Le sexisme dans le poker ? Il est temps de jouer cartes sur table

Sexisme au poker

Les propos sur le sexisme des hommes envers les femmes dans le poker ne vont pas dans la bonne direction. Il est temps d’être réaliste.

Pour commencer, quelques mises au point : Je ne veux absolument pas dénigrer le travail des personnes évoquées ci-dessous.

Je pense qu’ils apportent tous énormément au débat, mais qu’il manque encore quelques éléments.


Quand est-ce que le sexisme est du sexisme ?

Avez-vous lu l’article de Cate Hall sur ce que subissent les joueuses autour des tables de poker ? Vous devriez. Elle explique très bien que le poker se prive de 50 % des joueurs potentiel dans le monde, simplement parce que quelques idiots découragent les femmes de jouer.

Évidemment que les femmes ne devraient pas être harcelées à la table de poker, mais c’est quelque chose qui arrive à tout le monde. Même aux hommes.

Le sexisme est une forme d’intimidation, et le fait est que beaucoup de joueurs utilisent l’intimidation comme une arme au poker.

Avez-vous entendu parler de « Le Pig » et des autres comportements terribles que Ken Lennaárd décrit dans certains de ses articles ? La manière dont les hommes se comportent avec les hommes ? C’est horrible !

lutte contre sexisme1
Tous les joueurs sont égaux.

Ce genre de joueurs ne va pas se mettre à être poli et sympathique juste parce qu’il y a une femme autour de la table.

Ce n’est pas pour rien qu’on dit que le poker met tout le monde au même niveau : tous les joueurs sont égaux, quels que soient leur âge, leur classe, leur race et leur culture. Alors pourquoi pas leur sexe ?

L’intimidation, c’est arriver à trouver le point faible d’un joueur et y appuyer aussi fort que possible. Et apparemment, certains hommes considèrent le fait d’être une femme comme une faiblesse en soi.

Ce n’est pas sympa, ce n’est pas bien, mais cela fait partie du jeu. Les cibles faciles ne font jamais long feu aux tables de poker.

Par ailleurs, si quelqu’un s’avance vers vous « avec l’intention de presser sa main moite sur la mienne » (Hall), est-ce que cela signifie qu’il souhaitait simplement vous serrer la main ? Est-ce déjà du harcèlement ?

Kristy Arnett sous pression

Dans un Vlog sorti récemment, l’ancienne présentatrice de PokerNews Kristy Arnett expliquait en détail la pression à laquelle elle devait parfois faire face dans le poker, ainsi que les commentaires anonymes scandaleux sur les forums.

Personne ne devrait avoir à subir cela, et honnêtement cela me fait honte. Mais je ne pense pas que cela ait quoi que ce soit à voir avec le poker. Ce serait la même chose au bureau, au restaurant, à un concert ou un événement sportif. Un con reste un con, où qu’il soit.

shoshana roberts
Shoshana Roberts avait pu mesurer toute l'ampleur du sexisme dans les rues de New York.

Vous vous souvenez de la vidéo de Shoshana Roberts, qui traversait New York à pied ? Quel étalage terrifiant de harcèlement de rue, accentué encore plus par les innombrables commentaires d’hommes refusant d’accepter l’horreur de la situation.

Je me demande ce que penseraient ces commentateurs si cela arrivait à leurs petites-amies, femmes ou filles.

Il existe toute une série de vidéos dans le même genre, tournées dans différents endroits. Les résultats sont tristement similaires.

Mais dans l’une des vidéos, « elle répond », ce qui décourage rapidement les dégonflés qui se cachent derrière leurs grandes gueules. De quoi donner des idées aux femmes qui font face aux agressions des hommes.

L’empathie de Lee Davy

Notre chroniqueur Lee Davy a trouvé une solution au problème : l’empathie. Savoir reconnaître ses propres comportements sexistes, être conscient de la manière dont on est perçu, et se montrer plus respectueux. En résumé : ne vous conduisez pas comme un idiot !

Et bien que je trouve la solution de Davy brillante, j’ai peur qu’elle soit un peu trop naïve. Lee Davy est un individu intelligent et raisonnable, mais ce n’est franchement pas le cas de tout le monde.

Liv Boeree
Il n'est pas sexiste de regarder quelqu'un.

Par ailleurs, une phrase comme « jette un œil à ce canon » (Davy) peut effectivement être considérée comme sexiste, quoique peut-être juste un peu familière, mais avez-vous déjà entendu la manière dont les femmes parlent des hommes ? Il y a de quoi avoir les oreilles qui sifflent !

On reproche souvent (avec raison) aux hommes « d’objectifier » les femmes, et je suis moi-même atterré de voir combien d’hommes ne font pas la différence entre « regarder » et « dévisager ». Mais ce n’est pas sexiste de regarder quelqu’un.

Et encore une fois, je n’ai pas l’impression que ce soit typiquement masculin. Un exemple : l’histoire de Jeremy Meeks, un multirécidiviste condamné pour port d’arme, agression sur un adolescent et viol, qui compte aujourd’hui 230 000 likes sur Facebook grâce à ses beaux yeux bleus.

Et lorsque Patrik Antonius était toujours sur l’EPT, il était souvent entouré de filles, où qu’il aille. À mon avis, ce n’était pas à cause de son talent.

Que ce soit clair, je ne dis pas que les femmes se conduisent de la même manière, je dis simplement que tout n’est pas noir ou blanc.

Le respect

Penchons-nous par exemple sur cette phrase de Scott Seiver, quelqu’un qui n’est certainement pas considéré comme misogyne.

Il a déclaré en interview qu’il n’aimait pas qu’on parle de Vanessa Selbst comme de « l’une des meilleures joueuses du monde », parce qu’il trouvait cela péjoratif.

Seiver a ensuite continué, ajoutant qu’elle « est simplement l’un des meilleurs joueurs du monde. Point final. » Et bien que Seiver ait clairement établi à quel point il respectait Vanessa Selbst, il a aussi, sans s’en rendre compte, déclaré que « femme » et « faiblesse » étaient synonymes dans le poker.

Vanessa Selbst
Personne n'oserait manquer de respect à Vanessa Selbst ou Vicky Coren.

C’est peut-être injuste, mais c’est un manque de respect. Cependant, le respect doit se gagner, à la table de poker comme dans la vie. Ce n’est pas gratuit.

Tous égaux, vous vous souvenez ? Le manque de respect envers les femmes peut prendre une forme particulière, mais au final tout le monde en est victime.

Tout le monde vous dira à quel point l’image est importante au poker. Le mec avec son sweat à capuche et ses lunettes de soleil, le mec en chemise hawaïenne et bermuda, le mec en costume... Ils sont différents et sont traités différemment.

Les femmes ne peuvent pas s’attendre à être traitées de la même façon que les hommes.

Dans le poker, le succès amène le respect. Personne n’oserait manquer de respect à Vanessa Selbst, tout simplement parce qu’elle est tellement talentueuse. Personne ne manque de respect à Vicky Coren, la journaliste/présentatrice/double-vainqueur sur l’EPT.

Les gens aimeraient pouvoir manquer de respect à Phil Hellmuth à cause de ses bêtises, mais ils ne peuvent pas. Il est trop bon.

Natasha Barbour, qui tient par ailleurs un blog sur les femmes dans le poker, trouve les mots justes lorsqu’elle commente le texte de Cate Hall :

« J’ai alors appris que lorsque tu joues avec les garçons, tu ne peux pas leur en vouloir s’ils te chahutent un peu. Et pour l’instant en tout cas, le poker reste un jeu de garçons. »

Au final, je n’ai aucune excuse pour tous les comportements inappropriés, et j’aimerais qu’ils n’existent pas, mais si vous voulez du respect autour de la table, alors à vous de le gagner.

C’est une façon difficile de mener une vie facile, après tout.