Jouer les Pots en 3-Bet avec l'Initiative

Peter Eastgate
Il y a beaucoup d'argent à se faire dans les mains à 3-Bet.

Il y a beaucoup d'argent à faire dans les pots sur-relancés en exploitant quelques faiblesses évidentes de vos adversaires.

Si vous avez suffisamment joué au No Limit Hold'em en ligne à six joueurs dernièrement, vous savez à quel point les parties sont agressives.
Il y a peu de limping et chaque pot est généralement relancé ou même sur-relancé.
Avec tant de 3-bet (sur-relances) qui vont et viennent, vous pensez peut-être que tout le monde maîtrise le jeu dans ces pots. C'en est bien loin.


Pourquoi le 3-bet ?

L'idée derrière le 3-bet est de contrer un adversaire qui relance un haut pourcentage de ses mains d'ouvertures.
Sur ces mains, seul un faible pourcentage peut continuer à voir plus d'action. Ce qui veut dire qu'il relancera/couchera un bon peu de son éventail avant le flop.
Rien que cela créé suffisamment d'"argent mort" pour rendre le 3-betting profitable. Mais ce n'est pas la seule raison. Le 3-betting varie aussi votre jeu.

Réfléchissez comme ceci. Si vous ne sur-relancez qu'avec les as, vos adversaires ne vont faire que se coucher à chaque fois que vous le ferez. Mais si vous 3-bettez plus souvent qu'avec les as (et rois et dames), vos adversaires ne peuvent être totalement sûrs de ce que vous avez et envisageront plus de vous suivre.

De manière spécifique nous parlons de 3-betting light, c'est à dire lorsque vous le faites avec une main loin d'être premium. Et encore plus spécifiquement, cet article se focalise sur quand votre 3-bet est suivi et que vous ne floppez rien.

IMG272
La sur-relance vous donne l'initiative.

C'est sur les tableaux que vous loupez complètement que vous pouvez surpasser vos adversaires et ajouter beaucoup de points à votre ratio de victoires.

L'initiative

Lorsque vous 3-bettez pré-flop et que vous êtes payé, vous avez l'initiative. Vous menez la main et avec vient l'avantage.
Vous êtes celui avec la main perçue comme forte. Vous avez choisi de sur-relancer et il n'a fait que payer.
Maintenant qu'arrive t-il si vous manquez complètement le flop ?

Utilisez cette initiative. Voyez la situation et réfléchissez à propos de sa main potentielle. Connaissez votre adversaire. Si vous savez (ou avez une bonne idée sur) ce qu'est son éventail de suivi d'une sur-relance, alors vous saurez exactement combien de chaleur son éventail de main peut supporter.

Le point de rupture de vos adversaires est le facteur le plus important dans les pots sur-relancés lorsque vous n'avez rien. Vous avez besoin de connaître votre adversaire et comment il joue. Ayez une idée des types de mains avec lesquelles il se retrouvera dans les pots 3-bettés, et lesquelles non.

Dans les pots sur-relancés avec l'initiative, vous jouez les cartes de vos adversaires plus que les vôtres.

Un exemple

Table 6 joueurs, 1$/2$, stacks effectifs de 250$. Votre adversaire relance à 6$. Vous sur-relancez à 18$ avec T 8. Il suit et tout les autres se couchent.

Votre lecture de votre adversaire : c'est un habitué qui réfléchit, mais pas exceptionnel. Il a tendance à surestimer les cotes implicites et joue un poker trop académique.

Le flop vient avec J 3 5. Il checke. Vous tirez 28$. Il réfléchit et paye. Le turn est le 2. Il checke.

Une erreur que beaucoup de joueurs font ici est de checker en retour. Checker aussi dans cette situation équivaut à brûler son argent.
Si vous faites une mise de continuation sur ce flop, vous devez miser sur presque 100% des turns. Pourquoi ? Parce que votre adversaire va venir gratter avec un éventail de mains à une paire extrêmement grand.

Réfléchissez-y. Disons que vous relancez 9-9 pré-flop et que votre adversaire vous sur-relance. Si vous décidez de suivre, allez-vous envisager de vous coucher sur un tableau hauteur valet pour une mise ? Non.

IMG273
Chaque situation est dépendante du joueur...

Le jeu "standard" est de gratter une carte de plus et espérer que votre adversaire va se calmer. Mais lorsque vous êtes l'adversaire, ne ralentissez pas. Tirez cette seconde cartouche. La plupart de son éventail pour s'être accroché n'est pas suffisamment fort pour suivre une seconde mise.

Des joueurs tels sont faciles à attraper. Ils suivent hors de position, espérant flopper un brelan, et lorsque ce n'est pas le cas, il se résignent à suivre un tour de plus et à se coucher face à toute action s'ensuivant.
Ces joueurs sont des distributeurs ambulants et vont vous donner 25 grosses blinds à chaque fois dans cette situation. Lorsque vous sur-relancez pré-flop et misez deux rues ensuivant, votre adversaire va régulièrement voir à vous mettre sur une grosse main.

Alors, exploitez ceci et tirez plus de deuxièmes cartouches. Pensez à l'éventail de votre adversaire et à ses tendances de jeu. Poussez-le en dehors de la zone de confort.

Bon sens

Comme pour tout au poker, cette situation est dépendante du joueur.

Vous ne pouvez pas simplement faire feu sur chaque rue et sur chaque tableau, en espérant que vos adversaires se coucheront. Cela ne marche pas comme ça. Vous avez besoin d'agression avec un bon timing et dans les bonnes situations.

Si par exemple votre adversaire fait partie du clan des serrés et ne fait que suivre à plat les 3-bets avec J-J et plus, vous n'avez probablement pas à vous soucier d'essayer de le chasser en faisant feu sur un tableau hauteur 7. Cela n'arrivera pas.
Ceci étant, si la turn apporte une carte parfaite pour une deuxième cartouche, telle qu'un roi ou un as, alors tirez à nouveau. Mais si cette turn est une brique (carte anodine), vous devriez probablement cesser le feu en l'absence d'une lecture spécifique.

Votre supériorité se manifeste d'elle-même dans les pots 3-bettés, lorsque vous tirez plusieurs salves face à ces académiques joueurs multi-tableurs serrés-agressifs, qui espèrent juste que vous allez vous taire après avoir tiré votre continuation bet.
Ils sont également faciles à débusquer. Regardez comment les joueurs agissent dans les pots sur-relancés même lorsque vous n'êtes pas dans le coup. Il y a des chances qu'il y en ait quelques-uns à chaque table où vous jouerez.

Mettez-les sur un éventail et trouvez le point de rupture pour leur main. Et puis atteignez-le, c'est aussi simple que cela.