Limit Texas Hold'em : Bases de la stratégie et Mythes

Une Quinte sur la table en Limit Hold'em

Le Limit Hold'em est un jeu particulier qui demande certains ajustements par rapport à son système de mises. En effet ici hors de question de pousser tous vos jetons au milieu !
Notre dossier vous donne les bonnes bases stratégiques pour bien démarrer en Limit poker.

Notre dossier se divise en quatre parties :


Comment jouer les Tirages Quinte en Limit Holdem

Les tirages quinte sont des tirages forts au Limit Texas Hold'em. Lorsque vous floppez un tirage quinte, il s'agit d'aller chercher une quinte par les deux bouts en utilisant vos deux cartes ou une seule, ou une quinte par le ventre. La manière dont vous allez jouer votre tirage quinte dépendra de ce paramètre.

Avec un tirage quinte par les deux bouts, vous avez huit outs pour améliorer et trouver votre quinte, vous avez donc approximativement 2,2 chances contre 1 (31,5%) d'améliorer à la turn ou la river combinés.

Votre main est plus forte si elle a une valeur supplémentaire telle qu'une paire et/ou des overcards, un potentiel de couleur backdoor, et ainsi de suite. Par exemple, vous avez A 4 sur un flop avec 6 5 3 vous donnant un tirage quinte par les deux bouts (8 outs), une overcard (3 outs), et un tirage couleur backdoor (1 out). Ce flop vous donne 12 outs au total (45%) pour améliorer votre main vers au minimum une paire.

Autre exemple pour tempérer : admettons que vous avez J T sur un flop 9 8 3, vous donnant un tirage quinte par les deux bouts (8 outs), deux overcards (6 outs) et un tirage couleur backdoor (1 out). Ce flop vous donne au total 15 outs (54,1% de chances de toucher sur le turn et la river combinés), mais vous ne seriez vraiment à l'aise avec cette main que dans le cas où vous feriez la quinte.

Tirer ou ne pas tirer ?

Lorsque vous floppez un tirage quinte, vous espérez un flop rainbow (arc-en-ciel). Lorsque le flop est de deux couleurs, vous devez éliminer 2 outs pour les cartes de la couleur. Si le flop est de deux couleurs et qu'il y a de l'action, vous devriez coucher votre tirage quinte, en raison de la forte probabilité pour que vos adversaires détiennent des brelans, deux paires, et des tirages couleur.

La plupart du temps lorsque vous floppez un tirage quinte par les deux bouts sur un flop rainbow, vous avez les cotes correctes pour aller chercher votre tirage. Mais il y a quelques exceptions à considérer :

1- Le flop vient avec une paire et il y a de l'action conséquente au flop. Lorsqu'il y a une paire au flop, il est plus facile pour vos adversaires de faire des full.

2- Vous êtes en heads-up et n'avez pas de paire ni deux overcards au flop. Le pot ne vous donnerait pas les cotes suffisantes pour payer. Cela peut valoir le coup d'essayer un semi-bluff dans cette situation, mais ne check-callez pas tout du long jusqu'à la river.

Quand vous tirez pour une quinte par les deux bouts, assurez-vous de ne pas tirer pour la partie basse de la quinte. Par exemple, vous avez 5 4 et le flop est J 7 6 vous donnant un tirage quinte par les deux bouts. Ce tirage quinte devrait être joué comme un tirage quinte ventral (4 outs), sachant que vous ne vous sentiriez seulement tranquille dans cette main que dans le cas où vous toucheriez un 3.

Jonathan Little joueur de poker discipliné
Les tirages quinte demandent une certaine rigueur pour être joués à propos.

Tirages quinte par les deux bouts en utilisant seulement une carte de votre main

Ces types de flops ne sont pas aussi forts que ceux où vous utilisez vos deux cartes. La raison à cela est que la possibilité de quinte est trop évidente pour vos adversaires, et quelqu'un peut d'ailleurs déjà avoir floppé la sienne.

