JJ Volpe : Du Vietnam à 34 participations aux WSOP

JJ Volpe vétéran de la guerre au Vietnam et joueur de poker.
"Je suis du genre à foutre des coups de pied au cul."

L’histoire de J.J. Volpe nous permet de revenir sur toute sa vie, d’un jeune homme de 22 ans qui vient d’arriver au Vietnam, à ses 34 ans passés aux WSOP.

Volpe (à ne pas confondre avec son homonyme Paul) joue au poker depuis 1981, et il écume Las Vegas et le reste de la Californie (principalement au Commerce Casino) depuis 11 ans.

Aujourd’hui, il est en pré-retraite et vit en Arizona où il a acheté un terrain.

La première entrée à son nom dans la base de données Hendon Mob est une première place au Grand Prix de Poker 1984 au Golden Nugget de Las Vegas.

Près de 35 ans plus tard, il est toujours présent aux WSOP. Nous l’avons retrouvé juste avant le coup d’envoi du tournoi de Seven-Card Stud à 1 500 $ (dans lequel il aura terminé 56è sur 595 pour 2 795 $).

La boucle est bouclée, puisque c’était aussi au Stud qu’il jouait dans la tente d’un officier, il y a bien longtemps, au Vietnam.


Dans quelle mesure le poker est-il différent de l’époque à laquelle vous avez commencé à jouer, dans les années 80 ?

Moi, je suis un mec direct. Je suis un vétéran du Vietnam et un mec direct. Les jeunes, ils boivent du Kook-Aid.

Que représente le Kool-Aid ici ?

Eh bien disons que si tu fais des vagues ici, ils n’aiment pas trop ça. Il ne faut pas faire de vague ni se faire remarquer.

Est-ce que ça correspond à ton approche du poker ?

Non. Moi je suis du genre à foutre des coups de pied au cul, je n’aime pas qu’on me dise quoi faire, pour le dire simplement.

Est-ce qu’il y a d’autres choses qui te dérangent dans l’attitude des gens aujourd’hui ?

JJ Volpe big moustache 2
Un nouveau "Big Moustache".

Tu sais ce qui m’énerve vraiment ? Plus personne ne suit vraiment la partie. Ils sont tous sur leurs smartphones et leurs tablettes.

La concentration est quelque chose de très important dans le poker, mais aujourd’hui, quand tu es assis avec neuf joueurs, tu en as au moins six sur leur téléphone.

Tu as dis avoir servi au Vietnam. Est-ce que tu jouais au poker là-bas ?

Il y avait de grosses parties au Vietnam. J’avais 22 ans, c’était juste après la fac. La première fois que je suis arrivé là-bas, je suis entré dans la tente d’un officier et il y avait une partie de poker en cours.

Il y avait toutes sortes de devises sur la table : vietnamienne, laotienne, thaïlandaise, américaine, des objets… Je ne comprenais pas ce qu’il se passait. C’était ma première fois, ils étaient tous sergents et hauts-gradés et jouaient au Stud. J’ai rejoint la partie.

J’ai gagné les quatre premières mains d’affilée, puis j’ai touché quelques cartes sans aucune valeur. Je me suis dit qu’ils n’imagineraient pas qu’un jeune gars comme moi serait capable de bluffer, donc c’est justement ce que j’ai fait.

Pour faire court, j’ai gagné les sept premières mains que j’ai jouées.

Il y avait tellement de devises que je ne savais même pas ce que je gagnais et que je n’avais même pas la place de tout garder sur la table.

C’était mon premier jour au Vietnam et il était déjà 4 heures du matin, et là un mortier tombe juste devant la tente. J’ai attrapé mon arme et je me suis précipité dans le bunker. La tente s’était écroulée.

On a redressé la tente. Tout l’argent avait disparu.


Son palmarès sélectif :

  • 8 places payées aux WSOP (de 1987 à 2017).
  • 2 tables finales (5è en Stud split en 1997 et 4è en Stud Hi-Lo en 1999).
  • Plus gros gain : 77 000 $ (Grand Prix of Poker 1984).
  • Total des gains en tournois live : 505 721 $.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire