5 Raisons pour lesquelles Full Tilt doit rouvrir

fttop5

Ce n'est normalement plus qu'une affaire de jours voire de semaines avant que Full Tilt Poker ne rouvre. Est-ce une bonne chose ? PokerListings voit 5 bonnes raisons pour répondre : oui !

 

 

Le retour d'un monstre du poker

Si Winamax lui tient la dragée haute en France, Pokerstars sans Full Tilt c'est un peu comme Spiderman sans le Bouffon Vert, Barcelone sans le Real Madrid, ou même Sarkozy sans Hollande (puisque on est en plein dans les élections) : il manque quelque chose dans le paysage.

Ces deux leaders d'alors étaient de véritables locomotives pour le poker, voyant les plus grands joueurs de la planète rejoindre leurs équipes pros et arborer leur écusson sur le circuit live des grands tournois.

Full Tilt c'est aussi toute une histoire du poker en ligne des High Stakes (hauts enjeux), et là où entre autres un certain Isildur aura débuté.

Aujourd'hui, à l'international Pokerstars n'a plus de réel concurrent à hauteur de sa puissance et de sa valeur. Un retour de cette autre salle mythique (et de son logiciel réputé) amènerait à n'en pas doute une nouvelle émulation intéressante au sein de la communauté.


La concurrence pour tirer le marché vers le haut

Quel que soit le secteur, un marché concurrentiel est toujours bon pour les consommateurs, ici les joueurs. Plus la concurrence entre les acteurs est féroce et plus ceux-ci feront leur maximum pour satisfaire leur clientèle, et se démarquer de leurs concurrents en offrant toujours plus.

Si a contrario beaucoup se sont déjà demandés l'intérêt du nombre de petites rooms s'étant lancées sur le marché à son ouverture en France (et même encore aujourd'hui), une salle comme Full Tilt Poker (ré)apporterait normalement un grand plus : expérience, puissance financière, puissance de la marque (même s'il faudra aussi voir dans quelle mesure son image de marque en a pris un coup), ...

Des salles comme Winamax ou Pokerstars, pourtant déjà généreuses et proposant une grosse offre de tournois, pourraient alors encore moins se reposer sur leurs lauriers. Et ce serait la même chose pour de nombreuses autres salles s'étant affirmées de qualité telles que PMU ou Unibet.


L'ambition des Tapie

tapies

Parce que quand les Tapie (que ce soit Bernard ou son fils Laurent) se lancent dans quelque chose, on peut être sûr que ce n'est pas pour voir petit.

Le Groupe Bernard Tapie qui s'est spécialisé dans la reprise des entreprises en dépôt de bilan dès 1977 (via Bernard), avant d'être revendues ou même conservées, est expert en la matière : toutes ont été sauvées, parmi lesquelles bien évidemment Adidas, La Vie Claire (alimentation bio), Terraillon (balances), ou les piles Wonder (qui ne se souvient pas de la fameuse publicité ?).

L'énorme projet de l'ISPT (International Stadium Poker Tour) va dans ce sens, et il se pourrait bien que le GBT ait besoin de Full Tilt opérationnel pour conduire cet évènement sans précédent (30 000 joueurs, 20 millions d'euros de prizepool, une diffusion dans 28 pays, et un lieu mythique, le stade de Wembley en 2012).


Pour l'image du poker

Si le soufflé est depuis retombé, l'affaire Full Tilt aura porté un grand coup d'épée dans le dos du poker en ligne. Et si l'on ajoute tous les rebondissements qui s'en sont ensuivis, ce n'est pas seulement l'entité Full Tilt qui a beaucoup perdu, mais aussi l'image du poker toute entière. Aucun "scandale" n'avait encore eu une telle portée.

Cette image en aura été encore plus écornée de par l'implication et les malversations de grands champions, pourtant parmi ceux en qui la communauté faisait peut-être le plus confiance. On aurait en effet presque pu donner le bon dieu sans confession à Chris "Jesus - le bien nommé" Ferguson ou Howard Lederer...

Ce qui est fait est fait et la tâche restera sans doute quelque part indélébile, mais une renaissance de la salle sur de nouvelles bases solides, saines et transparentes, et le remboursement des joueurs, viendrait à coup sûr faire beaucoup pour un blason du poker un tant soit peu redoré.
En forme de "tout est bien qui finit bien", pour une fois après ce genre de scandale pourrait-on dire.


Pour les joueurs

Et c'est sans doute ici le plus important : que les milliers de joueurs ayant leur argent bloqué sur la salle soient remboursés.

En fait, que la salle survive et revienne sur le marché n'est finalement que littérature. Aujourd'hui toute la communauté poker n'attend essentiellement qu'une chose : que la reprise soit à 100% validée, signée, signifiant que le repreneur (le Groupe Tapie donc) devra rembourser tous les joueurs qui en feront la demande (sans doute la majorité).

Il faudra ensuite sans doute du temps pour que Full Tilt regagne la confiance du secteur, mais gageons que le Full Tilt nouveau saura faire oublier son passé. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

Derniers Blog Posts »