Les Grands Moments des WSOP (1ère partie)

Screen shot 2013 06 03 at 12.13.19 PM

Alors que les World Series of Poker 2013 entament tout juste leur troisième semaine, au fur et à mesure que l'on se rapproche des gros évènements, on s'attend à ce qu'il y ait sous peu, comme d'habitude, des moments de poker mémorables.

En 43 éditions, les WSOP nous ont déjà laissé de sacrés souvenirs. James Guill revient pour nous sur quelques-uns des plus mémorables d'entre eux.



Le suckout de Moneymaker contre Phil Ivey

Alors que beaucoup classeraient sans doute le bluff de Chris Moneymaker face à Sammy Farha dans la liste des plus grands moments des WSOP, la vérité c'est que c'est son "suckout" contre Phil Ivey qui a été le véritable tournant de ce Main Event.

Tout commence lorsque Moneymaker relance pré-flop avec A-Q et que Phil Ivey le suit avec une paire de 9. Avec Q-6-Q, le flop donne un brelan à Moneymaker qui est le premier à miser. Ivey le suit, et pense toucher la meilleure carte possible lorsqu'un 9 sort au turn. Moneymaker mise alors 200000 et Ivey va au tapis, au grand désarroi de Moneymaker qui voit son brelan battu par un full.

Phil Ivey avait alors 83% de chance de remporter cette main. Ce n'était apparemment pas suffisant puisqu'un as est sorti à la river pour retourner complètement la situation, donner à Moneymaker un full supérieur, et sortir Phil Ivey du tournoi en 10ème position.

Si Ivey avait remporté cette main, il y a fort à parier que Moneymaker n'aurait pas réussi à aller jusqu'au heads-up, et peut-être que le poker n'en serait pas où il en est aujourd'hui.




Les trois mains de folie

C'est lors du tournoi de NL Hold'Em à 3000$ des WSOP 2008 que John Phan a remporté son premier bracelet WSOP face à Johnny Neckar.

Les deux talentueux professionnels ont bataillé plus de six heures, et on pensait que la partie pourrait continuer toute la nuit, quand les choses se sont soudainement emballées.

Phan et Neckar ont alors décidé d'aller all-in pré-flop, à l'aveugle. Tout d'abord en montrant leurs cartes – Q 4 pour Phan et 9 7 pour Neckar.

Le tirage (K J K 9 3) a donné l'avantage à Neckar.

Les deux joueurs ont ensuite pris la décision de jouer les deux mains suivantes à l'aveugle, toujours all-in, mais sans même dévoiler leurs cartes. C'est Phan qui a remporté la deuxième, et Neckar la troisième, dans ce qui est sans aucun doute l'une des séquences de jeu les plus étranges de toute l'histoire des WSOP.

Après ces trois mains de folie, les joueurs se sont remis à jouer normalement, mais le match avait changé de physionomie. Neckar a continué à prendre beaucoup de risques et a fini par allé au tapis avec Q J, qui se sont heurtés à l'A 9 de Phan.

Un As au turn a permis à Phan de remporter le premier de ses deux bracelets WSOP. Cependant, ce sont bien ces trois mains absolument folles que beaucoup ont gardé en mémoire, ce qui prouve que tout peut arriver à Las Vegas.




La légende renaît de ses cendres

Alors que démarrait le Main Event des WSOP 1997, tout le monde avait catalogué Stu Ungar comme une cause perdue à cause de sa vie dissolue.

Enfin tout le monde sauf Bill Baxter. Baxter a donc décidé de sponsoriser ("stacker") la participation de Ungar au Main Event, et il a eu le nez creux puisque Ungar a joué un poker du niveau de celui qui lui avait permis de remporter le Main Event en 1980 et 1981.

Ungar était tellement impressionnant à la table finale que le directeur du tournoi, Jack McLelland, a alors déclaré que tous les autres ne jouaient que la deuxième place.

Une prophétie qui est devenue réalité lorsque l'A 4 de Ungar ont battu l'A 8 de John Strzemp, et qu'il a donc remporté son troisième Main Event des WSOP.

Ungar et Johnny Moss sont à ce jour les deux seuls joueurs à avoir été couronné champion du monde à trois reprises. À noter qu'en réalité Ungar est le seul à l'avoir réellement "remporté" trois fois puisque le titre de Moss en 1970 lui a été décerné suite à un vote.




Chip Reese remporte le tournoi de HORSE à 50.000$

Alors que je couvrais le tournoi de Limit Hold'Em à 1500$ des WSOP 2006, j'ai eu l'occasion de discuter un peu avec Erik Seidel. Je lui ai alors demandé son pronostic pour la toute première édition du tournoi de HORSE à 50000$. Sa réponse ? Chip Reese, sans conteste.

Cela faisait 24 ans que Reese n'avait pas remporté de bracelet WSOP. Lui qui était principalement un joueur de cash games high-stakes ne s'était remis à jouer des tournois que parce que sa famille lui demandait pourquoi il ne passait pas à la télé.

Autant dire que le monde du poker s'est rapidement souvenu pourquoi Reese était considéré comme le meilleur joueur de poker de l'histoire.

Reese s'est donc retrouvé à ce qu'on considère comme la meilleure table finale de l'histoire des WSOP aux côtés de Patrik Antonius, Doyle Brunson, Dewey Tomko, David Singer, TJ Cloutier, Jim Bechtel, Phil Ivey et Andy Bloch – encore inconnu à l'époque.

Bloch, assez largement en tête, s'est donc retrouvé en heads-up face à Reese, mais n'arrivait jamais à conclure.

À chaque fois que Reese était all-in, il touchait la carte dont il avait besoin et remportait la main, avant de finalement passer devant et remporter la somme la plus importante mise en jeu au poker en dehors du Main Event.

Il s'agit du dernier bracelet qu'il ait remporté, puisqu'il allait succomber quelques années plus tard des suites d'une pneumonie.

Depuis 2008, le Trophée Chip Reese est remis au vainqueur de l'event que l'on appelle aujourd'hui le Poker Players Championship.

 

Derniers Blog Posts »