Il y a également une plus grande probabilité pour que vous finissiez le coup en partageant le pot si vous faites la quinte.
L'action se tarit également lorsque la quatrième carte de la quinte arrive, et il peut être difficile d'être payé même si vous avez la meilleure main.

Tirages quinte par le ventre

Ce type de tirage n'a qu'une carte qui vous donne une quinte, vous donnant 4 outs au total. C'est approximativement du 11 contre 1 pour améliorer votre main à la turn.

Il s'agit d'une main qui est particulièrement forte lorsqu'elle a une valeur additionnelle comme deux overcards. Avoir K Q sur un flop T 9 6 est un tirage particulièrement fort. Le tirage quinte max par le ventre (4 outs), deux overcards (6 outs, mais attention à la quinte possible si une dame arrive), et un potentiel de couleur backdoor (1 out). En heads-up, cette main devrait être jouée de manière agressive.

Généralement, vous n'avez pas les cotes suffisantes pour tirer avec seulement un tirage quinte ventral, à moins que le pot ait été relancé avant le flop. Mais s'il y a de nombreux suiveurs avant le flop, il est alors correct de chercher le tirage au flop, mais seulement si vous chassez la quinte max.

Par exemple, vous relancez avec AQ assortis et trouvez quatre payeurs. Le flop arrive avec K-T-3. Vous checkez, l'adversaire assis après vous mise et il y a quelques payeurs entre vous et le miseur. Dans ce cas, la cote du pot mérite de payer aussi dans l'espoir de toucher un valet qui vous donnerait la quinte max. Vous avez approximativement 11 chances contre 1 d'améliorer à la turn (8,7%), mais le pot est suffisamment gros pour que ce call soit correct.

Lorsque vous êtes sur un tirage quinte par le ventre, vous devriez en revanche presque toujours vous coucher s'il y a un risque que quelqu'un relance derrière vous.

---

Comment jouer les Tirages Couleur en Limit Holdem

Tirage couleur réussi en Limit Hold'em poker

Les tirages couleurs sont parmi les tirages les plus forts que vous puissiez avoir au flop. Ils se jouent facilement et peuvent vous faire gagner de gros pots. Lorsque vous floppez un tirage couleur au Limit Texas Hold'em, cela peut se traduire par un flop avec deux ou trois cartes assorties. La façon de jouer le tirage couleur va dépendre de ce paramètre.

Sachant qu'il y a 13 cartes de chaque couleur, vous aurez toujours 9 outs pour faire votre couleur lorsque vous en flopperez le tirage. Les chances d'améliorer sont approximativement de 2 contre 1 (35%) jusqu'à la river. Votre main est plus forte si vous avez des tirages additionnels comme une paire, un tirage quinte, des overcards et ainsi de suite.

Par exemple, si vous avez K Q et que le flop suivant J T 2 arrive, vous donnant un tirage quinte flush et deux overcards, vous aurez 21 cartes qui peuvent vraisemblablement vous faire gagner le pot.
Vous aurez quelques 78% de chances (54% pour une quinte/flush et 28% pour une de vos overcards) de toucher au moins une paire à la turn et la river combinées. Comparez donc cette main avec 8 7 sur un flop A K 9, où vous n'aurez ici probablement plus que 9 outs (34%) qui vous feront gagner le pot.

Faut-il aller chercher le tirage ou non ?

Lorsque vous floppez un tirage couleur sur un flop à deux couleurs (deux cartes pour la couleur + une autre), vous avez presque toujours les bonnes cotes du pot pour aller chercher votre tirage.
Il y a cependant quelques exceptions :

1- Heads-up dans un pot non-relancé et vous n'avez rien d'autre que votre tirage. Cela peut être une bonne situation pour un semi-bluff, mais ne check-callez pas jusqu'à la river.

2- Si le flop vient avec une paire et qu'il y a grosse action au flop. Quelqu'un a probablement son brelan et vous pouvez perdre sur un full même si vous touchez votre couleur.

3- Vous floppez un petit tirage couleur et il y a de la grosse action au flop. Vous êtes peut-être drawing-dead face à un tirage couleur supérieur. C'est une des raisons pour lesquelles il est préférable de jouer les petits connecteurs assortis en fin de parole.

A propos de la Position et du nombre de Joueurs

Dario Minieri se demande s'il va aller chercher son tirage
Savoir quand aller chercher un tirage ou non est primordial au poker.

Lorsqu'il y a trois joueurs ou plus dans la main, vous allez généralement vouloir garder le plus de monde possible au flop. Vous voulez vous assurer de remporter un gros pot si vous touchez votre main. Cela induit de checker puis caller si vous parlez en premier, à moins que vous ne soyez le relanceur initial pré-flop et que vous ayez des chances de gagner le pot en misant.

Un exemple : lorsque vous avez AK assortis et que le flop vient avec trois petites cartes, et que vous avez ainsi le tirage couleur max avec deux overcards.
Si vous êtes en fin de parole et qu'il y a une mise d'un joueur en début de parole avec de nombreux payeurs entre vous, il est correct de relancer. Le but ? Construire le pot alors que vous n'avez que 2 chances contre 1 de faire votre couleur. Cette relance peut également vous donner une chance d'avoir une carte gratuite si tout le monde checke jusqu'à vous ensuite à la turn.

Contre un ou deux adversaires, vous pouvez essayer de gagner le pot avec un semi-bluff. Si vous pensez avoir une chance de remporter ce pot en misant ou relançant, il est correct de le faire. Si vous avez des overcards avec votre tirage couleur, vous devriez miser ou relancer pour pousser dehors des mains pouvant faire deux paires ou une paire avec un meilleur kicker que le vôtre.

Flops unicolores

Si le flop amène 3 cartes de la même couleur, vous devriez simplement chasser la couleur, particulièrement lorsque vous jouez pour la couleur max ou la seconde couleur max. Si votre main a quelque valeur additionnelle comme une paire et/ou un tirage quinte, vous pouvez jouer pour une couleur plus faible.

Il est généralement difficile d'avoir de l'action sur ce type de flop, car les joueurs vont jouer moins agressif à moins qu'ils n'aient eux aussi une main très forte, comme un brelan ou une double paire.

Relancer pour espérer des cartes gratuites plus tard a moins de chances de fonctionner car vos adversaires seront plus enclins à protéger leurs mains faites.
Ce type de tirage a également moins de valeur étant donné qu'il est trop évident que quelqu'un aura une couleur lorsque une quatrième carte de la même couleur arrivera. Cela veut dire que les joueurs ne bougeront plus trop à moins que le tableau reste sur trois cartes assorties. Le moment où il faudra jouer très agressif ici sera lorsque vous aurez AA ou KK, avec le tirage couleur.

---

Limit Hold'em : Chaque Mise Compte !

Barry Greenstein sait que chaque mise compte en Limit

En Limit Hold'em, il est crucial de comprendre l'importance d'une simple mise, et comment cette mise vous affecte ainsi que vos résultats sur le long terme.

Les joueurs qui ont à l'origine principalement assimilé le poker en No-Limit, peuvent complètement passer à côté du concept de l'importance d'une simple mise en poker Limit.

Dans une partie de No-Limit, en jouant "profond"avec un stack de plus de 200 grosses blinds, une simple mise est relativement insignifiante par rapport à la quantité de jetons risqués d'être gagnés ou perdus.

Le No-Limit est un jeu de surclassement de vos adversaires, tout est affaire de maximiser vos gains et de minimiser vos pertes. Vous jouez pour les stacks, et recherchez des opportunités de pousser votre adversaire à une décision pour tous ses jetons.

En Limit, vous jouez les cotes appropriées, et travaillez à exploiter les maigres avantages statistiques.

