Jamie Gold, Champion des WSOP 2006 : « Le poker est de retour et moi aussi »

Jamie Gold 2016

Les champions des WSOP sont tous différents. Certains disparaissent avec leurs millions, pendant que d’autres essayent de se faire une place sur le circuit. Certains continuent à gagner, d’autres pas.

Quelques-uns arrivent à défendre leur titre avec succès. Certains intègrent l’histoire du poker.

Ils incarnent le changement, des tournants radicaux, ou deviennent des archétypes.

Inarrêtable

Stu Ungar incarnait le génie tragique du joueur professionnel. Après avoir remporté deux Main Events des WSOP consécutifs, il a surtout développé une addiction à la cocaïne qui l’a détruit.

Après avoir sombré dans les paris sportifs et la drogue, Ungar a refait surface en 1997 pour remporter une troisième fois le Main Event. Cette victoire lui a valu le surnom de Comeback Kid, mais c’était plutôt le chant du cygne qu’un véritable retour.

Ungar est mort d’une overdose dans un motel l’année suivante. Il était ruiné.

D’autres champions ont marqué leur époque. Chris Moneymaker, en 2003, a par exemple marqué le début de l’apogée du poker en ligne. Moneymaker était un comptable du Tennessee qui avait réussi à se qualifier pour le Main Event avec seulement 39 $, avant de remporter 2,5 millions de dollars.

Stu Ungar
Stu Ungar

Comme un symbole, son adversaire en finale était un joueur old school avec une chemise à moitié déboutonnée et une cigarette pas allumée dans la bouche.

Le poker a explosé. Tout le monde se voyait devenir le prochain Moneymaker.
Il y avait 803 participants au Main Event 2003. Lorsque Jamie Gold s’est imposé en 2006, il y en avait 8 773.

Le poker se développait comme une mauvaise herbe sur laquelle pousseraient des billets verts. Il était inarrêtable. Et en 2006, Jamie Gold l’était aussi.

Jamie Gold, l’inarrêtable aussi

« Je n’ai jamais été à tapis, depuis le Day 1 », analyse Gold. « Je croyais en la victoire, mais ce n’est qu’au Day 4 qu’elle était vraiment concrète.  

J’avais tellement d’avance que quelle que soit la table où j’étais, j’avais plus de jetons que toute la table combinée.

Quand tu es chip leader pendant huit jours et que tu n’es jamais sur le fil, tu finis par te dire que tu vas gagner. »

Outre son stack impressionnant, Gold était particulièrement dominateur sur le plan mental. L’agent hollywoodien est arrivé à convaincre les joueurs à se coucher avec les meilleures mains et à suivre avec les pires.

« J’avais de très bonnes cartes, je jouais à mon meilleur niveau et je faisais quelque chose qu’on ne voyait pas encore beaucoup à l’époque. Je parlais beaucoup », explique Gold.

jamie gold
Gold a remporté le plus gros Main Event de l'histoire.

« C’était parfait. »

Cela a en tout cas permis à Gold de remporter le plus gros Main Event de l’histoire : 12 millions de dollars.

Gold a déclaré qu’il était éveillé depuis 24 heures lors de sa victoire et qu’il est resté debout encore 24 heures pour fêter cela avec ses proches.

« On a beaucoup trop bu », raconte-t-il. « Je me souviens que j’étais invité sur CNN le lendemain, encore ivre. Je leur ai demandé de reporter l’interview. »

CNN a insisté pour que l’interview ait lieu, et Gold a réussi à sauver la face.

« C’était clairement l’apogée du poker. »

La descente

Puis les choses sont parties en vrille. Gold a arrêté le poker pour passer du temps avec son père, qui souffrait de sclérose latérale amyotrophique. Il est mort en décembre de cette année-là.

jamie gold
De retour pour de bon ?

« On savait qu’il était proche de la fin. J’ai passé autant de temps que possible à ses côtés. Je n’avais aucune envie de jouer au poker. »

En plus de cela, Gold a eu des problèmes avec la justice après sa victoire. Crispin Leyser affirmait qu’il avait conclu un accord avec Gold pour la moitié de ses gains, mais Gold refusait de payer. Il l’a poursuivi en justice et les deux hommes ont fini par conclure un accord à l’amiable.

Le poker en ligne aussi a commencé à souffrir après la victoire de Gold. Le Congrès américain a voté l’UIGEA en octobre 2006, ce qui a lancé l’enquête du FBI qui a abouti au Black Friday.

Un procès qui s’est lui aussi conclu à l’amiable, mais pour 731 millions de dollars.

Gold et le poker en ligne ont semblé disparaître des États-Unis. Mais les deux semblent revenir à la vie ces dernières années. Le Nevada, le New Jersey et le Delaware ont légalisé le poker en ligne, une tendance que d’autres États devraient suivre.

Gold : « Je suis bel et bien de retour, et je prends le poker très au sérieux. »

« Ça commence à revenir », estime Gold. « Les gens pensent que le poker est en déclin constant, mais c’est faux. Il y a plus de gens qui participent à des tournois et qui jouent.

On voit moins de poker à la télévision parce qu’il n’y a plus l’argent des sites de poker en ligne. »

Jamie Gold
xxx

Dix ans après sa victoire historique, Gold travaille à revenir sur le devant de la scène. Il a atteint une table finale aux WSOP l’année dernière et a terminé 2è d’un tournoi du WSOP Circuit à Los Angeles au mois de mars.

« Je suis bel et bien de retour, et je prends le poker très au sérieux. Je suis parti il y a six ans, et le poker change tous les ans ou presque.

Je me suis entraîné, j’ai appris avec de très bons jeunes joueurs, comme quand j’ai commencé le poker. »

Et s’il y a bien un aspect qui a changé, c’est la manière dont les joueurs parlent.
Il est désormais impossible de parler de ses mains comme le faisait Gold pour déstabiliser ses adversaires, mais Gold estime qu’il a toujours les armes pour être un redoutable adversaire.

Et comme lui, il estime que c’est un aspect du jeu qui devrait faire son retour.

Il n’y a pas que le poker qui a changé, Gold aussi. Avant 2006, tout ce qu’il voulait c’était gagner le Main Event.

« Mais j’ai réussi du premier coup. »

Alors que reste-t-il à un joueur de poker après cela ?

Héritage et travail caritatif

« Je n’ai jamais été du genre à vouloir gagner autant de tournois que possible », explique Gold.

« J’ai toujours voulu collecter le plus d’argent possible. Pour aider le plus de gens possible. Pour inspirer les gens à changer le monde. »

la victoire de Jamie Gold
La main finale lors de la victoire de Jamie Gold.

Gold a organisé et participé à de nombreux tournois de poker caritatifs depuis sa victoire au Main Event. Il travaille toujours dans le marketing publicitaire et utilise aussi le poker pour promouvoir son entreprise.

Gold admet qu’il est impossible de prédire le futur, mais il espère pouvoir jouer plus après sa retraite. Il veut simplement s’améliorer et faire de bonnes performances dans les tournois auxquels il participe.

Mais peu importe les progrès qu’il accomplit, Gold affirme qu’il ne sera jamais au niveau du Jamie Gold de 2006.

« Ça marchait tellement bien pour lui à l’époque que je ne pourrais jamais le battre, même si je joue beaucoup mieux maintenant.

Il était intouchable. C’était incroyable d’arriver à jouer contre les meilleurs joueurs sans avoir de malchance. Parfois, il n’y a rien à faire, certains sont imbattables. Les planètes étaient alignées. »

Certains pensent que le jeu ne reviendra jamais à son âge d’or de 2006, mais cela ne les empêche pas de jouer.