Les Montreal Nationals remportent la Global Poker League

Montreal Nationals vainqueurs Global Poker League 2016

Les Montreal Nationals sont venus à bout des Berlin Bears à l’issue de 8 mois de compétition et d'une finale haletante pour remporter la première édition de la GPL pour 100 000 $. Retrouvez tous les résultats de la Global Poker League (GPL) et la composition détaillée des 12 équipes dont les Paris Aviators.

Les Bears et les Nationals ont eu besoin des 11 parties et de près de 7 heures dans le Cube pour se départager.

Finalement, Mike “Timex” McDonald, Jason Lavallée, Pascal Lefrançois et le capitaine Marc-Andre Ladouceur ont réussi à terrasser leurs adversaires dans cette dernière confrontation des play-offs de la Global Poker League 2016.

Les Bears, outsiders, frôlent le titre

Les Berlin Bears sont quant à eux passés à une main de remporter le titre.

Brian Rast, qui a dominé tous les play-offs, était opposé à Pascal Lefrançois à tapis avec Q-4 contre 4-4.
Mais Rast n’a rien touché et c’est Lefrançois qui a remporté la main et le duel.

La dernière main a également été palpitante puisque Lefrançois touchait un brelan de dames au flop et avait la chance de voir Rast toucher deux paires avec son 10-8.

Les Bears étaient outsiders cette année, ayant terminé 3è de leur conférence Eurasie et avec un joueur amateur comme Bill Perkins notamment, même si on retrouvait aussi l’habitué Sorel Mizzi.

Brian Rast GPL
Déjà un beau parcours pour Brian Rast et les Berlin Bears.

L’équipe dirigée par Philipp Gruissem (qui n’a pas joué) a réussi à battre les Hong Kong Stars et les favoris Moscow Wolverines pour accéder à la finale.

Ils étaient évidemment aussi les outsiders en finale et étaient menés 5-3 avant de revenir à égalité pour arracher un 11è match.

Les Nationals dominent la première saison de la GPL

Les Nationals ont pu bénéficier du renfort de Lavallée pour la finale, mais même avant son arrivée ceux-ci étaient redoutables, puisqu’ils ont dominé toute la GPL. Parmi leurs joueurs on a également pu retrouver Xuan Liu et l’ancien champion du monde Martin Jacobson, qui n’a cependant pas participé aux play-offs.

La franchise canadienne se partagera les 100 000 $ réservés à l'équipe vainqueur, mais le Canadien McDonald qui a remporté plus de 13 millions en tournois live, estime que c’est surtout l’expérience qu’il retiendra.

« Je suis beaucoup plus heureux du trophée que du prix », a-t-il déclaré après la victoire.
« Ce tournoi est vraiment plus axé sur le poker que sur l’argent, et pour moi c’est ça "sportifier" le poker. La GPL a rempli son objectif. »

Sans compter que quelques paris sont venus pimenter l’issue de cette finale.

Du nouveau pour la Global Poker League en 2017

La Global Poker League fera son retour en 2017 pour sa deuxième édition, mais elle sera bien différente. Son créateur, Alex Dreyfus, a déclaré que lui et son équipe travaillent déjà à améliorer le format.

D’abord, la GPL sera beaucoup plus courte l’année prochaine, ce qui répond à l’une des principales critiques adressées cette saison. Dreyfus prévoit également de laisser plus de place aux joueurs amateurs.

Il est également probable qu’on voit la GPL se développer géographiquement, avec notamment la création de la GPL Chine.

Ce qui ne changera pas ? La sélection des joueurs et constitution des équipes selon un système de draft. Dreyfus estime que la draft a été l’un des moments forts de la GPL et envisage même de l’étendre.

Rendez-vous donc à présent bientôt pour en savoir plus sur les contours de la prochaine Global Poker League, qui devra cette fois plus convaincre.

Sondage

Please choose an option to vote

Pour revoir la finale 2016 dans son intégralité :

---

Global Poker League : Infos, Classement et Résultats

INDEX

Global Poker League

Dernière mise à jour : lundi 5 décembre / par F.G.

Il s'agit de l'un des grands évènements poker de l'année, l'un des plus attendus ou même scrutés du côté des sceptiques : la Global Poker League.

Organisée par la société d'Alexandre Dreyfus (Mediarex Sports & Entertainment) et le Global Poker Index, la compétition se veut répondre au besoin de "sportifier le poker", pour le rendre plus attractif auprès du grand public et toucher de nouveaux spectateurs et enthousiastes (et futurs joueurs potentiels). Son format reprend celui des championnats d'eSports ou encore de la MLS (Major League Soccer), le championnat de football d'Amérique du Nord.

Un système de draft a ainsi eu lieu le 25 février à Los Angeles, présenté par Kara Scott et Phil Hellmuth, et diffusé en direct sur Twitch. 4 joueurs par équipe ont pu être choisis parmi ceux du Top 1000 au classement du GPI ayant donné leur pré-accord, et les capitaines d'équipe ont ensuite eu droit à 2 "wild cards" en plus à sélectionner. La plupart se sont sélectionnés eux-mêmes en tant que l'un de ces deux jokers, les managers n'étant pas considérés comme joueurs à la base.

Les Paris Aviators pour défendre les couleurs de la France

équipes Global Poker League 2016

Les "capitaines" auront été sélectionnés non seulement sur leurs qualités au poker, mais aussi pour leur flair dans le secteur, leur capacité à diriger une équipe, et leur engagement à investir temps et passion pour leur équipe et cette GPL.

On y retrouve déjà certains des meilleurs joueurs de la planète, totalisant tout ensemble 71 victoires et plus de 46 millions de dollars de gains en tournois live. L'équipe de la franchise de Paris (les Aviators) sera quant à elle dirigée par l'un des vainqueurs de bracelet français qu'on ne présente plus, Fabrice Soulier.
Pour l'anecdote on remarquera que le nom de l'équipe français rappelle celui de feu l'Aviation Club de France, l'ancienne célèbre salle de poker des Champs-Élysées.

Voici donc les 12 équipes (aux logos très "basketball") qui s'affrontent cette année et aux quatre coins du globe, dans un environnement qui s'annoncera innovateur pour la finale. Celles-ci seront réparties en deux conférences : Amérique et Eurasie.
Retrouvez également régulièrement mises à jour toutes les informations utiles, ainsi que quelques statistiques.

Mise à jour 12/02 : La liste des 203 joueurs disponibles pour le draft (soit les joueurs ayant accepté les conditions en signant un contrat) a été dévoilée.
Mise à jour 29/02 : La composition officielle des équipes après le draft est connue. Le nombre après chaque joueur ci-dessous représente ici leur classement au GPI. Les places restantes sont celles réservées aux wild cards à venir.
Mise à jour 06/04 : Ajout des joueurs choisis comme "wild cards". A noter que le site Betstars permet de placer des paris sur la compétition.


Les dates de la Global Poker League

La Global Poker League se déroule du 5 avril au 1er décembre, soit 14 semaines de compétition, avec 3 matchs par semaine (les mardis, mercredis et jeudis).
Les 8 premières semaines verront des affrontements en 6-max.

Une pause de deux semaines débutera le 27 mai pour les GPL Summer Series qui se disputeront en parallèle des WSOP. Celles-ci consisteront principalement en des heads-up.

A la fin de la saison régulière, des 8 meilleures équipes s'affronteront en play-off, sur deux jours les 29 et 30 novembre.

La grande finale de la Global Poker League aura lieu le jeudi 1er déembre, avec 4 équipes restantes (en 3 contre 3), à Las Vegas.

Vous pouvez retrouver le calendrier et programme complet de la GPL à cette adresse.

^ retour à l'index ^


La Global Poker League en direct (streaming live)

^ retour à l'index ^

 

Berlin Bears

BERLIN BEARS
(Les Ours de Berlin)

Pays : Allemagne
Manager : Philipp Gruissem - #406
Twitter : @BLNBears
Composition :

2- Brian Rast (Etats-Unis) #38
3- Sorel Mizzi (Canada) #110
4- Dominik Nitsche (Allemagne) #13
5- Jeffrey Gross (Etats-Unis) #193

6- Bill Perkins (homme d'affaires)
7- Daniel Cates (Etats-Unis)

Classement moyen GPI* : #152
Total des gains en live : 44 808 217 $
* sur les 4 premiers joueurs et leur manager

 

Hong Kong Dragons

HONG KONG STARS
(Les Etoiles de Hong Kong)

Pays : Hong Kong
Manager : Celina Lin - #880
Twitter : @HKGStars
Composition :

2- Weiyi Zhang (Chine) #823
3- Raiden Kan (Hong Kong) #220
4- Dong Guo (Chine) #372
5- Bryan Huang (Singapour) #486

6- Randy Lew (Etats-Unis)
7- Celina Lin (Chine)

Classement moyen GPI* : #556
Total des gains en live : 3 110 185 $

 

Los Angeles Sunset

LOS ANGELES SUNSET
(Le Coucher de soleil de Los Angeles)

Pays : Etats-Unis
Manager : Maria Ho - #852
Twitter : @GPLSunset
Composition :

2- Fedor Holz (Allemagne) #9
3- Olivier Busquet (Etats-Unis) #117
4- Eugene Katchalov (Ulraine) #317
5- Chance Kornuth (Etats-Unis) #228

6- Aaron Paul (Etats-Unis)
7- Maria Ho (Etats-Unis)

Classement moyen GPI* : #305
Total des gains en live : 28 025 439 $

 

Las Vegas Moneymakers

LAS VEGAS MONEYMAKERS
(Les Faiseurs d'argent de Las Vegas)

Pays : Etats-Unis
Manager : Chris Moneymaker - #4616
Twitter : @LASMoneymakers
Composition :

2- Anthony Zinno (Etats-Unis) #3
3- Jonathan Duhamel (Canada) #21
4- Jake Cody (Angleterre) #363
5- Jonathan Little (Etats-Unis) #106

6- Scott Ball (poker manager Twitch.tv)
7- Chris Moneymaker (Etats-Unis)

Classement moyen GPI* : #1022
Total des gains en live : 36 909 402 $

 

London Royals

LONDON ROYALS
(Les Royaux de Londres)

Pays : Angleterre
Manager : Liv Boeree - #177
Twitter : @LDNRoyals
Composition :

2- Igor Kurganov (Russie) #137
3- Vanessa Selbst (Etats-Unis) #321
4- Chris Moorman (Angleterre) #793
5- Justin Bonomo (Etats-Unis) #88

6- Sam Trickett (Angleterre)
7- Liv Boeree (Angleterre)

Classement moyen GPI* : #303
Total des gains en live : 38 742 913 $

 

Montreal Nationals

MONTREAL NATIONALS
(Les Nationaux de Montréal)

Pays : Canada
Manager : Marc-André Ladouceur - #627
Twitter : @MTLNationals
Composition :

2- Mike McDonald (Canada) #18
3- Martin Jacobson (Suède) #273
4- Pascal Lefrançois (Canada) #1005
5- Xuan Liu (Canada) #359

6- Jason Lavalee (Canada)
7- Marc-André Ladouceur (Canada)

Classement moyen GPI* : #456
Total des gains en live : 33 927 265 $

 

Moscou Wolverines

MOSCOU WOLVERINES
(Les Gloutons de Moscou)

Pays : Russie
Manager : Anatoly Filatov - #424
Twitter : @MSKWolverines
Composition :

2- Dzmitry Urbanovich (Pologne) #16
3- Vladimir Troyanovskiy (Russie) #42
4- Andrey Pateychuk (Russie) #116
5- Sergey Lebedev (Russie) #612

6- Igor Yaroshevsky (Ukraine)
7- Anatoly Filatov (Russie)

Classement moyen GPI* : #242
Total des gains en live : 13 649 398 $

 

New York Rounders

NEW YORK ROUNDERS
(Les Rounders de New York)

Pays : Etats-Unis
Manager : Bryn Kenney - #6
Twitter : @NewYorkRounders
Composition :

2- Jason Mercier (Etats-Unis) #3
3- Thomas Marchese (Etats-Unis) #24
4- Kevin MacPhee (Etats-Unis) #5
5- Jason Wheeler (Etats-Unis) #36

6- Tyler Kenney (Etats-Unis)
7- Bryn Kenney (Etats-Unis)

Classement moyen GPI* : #15
Total des gains en live : 45 227 670 $

 

Paris Aviators

PARIS AVIATORS
(Les Aviateurs de Paris)

Pays : France
Manager : Fabrice Soulier - #206
Twitter : @ParisAviators
Composition :

2- Bertrand 'ElkY' Grospellier (France) #192
3- Davidi Kitai (Belgique) #10
4- George Danzer (Allemagne) #205
5- Mike Leah (Canada) #48

6- Alexandre Luneau (France)
7- Fabrice Soulier (France)

Classement moyen GPI* : #132
Total des gains en live : 30 800 318 $

 

Rome Emperors

ROME EMPERORS
(Les Empereurs de Rome)

Pays : Italie
Manager : Max Pescatori - #134
Twitter : @RomeEmperors
Composition :

2- Mustapha Kanit (Italie) #31
3- Dario Sammatino (Italie) #39
4- Timothy Adams (Canada) #355
5- Walter Treccarichi (Italie) #249

6- Todd Brunson (Etats-Unis)
7- Max Pescatori (Italie)

Classement moyen GPI* : #162
Total des gains en live : 16 291 715 $

 

San Francisco Rush

SAN FRANCISCO RUSH
(L'Elan de San Francisco)

Pays : Etats-Unis
Manager : Faraz Jaka - #64
Twitter : @SanFranRush
Composition :

2- Phil Galfond (Etats-Unis) #594
3- Anthony Gregg (Etats-Unis) #522
4- Kitty Kuo (Taïwan) #308
5- Anton Wigg (Suède) #306

6- Jonathan Jaffe (Etats-Unis)
7- Faraz Jaka (Etats-Unis)

Classement moyen GPI* : #359
Total des gains en live : 20 969 816 $

 

Sao Paulo Metropolitans

SAO PAULO METROPOLITANS
(Les Métropolitains de São Paulo)

Pays : Brésil
Manager : André Akkari - #1851
Twitter : @saopaulomets
Composition :

2- Darren Elias (Etats-Unis) #35
3- Byron Kaverman (Etats-Unis) #1
4- Thiago Nishijima (Brésil) #374
5- Joao Pires Simao (Brésil) #493

6- Felipe Ramos (Brésil)
7- Joao Neto (Brésil)

Classement moyen GPI* : #551
Total des gains en live : 14 022 147 $

^ retour à l'index ^


Le Classement

(Fin de la saison régulière)

 

GPL classement Amerique2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GPL classement Eurasie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Pour tous les résultats détaillés semaine par semaine, vous pouvez vous rendre sur cette page du site officiel de la GPL.


^ retour à l'index ^


Divers

  • La musique officielle de la Global Poker League :

-----

Précédents articles sur la Global Poker League :


Le retour de la Global Poker League avec des changements

(27/09/16 - par Dirk Oetzmann)

GPL deuxieme phase

Après une première moitié de saison riche en rebondissements, avec notamment le lancement du Cube et les débuts d’Aaron Paul, la Global Poker League a fait son retour après une trêve de six semaines.

L’action a repris en ligne il y a tout juste une semaine, sur le même rythme qu'auparavant : Soit pour chaque conférence deux tours de SnG en 6-max puis trois heads-up par semaine.

Dominik Nitsche pour les Berlin Bears et Guo Dong pour les HK Stars se sont imposés en conférence Europe, tandis qu'Alexandre Luneau pour les Paris Aviators aura terminé 5è et 3è des deux tournois au programme.
Maria Ho (LA Sunset) et Jason Mercier (NY Rounders) auront quant à eux marqué le maximum de points pour leur équipe en conférence Amérique.

Dans les séries de heads-up, à noter la défaite de George Danzer et des Paris Aviators, 1 manche à 2 face à Anatoly Filatov pour les Moscou Wolverines.

Comme toujours, vous pouvez suivre toute l’action en direct sur la chaîne Twitch de la GPL, mais les parties sont aussi disponibles sur la toute nouvelle application de la Global Poker League sous iOS et Android.

Et vous pouvez à présent même porter fièrement les couleurs de votre équipe favorite, puisque la boutique officielle de la GPL vient d’ouvrir.

De nouveaux commentateurs

Comme vous le savez déjà, le PDG de la GPL Alex Dreyfus et son équipe ont initié de nombreux changements avant cette fin de saison.

Jonathan Little
Little entre dans la danse.

A commencer par les commentateurs de la première partie de saison, Sam Grafton et Griffin Benger, qui ne seront pas de retour cette fois-ci.

Benger est bien évidemment occupé par ailleurs, puisqu’il s’est qualifié pour le November Nine des WSOP 2016, mais Grafton pourrait faire son retour un peu plus tard.

« J’espère retrouver la GPL plus tard, mais il n’y a rien de prévu pour l’instant », confiait ce dernier à PokerListings récemment.

Cette fois-ci, ce seront plusieurs commentateurs qui se relaieront aux côtés de Jonathan Little, lui-même joueur d’expérience et auteur de plusieurs livres, pour commenter la GPL.

Little sera aux commentaires pendant deux semaines avec Roland Boothby, qui sera lui-même accompagné des présentateurs Eric Danis et Laura Cornelius.

Des casquettes et des applis

La saison 1 de cette Global Poker League bénéficie déjà de deux autres additions significatives.

D’abord, et beaucoup l’attendaient si l’on en croit les enquêtes réalisées par la GPL pendant les WSOP, la boutique.

hong kong stars gpl hoodie

Vous pouvez ainsi vous offrir des casquettes, des sweat-shirts ou des maillots officiels aux couleurs des 12 équipes de la GPL. Les casquettes coûtent 25 $, les maillots 40 $ et les sweat-shirts 90 $. Les vêtements sont disponibles dans cinq tailles différentes.

Vous trouverez la boutique sur le site de la Global Poker League.

Ensuite, la GPL a développé une appli pour iPhone, iPad et appareils Android.

L’appli est disponible gratuitement et, en plus de vous permettre de suivre les parties depuis n’importe où, vous pourrez devenir membre et débloquer des vidéos et des articles stratégiques exclusifs.

Six semaines en ligne, des play-offs à Vegas

Les parties en ligne vont continuer à se dérouler du mardi au jeudi jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Puis, après un mois de pause, les play-offs et les finales auront lieu dans le Cube, dans les studios de la GPL à Las Vegas, du 29 novembre au 1er décembre.

Les quatre meilleures équipes de chaque conférence participeront aux play-offs, et les deux dernières en lice se disputeront toujours dans le Cube le tout premier titre de champions de la GPL.

Les Montreal Nationals et les Moscow Wolverines sont actuellement respectivement en tête des conférences Amériques et Eurasie

L’équipe vainqueur se partagera 100 000 $.

---

Global Poker League : Un premier bilan et des changements

(12/08/16 - par Dirk Oetzmann)

GPL actualites

Tandis que les manches estivales (Summer Heat) de la Global Poker League ont pu passer inaperçu durant les WSOP, Alex Dreyfus se projette déjà sur la deuxième partie de saison de sa GPL, qui se terminera finalement en décembre. Il nous explique également les derniers changements, notamment au niveau des dates et du lieu de la finale.

« Nous sommes une petite équipe. Et nous sommes submergés. » Ces mots, ce sont ceux d'Alexandre Dreyfus, le grand patron de la première Global Poker League qui continue de se démener pour le succès de son bébé.

« Nous n'avons pas vraiment eu le temps de nous assoir et de discuter pour améliorer le produit » confiait-il également à PokerListings hier, après l'annonce de changements substantiels pour la deuxième partie de saison.

Les playoffs n'auront en effet finalement pas lieu durant la TwitchCon à San Diego, pas plus que la finale live au stade de Wembley à Londres : Tout se déroulera désormais à Las Vegas. Les matchs ne reprendront également que le 20 septembre au lieu du 18 août.

Les raisons ? Réduire les coûts et privilégier notamment l'Amérique qui représente la plus grosse part de l'audience.

L'espoir est en tout cas toujours là pour faire du produit un succès, produit qui n'aurait atteint que 1% de son potentiel toujours selon le manitou français.

« Nous n'avons pas encore une grosse base de fans »

Le lancement de la GPL au printemps s'est fait à la fois avec de grandes attentes, et un fort scepticisme.

Il est encore tôt pour prédire le bilan définitif et le futur de la compétition. Mais après les deux premiers tiers de sa première saison (première partie de saison puis manches spéciales de l'été à Vegas), on peut déjà dire que la GPL n'a pas encore fait lever les foules tant du côté des gros fans de poker que des simples amateurs, et encore moins du grand public. En tout cas pas autant que cela était attendu ou espéré.

Aaron Paul The Cube
L'acteur Aaron Paul dans le Cube.

Mais à présent que les intrigantes "Summer Heat Series" sont terminés (33 jours de heads-up disputés dans l'arène spéciale et inédite de la GPL, le Cube, en parallèle des WSOP), la compétition est prête pour un nouveau départ.

