Que faire si vous touchez la deuxième ou troisième paire ?

flop poker

Lorsque vous trouvez une paire au flop en utilisant l'une de vos deux cartes, mais que ce n'est pas la meilleure paire possible (la plus haute au flop), vous avez ce que l'on appelle une paire moyenne ou basse.

Par exemple, si vous avez A 4 et que le flop est Q 4 2 ou Q 7 4, vous avez la deuxième paire ou troisième.
Vous pouvez jouer ces deux situations de façon similaire.

Bien qu'il soit très courant de voir des joueurs débutants ou intermédiaires faire des erreurs avec une paire moyenne ou basse, c'est en réalité une situation relativement facile à jouer correctement puisque les décisions à prendre sont la plupart du temps basées sur de simples règles mathématiques.

Dans chaque situation évoquée ci-dessous, nous supposerons qu'au moins l'un de vos adversaires possède une paire plus forte et que plusieurs joueurs sont engagés dans le pot.

Consignes générales

La première étape est de comprendre qu'après le flop, cinq cartes au mieux vous permettront d'améliorer votre main. Cela donne un rapport de 8 contre 1 pour améliorer votre main à la turn en touchant deux paires ou un brelan.

Toutefois, la plupart du temps, vous aurez besoin de meilleures probabilités pour aller tirer une autre carte.
Comparez ce tirage avec un tirage quinte par le ventre qui n'a que quatre possibilités d'amélioration mais qui permettra d'avoir une main beaucoup plus forte. Vous avez essentiellement besoin de très bonnes cotes du pot pour jouer au flop avec une paire moyenne ou basse quand plusieurs joueurs sont engagés dans le pot. En voici les raisons :

1) Si un adversaire possède un brelan ou deux paires, vous pourriez tirer une main perdante, ou presque, même si elle est améliorée.

2) Vos adversaires peuvent posséder des mains qui suppriment toute valeur à vos cartes, comme une quinte et/ou une couleur.

gavin smith 31458
Savoir quand y aller ou non lorsque vous avez une paire plus faible que la top pair est important.

3) Même si vous obtenez deux paires ou un brelan à la turn, vous pouvez toujours perdre à la river face à deux paires plus fortes, un brelan plus fort, des quintes ou des couleurs.

Quand faut-il envisager de suivre/relancer :

1) Si votre kicker est supérieur à la plus grosse carte du flop, ce dernier semble alors favorable et les cotes du pot justifient que vous suiviez.

2) Si le pot est très important, c'est-à-dire qu'il vous offre au moins un rapport de 12 contre 1 si vous suivez.

3) Lorsque vous suivez en étant le dernier à parler, car une relance après vous changera considérablement votre cote du pot. C'est l'une des raisons pour lesquelles être en fin de parole est avantageux.

4) Lorsque vous pensez que vous avez la meilleure main, ou quand vous croyez que la probabilité que vos adversaires se couchent avec de meilleures mains combinée à la probabilité que vous avez de les battre, justifie une relance.

Quand ne faut-il pas suivre/relancer :

1) Si le flop est composé de trois cartes assorties, sauf si vous avez un as ou un tirage couleur avec un roi pour aller avec votre paire. Sur ce type de flop, vous tirez pratiquement pour rien si quelqu'un a déjà une couleur. De plus, la probabilité que vous perdiez le pot même si vous tirez une carte intéressante, est beaucoup plus importante.

2) Si le flop est composé de trois cartes consécutives. Par exemple quelque chose comme V-10-9, 9-8-7, 8-7-6, etc.
Vous devriez presque toujours vous coucher pour les mêmes raisons que celles évoquées dans le cas des trois cartes assorties.

Si le flop n'est composé que de cartes supérieures et que vous n'avez pas de tirage quinte par les deux bouts. Par exemple si le flop donne quelque chose comme R-D-10, A-D-V, etc. Supposons que vous ayez A-10 et que le flop donne D-V-10, dans un pot où plusieurs joueurs sont engagés. Vous avez 4 possibilités d'amélioration qui conduiraient à un partage probable du pot si un roi sort, et 2 possibilités d'amélioration pour une victoire incertaine si un autre 10 sort. Bien qu'il y ait 6 possibilités d'amélioration, les probabilités sont donc très faibles.

4) S'il y a deux cartes assorties au flop, que vous affrontez trois adversaires ou plus, et que le pot est petit.

Comment vous devriez raisonner

Les exemples suivants illustrent les raisonnements que vous devriez suivre pour déterminer le nombre de cartes permettant réellement d'améliorer votre paire moyenne ou basse.

Dans tous les exemples suivants, nous avons trois adversaires ou plus engagés dans le coup et le flop est Q 8 2.

1) Vous avez A 2. Au mieux, vous avez 5 possibilités d'amélioration et un tirage couleur backdoor potentiel.

2) Vous avez A 2. Au mieux, vous avez 4 possibilités d'amélioration puisque l'A annule la valeur du vôtre dans ce cas, et que vous n'avez vous-même aucune chance d'obtenir une couleur.

3) Vous avez A 8. Au mieux, vous avez 3 possibilités d'amélioration puisque l'A et le 8 annulent la valeur des vôtres dans ce cas, et que vous n'avez vous-même aucune chance d'obtenir une couleur.

4) Vous avez A 8, un adversaire a A Q et un autre détient un tirage couleur. Au mieux, vous avez 2 possibilités d'amélioration puisque tous les as s'annulent.

5) Vous avez A 8, un adversaire a A Q et un autre détient un tirage couleur. Au mieux, vous avez 1 possibilité d'amélioration car tous les as et le 8 s'annulent.