Jeux trompeurs et Pièges au Poker

Ilari Sahamies

Introduction

Le fait d'ajouter la tromperie à votre jeu est très important car cela vous rend moins prévisible. Si le fait de passer signifie toujours que vous êtes faible ou que vos mises/relances signifient toujours que vous êtes fort, les joueurs les plus observateurs prendront facilement le dessus sur vous.


La carte gratuite

Lorsque vous êtes en fin de parole, ou même le dernier de parole, vous pouvez relancer avec une main à tirage sur le flop. Si certains de vos adversaires vous suivent, ils checkeront peut-être tous jusqu'à vous à la turn, ce qui vous donnera donc la possibilité de checker également (si votre main ne s'est pas améliorée) ou de miser (si vous avez tiré une bonne main).
Cela vous fera économiser de l'argent si vous n'améliorez pas votre jeu, et en gagner si vous l'améliorez.

Cependant, cette action peut se retourner contre vous si vous êtes sur-relancé au flop. Dans ce cas cela vous coûte de l'argent, mais cela restera une bonne façon de jouer car vous obtiendrez ainsi des informations sur vos adversaires pour la suite du coup notamment.


Le Check-Raise

Lorsque vous avez une bonne main et que c'est à vous de parler, checkez dans l'espoir qu'un adversaire misera, ainsi vous pourrez le relancer quand ce sera à nouveau à vous de jouer.

Par exemple, vous êtes en début de parole avec A Q. Le flop donne A Q 6.
Vous checkez et les trois joueurs en milieu de parole checkent également. Un joueur en fin de parole mise, et c'est là que vous relancez.

Le but de ce check-raise est de rendre trop cher le tirage de cartes supplémentaires pour vos adversaires en possession de mains à tirage.
Le check-raise réalisé en début de parole vous donne également l'initiative dans la main : si vos adversaires continuent à suivre, vous aurez au moins obtenu des informations sur la force de leur main, et les aurez forcés à payer autant que possible pour essayer de trouver un meilleur tirage que vous.


Le semi-bluff

Le semi-bluff consiste à miser ou à relancer avec une main qui ne semble pas être la meilleure (sur le moment), mais qui présente de nombreuses possibilités d'amélioration pour battre vos adversaires, même si vous espérez, en réalité remporter le pot tout de suite.

Exemple : vous êtes en fin de parole avec J T et le flop donne K 6 2, vous donnant alors 9 possibilités d'obtenir un tirage couleur. Il y a trois autres joueurs engagés dans le pot, qui checkent tous jusqu'à vous. Vous misez alors, sans avoir la meilleure main. Mais en ayant checké, ils ont montré une certaine faiblesse et peuvent se coucher face à votre mise, même en ayant une paire dans leurs cartes fermées, comme une paire de 6 ou une paire de 2.

Et même si vous êtes suivi, vous avez donc 9 chances d'obtenir une couleur et peut-être 6 chances supplémentaires de gagner si vous tirez un J ou un 10, soit 15 possibilités d'amélioration au total.
Si vous êtes suivi et que l'on checke jusqu'à vous à la turn, vous avez encore la possibilité d'obtenir une carte gratuite si votre main ne s'est pas améliorée.


Le slowplay (sous-jouer)

Lorsque vous avez une main forte, il est parfois approprié de faire un slowplay ("sous-jouer"). Cela signifie simplement de checker ou miser faiblement avec l'intention de miser fort/relancer lors des tours de mise suivants.

Il s'agit d'une façon de jouer très courante au Hold'em. L'objectif est d'attirer les joueurs et de les relancer fort ensuite.

Cette tactique a quelques désavantages : emme peut facilement se retourner contre vous lorsque vous laissez vos adversaires obtenir des cartes gratuites qui peuvent battre votre main. Bon nombre de joueurs pratiquent le slowplay trop souvent et perdent ainsi des pots qu'ils auraient remportés s'ils n'avaient pas joué de cette façon.
L'autre inconvénient est que vous ne rentabilisez pas vos meilleures mains de cette façon. Si vous misez tôt dans le pot, vous construisez le pot, et pouvez vous permette de miser encore plus aux tours d'enchères suivants.

En général, vous ne devriez pas pratiquer le slowplay lorsque l'un des critères suivants survient :

  1. Une carte gratuite peut vous battre.
  2. Une carte gratuite ne donnera semble-t-il pas une seconde meilleure main à votre adversaire.
  3. Il y a beaucoup d'adversaires engagés dans le pot.
  4. C'est un pot déjà important.

 

Comme toutes les armes, toutes ces tactiques sont ainsi à utiliser à bon escient !