Comment Jauger proprement la taille de vos 3-bets

ronny johanson 24293

Dans les parties de poker en ligne short-handed aujourd'hui dominées par les joueurs LAG (large-agressifs) et TAG (serrés-agressifs), les 3-bets (sur-relances) sont monnaie courante. Mais de nombreux joueurs continuent de mal les ajuster.

Il y a deux raisons pour vouloir 3-better (sur-relancer) :

1) Pour la valeur, c'est à dire que vous avez une bonne main (AA, KK, etc) et voudriez rentabiliser face à des mains plus faibles.
ou
2) En temps que bluff ou semi-bluff, auquel cas on appelle cela un "3-bet light" (3-bet léger).

Lorsque vous sur-relancez léger, vous faites un semi-bluff. Vous savez que votre adversaire relance léger, et en le sur-relançant vous espérez le faire coucher, pour gagner le pot immédiatement.

Cela vous conduit à gagner plus de pots, sans abattage, et à obtenir plus d'action sur vos sur-relances légitimes, avec des mains de valeur.

Cependant, bien que la pratique du 3-bet light soit courante de nos jours, de nombreux joueurs continuent de les faire routinièrement mais surtout de manière incorrecte.

Certains joueurs ajustent leur sur-relance selon la force de leur propre main.

Ils misent un plus gros montant lorsqu'ils ont une main faible et qu'ils veulent que leur adversaire se couche, et misent moins lorsqu'ils misent pour la valeur et espèrent être suivis.

C'est un mode de pensée incorrect. Un adversaire talentueux le décelera vite, et l'exploitera, et donc vous avec.

La taille de vos mises (y compris de manière générale) ne doit pas être déterminée par la puissance de votre main.

lapt san jose day 1 19990
La position est la clé.

La position dicte tout

Alors si la force de la main n'est pas le facteur de décision, quel est-il ?

La réponse est la position. Vous l'entendez d'ailleurs encore et toujours, et continuerez de l'entendre - la position dicte tout au poker.

Pour déterminer la taille de vos 3-bets, ce n'est pas différent. Lorsque vous êtes en position, vous pouvez vous en sortir avec un plus petit 3-bet.

Pourquoi ? Parce que vous serez le dernier à agir durant toute la main. Etant donné qu'agir en dernier est un tel énorme avantage, vous pouvez souvent "punir" le ou les joueurs hors de position, indépendamment de la force de votre main.

Lorsque vous êtes en position, une relance de bonne taille serait de 3 à 3,5 fois la taille de la relance initiale.

Suffisamment grand pour que votre adversaire n'ait pas un call automatique à faire, tout en ne risquant pas déjà un nombre non-nécessaire de jetons.

Prenons un exemple

Partie à 6 joueurs, No-Limit 1€/2€. Stacks effectifs 200€.
Vous êtes au bouton avec A Q. Tout le monde se couche jusqu'au cut-off (bouton -1), qui mise 6€.

Vous sur-relancez à 18€. Votre adversaire suit, et vous voyez le flop suivant arriver : J T 3.
Votre adversaire checke, vous misez 24€, il se couche.

Etant en position, vous gagnez de l'information, avec votre adversaire agissant avant vous.

Comme nous l'avons dit, cet avantage est tel que vous n'avez pas besoin de relancer autant que si vous étiez hors position.

rayan nathan 20010
Faites leur comprendre qu'ici on parle business, avec de plus grosses relances hors position.

Augmenter ses mises Hors de Position

Lorsque vous êtes hors de position, la vie est toujours difficile. Vos décisions ont besoin d'être prises sans l'avantage de connaître l'action et donc les intentions de votre adversaire.

Avec le dernier mot pour lui, il a le contrôle, et vous êtes dans une position désavantageuse.

Pour compenser, vous allez toujours vouloir sur-relancer plus hors position.

Tandis que la relance à 3x était bonne en position, dans ce second cas, vous allez vouloir faire 4x ou plus.

En essence, vous allez vouloir le faire payer pour le privilège de jouer en position contre vous.

Lorsque vous êtes en position, cela ne vous fait rien de voir un flop et de laisser votre supériorité se manifester ensuite. Lorsque vous êtes hors position, vous allez vouloir le décourager de suivre, pour éviter de devoir jouer aux devinettes post-flop.

Offrir à votre adversaire de bonnes cotes et la position est une erreur. Alors faites leur comprendre qu'ici vous parlez business, avec une belle sur-relance hors de position.

Un autre exemple

Six-max No-Limit à 1€/2€ toujours, et stacks effectifs de 200€.
Vous avez Q Q à la grosse blinde. Tout le monde se couche jusqu'au bouton, qui relance à 6€. Vous relancez à votre tour à 26€.

La mise de 26€ fera le boulot un peu plus efficacement qu'une mise à 18€ ici. Vous allez chercher à minimiser votre temps passé à jouer hors position. Ainsi, avec la plus grosse relance, vous dites "Ok, tu veux jouer ce pot en position, tu vas devoir payer".

ashton griffin 20020
Ajoutez 1x pour chaque suiveur.

La Règle d'Or pour les pots multi-joueurs

Si vous sur-relancez une relance et un suivi (ce qu'on appelle un "squeeze"), vous devez sur-relancer encore plus fort. Tout simplement parce que votre relance va devoir s'affranchir de deux joueurs au lieu de deux.

Vous n'allez en effet pas vouloir miser à une hauteur qui verrait le relanceur originel payer et l'autre suiveur payer également.
Dans ce cas, vous auriez à jouer la main face à deux adversaires - rarement une bonne idée.

Lorsque vous êtes en position face à une relance et un call, vous devriez ajouter 1x la relance originelle pour chaque suiveur dans le pot. Ainsi, si un joueur suit la première relance, allez-y pour 4x. 5x pour deux, etc.

Si vous êtes hors de position et face à de multiples adversaires, ajoutez 1x pour chaque suiveur, et au moins 1x à 2x la relance originelle pour le fait d'être hors position.

Rappelez-vous

Dans les parties d'aujourd'hui, vous allez 3-better bien plus fréquemment.
Si vous faites routinièrement des erreurs avec la taille de vos sur-relances, vous vous rendez les gains et la victoire plus difficile.

Gardez la taille de vos 3-bet proprement ajustés par rapport à la position et au nombre de joueurs restant dans la main ; vous vous rendrez la vie plus facile sur le long terme.