Jeff Gross : « Je peux sincèrement dire que j'aime le poker »

Jeff Gross PSC Barcelone2

Nommé à nos Trophées PokerListings de l'année, Jeff Gross nous a accordé une interview à l'occasion du récent PokerStars Championship de Barcelone. L'occasion de découvrir un joueur et un homme vraiment inspirants.

Le titre veut en effet tout dire.

Quels que soient les aléas du jeu, les bad beats, le rythme de vie effréné et les sessions de jeu en ligne interminables, si à la fin de chaque journée vous pouvez vous dire “j’aime toujours autant le poker”, alors vous avez gagné.

Jeff Gross gagne.

Anciennement plus connu en tant que “meilleur ami professionnel” d’Antonio Esfandiari et Brian Rast, Gross a peu à peu construit sa propre carrière, et ses résultats parlent pour lui.

Une chaîne Twitch extrêmement populaire. Une légion de fans. D’excellents résultats en ligne et en live. Des apparitions aux commentaires des plus grands tournois. Et maintenant un titre prestigieux de membre de la team PokerStars Pro.

Jeff Gross
"A 2 jours de mon mariage j'avais joué toute la nuit : mes beaux parents m'ont pris pour un fou."

Cette place, Gross l’a gagnée à la force des bras (ou des mains !), grâce à sa détermination et à son enthousiasme à toutes épreuves. C’est donc sans aucune surprise qu’il fait partie des nommés à notre trophée 2017 du joueur le plus inspirant.

Toujours en mouvement, Gross était du côté du PSC Barcelone où nous l’avions retrouvé pour parler du dernier Streamboat dans les Îles Vierges britanniques (l'interview a donc été réalisée avant que l'ouragan Irma ne s'abatte sur la région NDLR), de Twitch et de plein d’autres choses encore.


Commençons par le Streamboat. Est-ce que tu peux nous expliquer de quoi il s’agit et ce qu’il va se passer ?

La première édition, c’était grosso modo juste Bill Perkins qui invite quelques potes sur un bateau. Donc il y avait moi, Jamie et Matt Staples, Bill Perkins et quelques autres, au large des Îles Vierges américaines, où Bill a une maison. Il fallait streamer depuis le large, parce qu’il s’agit d’un territoire américain et on ne pouvait donc pas jouer depuis sa maison.

Cette année, ce sera mieux organisé. Il y aura six invités, et on aura une maison dans les Îles Vierges britanniques, d’où on pourra jouer.

L’avantage, c’est qu’on pourra faire plus de streaming. Et puis il y aura Kevin Martin de la team PokerStars Online, ainsi que Mike McDonald.

La dernière fois, c’était juste une semaine comme ça, avec quelques cash games et des tournois. Mais cette fois, ce sera au moment des WCOOP, donc on streamera tous les jours. Et on sera six candidats.

Candidats ?

Bill Perkins et Jeff Gross
Le nouveau concept Streamboat, ici avec Bill Perkins.

Ce qu’on veut faire, c’est inviter six personnes à nous rejoindre et jouer avec nous. Vous pouvez nous envoyer une vidéo expliquant pourquoi on devrait vous inviter, et nous choisirons les six gagnants.

Là-bas, ils seront divisés en deux groupes de trois, qui passeront chacun trois jours sur place. Ca devrait être sympa.

On va aussi organiser des activités sur le bateau et ailleurs, ça devrait partir un peu en vrille.

C’est une promesse ?

Oui. Bill est totalement imprévisible. A chaque fois que je le vois, on finit par faire quelque chose de fou, mais on s’amuse à chaque fois.

Il devient de plus en plus difficile de trouver des sponsors. As-tu l’impression que Twitch a en quelque sorte pris le relais comme source de revenus pour les joueurs de poker ?

Il y a de plus en plus de joueurs sur Twitch, mais c’est quand même loin de remplacer le jeu seul. Surtout que seuls les Twitchers les plus en vue gagnent suffisamment d’argent.
Ce n’est ni instantané, ni automatique.

Jeff Gross streaming
"Twitch m'a redonné l'amour du poker en ligne."

Mais c’est vrai que ça reste une nouvelle source de revenus si tu produis de bons contenus. J’ai l’impression que le poker en ligne revient un peu et je pense que Twitch y est pour beaucoup.

Moi, ça m’a redonné l’amour du poker en ligne. C’est tellement plus enrichissant de faire partie d’une communauté.

Quand tu grindes en ligne et que des gens suivent tes progrès dans un tournois, et qu’ils sont heureux quand tu gagnes, c’est vraiment assez unique comme expérience.

Et puis ça fait beaucoup parler, ça attire des gens vers le poker. Récemment, quelqu’un m’a dit être tombé sur la chaîne de Doug Polk et que ça lui avait donné envie de se remettre à jouer.

Après certaines personnes n’y voient aucun intérêt, mais tant que ça fait du bien au poker en général, c’est l’essentiel. Et puis il n’y a qu’à voir le nombre de joueurs qui participent aux tournois live, on en a jamais vu autant !

Quels sont tes meilleurs moments sur Twitch ?

J’ai de très bons souvenirs de notre “Stream House” à Montréal, avec Kevin Martin, Jaime Staples et Matt Staples.

Jeff Gross et Michael Phelps
Pour la bonne cause avec Michael Phelps.

J’y ai passé environ trois semaines, mais on a passé une semaine à streamer 24 heures sur 24. On faisait des relais de six heures pour récolter des fonds pour la Michael Phelps Foundation. On a fini par récolter plus de 20 000 $.

Il y a eu aussi une fois juste avant mon mariage. J’étais chez mes beaux parents, au Brésil, et j’ai fait un stream de 25 heures. C’était un tournoi de razz où j’ai fini dans le top 3.
Je me souviens que mes beaux parents sont partis se coucher et que j’étais toujours en train de jouer quand ils se sont levés le lendemain matin. C’était à un ou deux jours de mon mariage, ils m’ont pris pour un fou.

La main la plus intense, c’était pendant les SCOOP, en table finale du tournoi à 1 050 $. J’avais une paire de rois, contre as-roi, et il devait rester une cinquantaine de joueurs.
L’autre gars touche un as au flop, mais ensuite le dernier roi sort à la turn. Mais il avait toujours la possibilité d’une couleur. J’ai fini par gagner la main et les gens sur mon stream étaient fous. C’était dingue.

Jeff Gross à la table de poker
Jeff aurait pu être footballeur mais a choisi le poker.

Parfois, on me demande si ce n’est pas trop fatiguant tout ça, mais maintenant je comprends ce que veut dire Phil Hellmuth quand il dit que le poker c’est sa vie.
Je peux sincèrement dire que j’aime le poker.

Tu as aussi commenté les WSOP. C’était comment ?

J’ai commenté une partie du Main Event et de certains autres tournois des Series. Je ne sais même pas si ça a été diffusé sur ESPN.

Le truc, c’est que j’adore jouer. J’ai abandonné une possible carrière dans le football pour jouer au poker, alors dès que je regarde des gens jouer, j’ai envie de jouer.

Et puis en bon habitué de Twitch, j’ai l’habitude de parler pendant des heures, donc le poste de commentateur me va plutôt bien.

Tu aimes l’idée d’être le nouveau Gabe Kaplan ou Norman Chad ?

Qui sait de quoi l’avenir sera fait ? J’adore jouer, mais il y a des possibilités de combiner les deux. Tony Dunst par exemple joue et fait son émission.

Participer aux gros tournois de PokerStars tout en commentant les tables finales fait vraiment partie de ce que j’aimerais faire, mais on verra bien !