« Nous avons tout à Las Vegas maintenant » explique Dreyfus, « il est donc plus facile d'organiser la phase finale ici. Et 40% de notre trafic vient des Etats-Unis, c'est aussi important.

Nous avons également décidé de plus mettre l'accent sur l'audience digitale plutôt que live, vu que nous n'avons pas encore une base de fans suffisamment grande. »

A l'origine le Cube devait être acheminé d'abord à San Diego pour la TwitchCon (du 30 septembre au 2 octobre), puis vers Londres. Une opération qui ressemblait à un gros défi logistique. Sans parler du fait que les coûts engendrés pour aller disputer la finale dans un stade sans doute presque vide, ne semblait pas la meilleure idée.

Plutôt également que d'organiser les playoffs lors de cette TwitchCon donc, la GPL y aura son stand d'exhibition.
« Nous aurons un stand et plusieurs joueurs de la GPL, les visiteurs pourront donc jouer contre eux. Nous aurons également notre première boutique où vous pourrez acheter des produits dérivés. »

Des obstacles s'appelant Barcelone ou le Burning Man

L'un des autres changements majeurs se trouve dans la date où le championnat est prévu de redémarrer. A l'origine cela devait être dans à peine une semaine le 18 août, mais la date est repoussée au 20 septembre.

GPL Xuan Liu Dan Cates Alex Dreyfus
Engager les fans et les joueurs est la clé.

Comme la GPL a pu l'apprendre en avril, programmer des matchs de poker en même temps que d'autres grands évènements comme les SCOOP n'aide en rien. Or en ces mois d'août et de septembre, sont programmés l'EPT Barcelone, les WCOOP, et le célèbre festival du Burning Man, populaire notamment auprès de plus en plus de joueurs de poker.

Dans tous les cas la Global Poker League va maintenant chercher à intensifier ses efforts pour impliquer et engager plus de fans et de joueurs de poker.

« Nous voulons une plate-forme centrée sur les fans, avec des outils créatifs pour connecter les joueurs et les spectateurs. Vous ne devez pas seulement être en mesure de les voir jouer, mais aussi de parier sur les matchs, d'acheter des produits dérivés, et même de jouer vous même. »

Pour supporter toute la charge de travail, la GPL va recruter encore selon Dreyfus, à la fois pour les bureaux de Vegas et de Malte. L'équipe d'Amérique du Nord se concentrera sur le contenu et le poker, pendant que les départements techniques et merchandising seront basés en Europe.

Abandonner cette année n'est pas une option

GPL new logo

Malgré les difficultés affichées, Dreyfus n'a aucune intention d'abandonner et d'arrêter de se battre pour que la Global Poker League se fasse sa place dans le monde du poker.

Il est vrai que si vous voulez révolutionner l'industrie du poker, il semble difficile de pouvoir le faire en seulement 3 mois. Et les accrocs au début sont naturels pour une nouvelle entreprise, surtout lorsque l'on veut ici faire plaisir à la fois aux joueurs, aux investisseurs, et au public.

Comme Dreyfus le dit lui-même : « On essaie, on échoue, on ajuste. »

Quoi que les changements engendrent pour le reste de la saison 1, ou quelle que soit la taille de l'audience au cours des prochains mois, le sort de la GPL ne se décidera donc de toute façon pas encore cette année.

---

5 raisons qui feront de la Global Poker League un succès (ou un échec)

(28/04/16 - par Lee Davy)

Benger et Grafton
Griffin Benger et Sam Grafton.

La Global Poker League (GPL) a beau être toute jeune, elle a déjà changé le monde du poker. Pas forcément en mieux, ni en moins bien pour le moment.

Ce n’est pas ça. Mais c’est tout ce que je peux voir quand je me penche sur le poker aujourd’hui.

On ne parle que de cela dans les médias poker. Et il est déjà difficile d’imaginer cette compétition disparaître.

Alors quels sont les facteurs clés qui feront qu’Alex Dreyfus et son équipe parviendront à faire de la GPL un véritable succès ?

Et quels sont ceux qui pourraient représenter des obstacles ?

1. La webcam

Lorsque Dreyfus a suggéré aux capitaines d’équipe de la GPL que des webcams pourraient être utilisée lors des heads-up, ils étaient plutôt pour, à une condition : les adversaires devaient pouvoir interagir.

Cates vs Elky GPL
Les webcams ont déjà apporté un gros changement.

Heureusement, il a réussi à les convaincre d’abandonner cette idée. L’Histoire est en marche.

Jamais auparavant les heads-up n’ont montré les cartes des deux joueurs tout en les entendant décrire leur cheminement intellectuel.

« Je voulais que le public puisse entrer dans leur tête », explique Dreyfus. Et c’est réussi.

Regardez le heads-up entre Daniel "Jungleman" Cates et Bertrand "ElkY" Grospellier, puis regardez-le à nouveau sans le son, mais avec quelques post-it sur votre écran. C’est moins fun, non ?

Le revers de la médaille : Le Six-max

Le poker en ligne peut être ennuyeux à regarder. D’où l’idée d’introduire des webcams.

Mais durant les premières semaines, les parties de six-max ont été d’un calme plat. Évidemment, nous n’en sommes qu’aux débuts et les choses vont devenir plus passionnantes, notamment avec le début des play-offs. Mais il faut changer quelque chose.

2. Les personnages

Lorsque les créateurs de l'émission américaine Late Night Poker ont imaginé leur concept, ils n’avaient pas prévu de commentateurs. L’idée était que les joueurs aient des micros.

Daniel Cates
L'un des rares joueurs à pouvoir rendre un baillement intéressant.

Mais dans la réalité, l’idée n’a pas fonctionné. Les joueurs se sont figés et n’ont pas dit un mot. Les producteurs se sont rendu compte que leur idée ne fonctionnerait pas.

Comment imaginer que regarder bailler Daniel « Jungleman » Cates serait amusant ? C’est Jungleman. Même lorsqu’il n’essaye pas de divertir, il le fait.

Et c’est précisément pour ça qu’il est si efficace. Essayer d’être divertissant ne fonctionne pas.

Les gens qui ont ce genre de talent naturellement sont essentiels pour que cela fonctionne. La présence d’Aaron Paul dans l'équipe des LA Sunset est une superbe idée.

Faire signer une star en pleine gloire pourrait être un tournant. Il y a énormément de liens entre les meilleurs joueurs de poker et les stars ; Aaron Paul a montré la voie.

Le revers de la médaille : Les stars peuvent être ennuyeuses

Souvenons-nons du premier épisode de Late Night Poker. Les joueurs se sont figés. Ça n’a pas fonctionné.

Mais aujourd’hui, les joueurs ont l’habitude d’être sous les feux des projecteurs. Ils sont tous passés à la télé ou ont un stream Twitch. Ils ne vont pas flipper. Mais les stars d’aujourd’hui peuvent être ennuyeuses.

Penchons-nous sur le match le plus connu de la GPL jusque là : Jungleman vs ElkY. Qui parle d’ElkY aujourd’hui ?

Caché derrière ses lunettes. Le contraste entre Jungleman et lui était sublime. Mais le Français n’est pas un amuseur.

« So sick. »

Ça ne va pas suffire. ElkY avait sa poker face. Il ne pensait qu’à la victoire. Alors espérons que les joueurs se lâchent un peu et soient plus comme Jungleman.

3. Une ambition d’entrepreneur

Les réseaux sociaux peuvent être des alliés autant que des ennemis. La pression est forte pour que les choses soient parfaites dès le début.

Alex Dreyfus
Un homme d'action.

Je salue la GPL d’avoir pris le risque de se lancer sans filet. Le Français Alex Dreyfus sait qu’il a besoin de prendre des initiatives pour avancer.

Il aime les défis. Ils ne lui font pas peur. Et c’est ce côté casse-cou qui fait que la communauté poker peut tomber sous le charme de la GPL.

La Global Poker League fonctionnera parce qu’Alex Dreyfus a eu le courage de se lancer.

Le revers de la médaille : La patience

Tout le monde ne comprend pas ce que cela signifie d’être un entrepreneur. Il sera difficile pour certains de s’identifier à l’audace de Dreyfus.

Les gens doivent apprendre à être patients. Tous n’y arriveront pas. Il y aura peut-être parfois deux flops. Les webcams auront des problèmes.

Certaines séquences seront si lentes que Sam Grafton ressemblera à Timothy Mallett sous valium.

Si les gens n’ont pas la patience pour comprendre la vision de Dreyfus, cela pourrait poser problème.

4. Le rythme

Les parties sont très rythmées. Elles vont très vite et les spectateurs restent focalisés sur le jeu.

Après deux semaines, le temps moyen passé à regarder la GPL était de 40 minutes. Selon moi, c’est principalement dû à la rapidité des parties.

Tom Marchese
4 minutes de réflexion et un tapis priceless.

Cela étant dit, je pense que les chronomètres sont assez généreux.

Il s’agit d’une situation à double tranchant, puisque la majorité des situations les plus intenses ont eu lieu lorsque des joueurs sont allés à fond dans le tanking (comment oublier les 4 minutes de réflexion de Tom Marchese qui ont fait se coucher Anthony Zinno).

Mais je voudrais aussi que la pression soit un peu plus forte, notamment en heads-up.

Le revers de la médaille : La longueur

Le programme est chargé et je me demande combien de personnes peuvent « digérer » autant de contenu. J’aimerais aussi que les résultats ne soient pas affichés lors des rediffusions pour garder le suspense.

J’ai aussi l’impression que le professionnalisme de l’équipe diminue au fur et à mesure que la nuit avance. L'autre nuit, Benger et Grafton avaient l’air de tomber de sommeil.

S’ils s’endorment, imaginez les spectateurs.

5. L’équipe

La première fois que j’ai suivi le Day 1 de la GPL, j’ai tout de suite compris que c’est sur Griffin Berger et Sam Grafton que reposera le succès ou l’échec de la GPL. 

Une sacrée responsabilité pour deux commentateurs débutants.

Heureusement, Dreyfus les a bien choisis. Ils s’entendent bien, c’est un bon mélange d’humour et de connaissances. Ils sont aussi assez intelligents pour laisser Jungleman (et Galfond et Mercier) commenter à leur place, grande marque de classe.

Eric Danis Laura et Cornelius
Une excellente équipe mais qui pourrait se faire aider.

Je trouve aussi que Laura Cornelius fait du très bon boulot... quand il y a un script. Elle a l’air très professionnelle, elle aurait tout à fait sa place sur Sky Sports.

J’aime aussi ce que fait Eric Danis. Il me fait penser à un geek fou de statistiques qui vit dans sa cave sans voir la lumière du jour.

