Les grands défis du poker en ligne : Jésus transforme 0$ en 10 000$

barry greenstein chris ferguson and andy black 30967

En 2006, à l’époque où Chris Ferguson était encore Jésus, il s’est lancé le défi de faire fortune sans toucher à son propre argent.

Ok, pardon pour la formulation.

L’objectif de Ferguson était d’arriver à remporter 10 000 $ en partant de zéro, le tout en suivant des règles très strictes au niveau de la gestion de sa bankroll.

 

La Mission : Transformer 0$ en 10 000$

Détenteur du Record : Chris "Jesus" Ferguson

Dates : Mars 2006 - Septembre 2007


Le défi en quelques chiffres


  • Investissement de départ : 0 $
  • Temps investi : 10h / semaine
  • Temps pour atteindre 100$ : 9 mois
  • Temps pour atteindre 10 000$ : 18 mois


L'Histoire

Avant de tomber (violemment) de son piédestal à la suite du Black Friday, Chris “Jésus” Ferguson était surtout connu pour avoir remporté le Main Event des WSOP en 2000 et cofondé Full Tilt Poker en 2004.

Ce théoricien du poker s’est ensuite mis dans la tête de se prouver, à lui-même et au monde entier, qu’il était possible de partir de rien et d’arriver à 10 000 $ en suivant des règles strictes pour gérer sa bankroll.

chris ferguson 31839
"Je prenais ces freerolls vraiment très au sérieux."

Ce défi a inspiré des générations entières de joueurs. Il était très difficile, surtout au début puisque Ferguson ne pouvait participer qu’à des tournois gratuits, et il n’y en avait pas tant que ça.

Si tu n’arrivais pas à t’inscrire dans les 90 secondes suivant l’ouverture, le tournoi était déjà complet et il fallait attendre le prochain. Je mettais un réveil pour être sûr de ne pas les rater,” explique alors Ferguson.

Ce qui est marrant, c’est que les gens me voyaient participer à des tournois gratuits et croyaient que je le faisais pour me marrer. En réalité, je les prenais extrêmement au sérieux, parce que c’était eux qui allaient me permettre de gagner de l’argent au début du défi. J’étais devant mon écran à prier que les joueurs se couchent.

C’est ainsi qu’il a mis plusieurs semaines à remporter ses premiers 2 $. Puis trois jours à décider comment les investir.

Gagner 14 cents par heure

Il a fini par choisir un cash game de Hold’Em No Limit à 5/10 cents. Il n’avait donc que 20 grosses blinds. Après avoir perdu une main sur un coin-flip, il est retombé à zéro.

Heureusement, Ferguson s’est ensuite habitué aux freerolls.

J’ai enfin réussi à rentrer dans mes frais et j’ai gagné à peu près 22 $ dans les freerolls. J’étais payé environ une fois sur 10, sur des parties qui durent en général une heure et demie. Cela représente environ 0,14 cent par heure. C’est ridicule, mais peu importe.

Le tournant de ce défi, c’est lorsque Ferguson a réussi à atteindre la deuxième place d’un tournoi à 1 $, ce qui lui a permis de remporter 104 $.

L’argent était évidemment essentiel pour arriver à relever ce défi, mais Ferguson a également expliqué que les tournois étaient très compliqués pour la gestion de sa bankroll.

chris ferguson 17765
Chris Ferguson sera même monté jusqu'à 28 000$.

Une progression plus lente que prévue

Ferguson avait prévu d’atteindre les 100 $ en six mois, puis de passer de 100 $ à 10 000 $ en six autres mois.

Cependant, même en jouant de manière très ambitieuse près de 10 heures par semaine, Ferguson était bien loin du compte. Chacune des deux étapes lui a pris neuf mois et non six.

Après avoir atteint 10 000 $, Ferguson a même continué jusqu’à atteindre 28 000 $, ce qui lui permettait de jouer des cash games à 25/50 $. C’est là que le vent a tourné.

Une fois atteinte la barre des 28 000 $, je pouvais faire des parties de No-Limit à 25/50$. Je suis retombé à 20 000, puis 15 000, puis 10 000 et même encore moins. Selon les règles que je m’étais fixées, je ne pouvais plus jouer qu’en 5/10 $, puis en 2/4 $ quand ma bankroll est passé sous les 8 000 $.

Malgré cela, Ferguson a prouvé qu’il était possible de se faire 10 000 $ à partir de rien, pour peu qu’on soit assez tenace.

Règles et objectifs du Bankroll Challenge

Dans le cadre de son défi, Ferguson avait mis en place un certain nombre de règles très strictes quant à la gestion de sa bankroll.

Il ne s’autorisait à jouer que des freerolls, au départ, puisqu’il ne partait de rien. Ensuite, il s’interdisait de dépenser plus de 5% de sa bankroll dans des sit-and-go ou des cash games (la règle de bonne gestion de bankroll d'ailleurs couramment admise).

Les MTT ne pouvaient pas lui coûter plus de 2% de sa bankroll et de la même façon, il ne pouvait participer aux satellites que si le tournoi auquel ils permettaient d’accéder était conforme à la règle des 2%.

Et s’il gagnait plus de 10% de sa bankroll, il devait quitter la table avant que les blindes ne le rattrapent.


> A retrouver aussi le premier épisode de la série : Les Sit-and-Go d'ElkY

 

Derniers Blog Posts »