Ils prennent l'avion depuis l'Allemagne, l'Australie, Londres, Paris, juste pour venir vous voir. Ils vous demandent des photos, des autographes... Vous ne pouvez pas leur refuser. Je m'arrête toujours pour répondre à leurs sollicitations. »

Avec une telle noble attitude, est-il surprenant que l'homme soit aussi connu sous le nom de Prince of Poker ? Il ne fait aucun doute que la chaleur et la gentillesse avec lesquelles il accueille ses fans lui ont donné le respect des amateurs de poker à travers le monde. Mais il y a également gagné l'admiration de ses adversaires.

Bien qu'il soit fort et très agressif aux tables, les manières de gentleman de Scotty, tchatcheur mais professionnel et respectueux l'ont rendu difficile à détester, même lorsque il vient juste de vous sortir de la partie.
A l'occasion l'homme a connu quelques incartades (voir anecdotes), où sa gouaille s'est muée en trash-talking peu élégant à force d'avoir trop arrosé certaines parties en cours de jeu. Mais si l'alcool est l'un de ses vices, cela ne l'aura pas empêché de platement s'excuser après coup.

Scotty Nguyen est un personnage unique dans le monde du poker. Ce qui n'est pas si courant.

Armé de sa contagieuse exubérance, de ses coups mortels et d'un charisme sans équivalent, Scotty a pour toujours marqué la façon dont les rounders jouent au poker, et la manière dont les fans voient aujourd'hui le jeu. Scotty reste aujourd'hui l'un des pros les plus affectionné et les plus talentueux sur la scène. Sans oublier de mentionner qu'il est aussi toujours l'un des plus craints.

Divers et anecdotes

* Premier joueur à avoir remporté le Main Event des WSOP (1998), un Championnat WPT (2006) et le Championnat de H.O.R.S.E. des WSOP à 50 000 $ (2008).
* Ses gains en tournois dépassent les 11 millions de dollars.
* A décroché son premier Championnat WPT en une seule main.
* A connu la débâcle et souffert de dépression dans la foulée de sa 11ème place dans le Main Event des WSOP 2007.
* A mis en colère à la fois fans et pros par son comportement agressif peu caractéristique à la table finale du H.O.R.S.E. des WSOP 2008, où ivre il apostropha ses adversaires et le personnel, et traita tout le monde avec mépris et rudesse. Il a depuis présenté ses excuses.
* Se considère comme le champion de poker du peuple.
* Est apparu au Late Night avec Conan O'Brien en 2004.
* A lancé la phrase « That's poker, baby ! » en référence à un sacré bad beat.
* Son nom de naissance est Thuan Nguyen.
* A été en vedette d'une pub pour Pepsi Light en 2006 avec Phil Hellmuth et Daniel Negreanu.
* Est un spécialiste du Omaha Hi-Lo.
* A 12 frères et sœurs.
* A changé son prénom pour Scotty lorsqu'il a commencé son job de nettoyeur de tables dans un casino de Vegas.
* Possède deux petits singes japonais, Lucky (mâle) et Jackpot (femelle).
* Aime passer son temps chez lui avec sa femme, Julie.
* Aime cuisiner (sa spécialité ? : les ailes de poulet), faire le barbecue, et travailler dans son jardin.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page