Le revers de la médaille : le burn-out

Je pense qu’il y a quelques ajustements à faire pour améliorer les choses. Sky Sports n’a pas qu’une seule équipe de commentateurs. Elle en a plein. Cela permet une couverture toujours fraîche, d’autant que la chaîne tourne 24 h/24.

La GPL n’est pas continue, mais les journées sont longues. Benger et Grafton ont besoin d’assistance. Pour les garder en forme. Je sais que les coûts doivent rester bas, mais il serait bon d’avoir une ou deux équipes suppléantes.

Cornelius est au top lorsqu’il y a un script, mais elle a du mal en phase d’improvisation. Je crois que Jesse May serait le lien parfait entre les commentateurs et le divan.

Cornelius pourrait être présentatrice, aux côtés de Kara Scott ou de Sarah Herring, avec May pour faire le lien. Il sait parfaitement improviser.

Et j’ai presque oublié : Danis a besoin d’aide. Vite. Il a souvent l’air endormi sur le divan. Il a besoin d’invités régulièrement.

---

Alex Dreyfus : « La Global Poker League est faite pour les fans »

(14/10/15 - par Dirk Oetzmann)

Alexandre Dreyfus
Alexandre Dreyfus

En ayant acquis et développé le Global Poker Index et réussi à en faire le système de classement définitif du poker de tournoi d'aujourd'hui, Alex Dreyfus est conscient de ce qui est nécessaire pour s'affranchir du passé et remodeler les attentes de l'industrie du poker et sa perception.

Après des années de tentatives de tournois par équipes s'étant conclus par des échecs, Dreyfus a organisé les premiers Global Poker Masters au mois de mars cette année.

Ne ressemblant pas vraiment aux évènements précédents, cette compétition avec 8 équipes nationales avait soulevé des tas de doutes avant même qu'elle ne voit le jour.

En dépit de quelques légères critiques, ces Global Poker Masters auront au moins prouvé que l'ambition de Dreyfus de "sportifier" le poker, avait un potentiel.

Son prochain grand projet, une Global Poker League de 14 semaines et dont le lancement est prévu début 2016, reposera sur les mêmes principes de "sportification" du plus célèbre des jeux de cartes, afin de franchir un cap encore supplémentaire.

Dreyfus a révélé quelques détails à propos de cette GPL la semaine dernière, et aura immédiatement pu sentir un scepticisme de la part du monde du poker sur les médias sociaux. En réponse, il a programmé une session de Questions-Réponses ce soir sur Twitch à 19h (http://www.twitch.tv/gpl).
Note : vous pouvez voir le replay à ces deux adresses : Partie 1 - Partie 2

Nous avons rencontré l'entrepreneur français la veille, pour avoir un avant goût et vous proposer l'exclusivité de ses premières réponses.


PokerListings : Quelles sont les nouvelles depuis les Global Poker Masters ?

Alex Dreyfus : Les GPM ont démontré que les tournois par équipes comptaient pour les joueurs. Ils avaient cette envie de porter les couleurs de leur pays. L'esprit d'équipe était présent.

Optimized WM italyGPM
"Les GPM ont démontré que les évènements par équipe comptaient pour les joueurs."

N'oubliez pas qu'il n'y avait pas de droit d'entrée et littéralement rien à gagner. De nombreux leaders de l'industrie ne pensaient pas que cela marcherait.

Les joueurs ont pris volontiers de leur temps pour disputer cette compétition. le facteur ego s'est également invité et pouvoir gagner le droit de se vanter était suffisamment important également. Le chrono de 30 secondes s'est montré concluant.

Les Global Poker Masters reviendront également, mais il seront renommé la GPI World Cup.
Le live streaming sur Twitch a aussi montré qu'il y avait un public qui avait envie de voir un évènement comme celui-ci. Plus d'un million de spectateurs se sont connectés tout au long des trois jours.

Quel sera le format de la Global Poker League ?

Il y aura trois arènes différentes : l'arène en ligne, l'arène studio, et l'arène live.

Il y aura donc des évènements en ligne hebdomadaires. le GPI a conçu sa propre plate-forme afin d'être indépendant des clients poker existants.

A côté de ça le jeu du GPI sera bien plus interactif. Il sera possible de voir les cartes et même de stopper la partie, par exemple sur un all-in et un call, ainsi les commentateurs pourront analyser et interpréter la situation avant que le tableau ne soit retiré.
Les logiciels de poker que nous connaissons sont conçus pour ceux qui jouent. Il ne le sont pas pour les gens qui regardent.

Il y aura aussi des évènements réguliers dans nos studios à Malte et aux Etats-Unis.
Et toutes les 4-6 semaines il y aura un tournoi live dans "Le Cube".

Optimized NWM Sisal review Italiapoker Client
"Les clients poker que nous connaissons sont conçus pour satisfaire ceux qui jouent, pas ceux qui regardent."

Comme aux Global Poker Masters, il y aura différents formats lors de chaque évènement. Aucun ne sera appelé tournoi, étant donné que l'objectif sera de mettre l'accent sur le caractère évènementiel du poker.

Vous pouvez le constater de la manière où durant les GPM, rien n'était appelé "tournoi". Il y avait des matchs et des parties, le Directeur de Tournoi était en fait appelé arbitre, etc.

Il y aura des parties en 6-max, heads-up, et par équipes.

Il y aura également un comité des joueurs qui sera consulté, ainsi nous pourrons procéder à des ajustements en permanence et être connecté à la communauté poker.

Quels sont les grands noms du poker déjà inscrits ?

Aucun. La phase de sélection ne débutera pas avant janvier.

Aucun joueur ne sera d'accord pour rejoindre la compétition sans savoir exactement dans quoi il s'embarque. Le produit doit être fini et prêt avant que les joueurs soient approchés.

Optimized NWM Phil Hellmuth 5
Phil Hellmuth parmi les têtes d'affiche de la Global Poker League ?

Certains joueurs ont déjà affiché leur intérêt sur Twitter, parmi ceux-ci Phil Hellmuth, Martin Jacobson ainsi que Pierre Neuville.

Qui sont les investisseurs ?

Aucun nom n'a officiellement été dévoilé. Les équipes étaient d'abord supposées avoir des noms de franchises, mais il a été décidé de séparer la propriété de l'équipe de sa direction, ce qui signifie que celui qui possède l'équipe ne peut pas jouer ni dire à l'équipe ce qu'elle a à faire.

Bien sûr cela rend la tâche de trouver des sponsors bien plus difficile.

En lieu et place les équipes seront nommées d'après les villes auxquelles elles seront liées. Cela facilitera le sentiment d'identification que pourront se faire les spectateurs, et rendra la création d'une base de fans plus facile.

Le groupe d'investisseurs cible pour la Global Poker League consiste en des propriétaires de la NBA, des directeurs de hedge funds, et des grands noms du sport et des médias.

La GPL sera t-elle connectée à d'autres évènements hors poker ?

C'est possible, mais peu probable. Les évènements live avec le Cube pourraient potentiellement l'être.

A quoi la Global Poker League va ressembler à la télévision, comparé à ce que l'on connaît déjà ?

La même chose, mais en complètement différent. Le concept du poker restera évidemment le même, mais l'objectif principal de la GPL sera de faire passer le poker d'un évènement focalisé sur les joueurs, à un évènement focalisé sur les spectateurs.

Cube Global Poker League2
Le Cube.

A l'inverse des diffusions en live streaming de 8 heures, les parties ne dureront pas plus longtemps qu'une partie de football, avec certains matchs qui ne dureront que 30 ou 40 minutes. Il y aura des chronos (shot clocks) et des cartes digitalisées pour accélérer l'action et la rendre plus amusante à regarder.

Il y aura un format qui aura pour objectif de réduire la variance. Les joueurs joueront debout pour leur donner l'opportunité de montrer encore plus de langage du corps, pour mettre plus de pression physique sur leurs adversaires.

D'un point de vue marketing, avec des joueurs debout, à la fois leur buste et leur dos pourront être utilisés au maximum pour les sponsors, ce qui est presque impossible dans un format régulier où ils sont assis.

Il y aura deux présentateurs ainsi qu'une équipe d'experts qui commenteront les débats avant, pendant et après, d'une manière similaire au football, basket, ou autres grands évènements sportifs.

Pourquoi les gens voudront payer juste pour voir un tournoi de poker en live, alors qu'il y en a tant à la télé et sur Internet ?

Pour la même raison que les gens payent pour aller voir des concerts ou au cinéma. La GPL n'est plus seulement une affaire de poker, c'est aussi pour l'expérience et le spectacle.

Aujourd'hui vous pouvez télécharger des films gratuitement, mais les gens vont toujours au cinéma car il s'agit d'une expérience différente. Vous pouvez télécharger de la musique mais les gens vont toujours aux concerts, parce que l'expérience est unique.

La GPL est un produit qui est bien plus que du live streaming. C'est un ensemble complet de divertissement, que l'on connaît dans d'autres sports. Personne ne paierait pour aller voir un des grands tournois de poker actuels, parce que cela serait ennuyeux. Encore une fois c'est parce qu'ils sont faits pour les joueurs.

Optimized NWM negreanudreyfus
"Vous pouvez télécharger des films mais les gens vont toujours au cinéma."

La GPL est faite pour les fans. Selon une étude de Sports and Entertainment Consultants Repucom, 30% des joueurs seraient enclins à payer pour assister à la GPL - or 1% serait suffisant pour la supporter.


Plus d'infos sur la Global Poker League :

  • Les équipes seront constituées de 5 ou 6 joueurs.
  • Au moins 3 des joueurs seront "draftés" selon leur classement GPI.
  • La première saison verra probablement 12 équipes de 3 continents, avec dans l'idée d'étendre le field chaque prochaine saison.
  • Les équipes représenteront les villes suivantes : Las Vegas, Los Angeles, New York, San Francisco, Sao Paolo et Toronto pour l'Amérique ; Barcelone, Hong Kong, Londres, Moscou, Paris et Prague pour l'Europe et l'Asie.
  • La maison mère du GPI, Mediarex Sports & Entertainment (MSE) a levé 4,9 millions de dollars pour permettre à la GPL de se lancer en 2016.
  • Le financement sera fait via le sponsoring. Cet argent sera également utilisé pour payer les joueurs.
  • Il y aura des évènements en ligne, en studio et en live.
  • Les cartes des évènements live seront digitalisées pour accélérer le jeu. Les jetons seront toujours réels, mais il n'y aura pas d'argent à gagner, juste des points.
  • L'attraction principale de la GPL sera le "Cube", une cage transparente et isolée phoniquement, de 6 mètres de dimensions et pesant 11 tonnes.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page