Sur le long terme, votre but est de remporter quelque chose de voisin entre 1 et 3 grosses mises par heure sur la partie que vous jouez. Avec une marge de gains d'une faiblesse aussi impressionnante, votre jeu doit se montrer logique, vigilant, et bien reposer sur les maths.

Pour chaque mise que vous abandonnez sur une erreur, vous devez en gagner deux en retour avant de générer un profit. Cela veut dire que chaque erreur que vous commettez rend deux fois plus difficile de gagner de l'argent sur la partie. Une main de No-Limit salement jouée peut vous coûter votre tapis entier, tandis qu'une bonne main peut le faire doubler.

Doyle Brunson, un joueur de l'ancienne génération qui connaît le Limit
Comme toute l'ancienne génération, Doyle connaît bien le Limit.

Une main salement jouée en Limit peut équivaloir à perdre de multiples mises. Si vous jouez avec un taux de gains d'une mise de l'heure, une seule main mal jouée peut vous coûter de nombreuses heures de votre temps. Et travailler une moitié de session pour rien n'est jamais une bonne chose.

L'importance de la Turn

Avec une turn et une river comme tours de mises utilisant la plus haute limite, ces tours deviennent ceux les plus profitables dans une partie de Limit Hold'em. Une simple mise à la turn équivaut à deux mises au flop ; cette information évidente devient valable lorsqu'il s'agit de voir comment jouer la main.

Pour faire simple, admettons que vous être en première position et que vous floppez le jeu max absolu, absolument imbattable. Votre seul objectif dans la main en devient de construire un pot le plus large possible.
Vous êtes en heads-up et votre adversaire vient de miser sur le flop, probablement avec une paire, ou une main suffisamment forte pour vouloir aller voir la river.

Votre adversaire est suffisamment bon pour qu'une fois que vous ayez relancé, il aie une idée du fait que vous ayez quelque chose de fort. Vous pouvez être certain qu'après votre relance votre adversaire va se taire et passer en mode check-call. Pour faire le plus d'argent, attendez jusqu'à la turn pour faire votre relance.

Voici un tableau du nombre total de mises faites après avoir relancé le flop et avoir vu votre adversaire check-call jusqu'à l'abattage après ça :

"Street"  Total de Grosses Mises de chaque Joueur
Flop 2
Turn 2
River 2

Mises Totales : 6

Dans le même scénario, vous suivez la mise de votre adversaire au flop, et le relancez à la turn. Il call puis check-call la river :

"Street"  Total de Grosses Mises de chaque Joueur
Flop 1
Turn 4
River 2

Mises Totales : 7

En attendant la turn pour faire votre relance, vous avez gagné une grosse mise complète. Comme vous pouvez le voir dans le tableau suivant, attendre la river pour relancer produit le même résultat qu'à la turn :

"Street"  Total de Grosses Mises de chaque Joueur
Flop 1
Turn 2
River 4

Mises Totales : 7

L'avantage évident de faire la relance à la turn est de forcer votre adversaire à payer plus pour voir la river. Sachant qu'il est rare d'avoir une main au flop ou à la turn qui soit impossible à battre, laisser votre adversaire tirer une river gratuite ou pour pas cher, n'est pas toujours dans votre meilleur intérêt.

Le 3-Bet (sur-relance) en Limit Holdem

Si en Limit Hold'em votre objectif à chaque main est de maximiser vos grosses mises, il est important de jeter un œil au 3-betting. Tout comme attendre jusqu'à la turn pour relancer vous fait gagner de l'argent, le 3-betting en fait de même. La différence est que l'augmentation de la taille de mise augmente géométriquement la différence dans les grosses mises, selon quand vous faites le move.

Dans ce premier tableau, vous 3-bettez le flop, en supposant que vous êtes hors de position, que vous ayez ouvert et que vous avez été sur-relancé. Aussitôt que vous 3-bettez (sur-relancez), votre adversaire arrête de relancer et ne fait plus que suivre à partir de ce point.

"Street"  Total de Grosses Mises de chaque Joueur
Flop 3
Turn 2
River 2

Mises Totales : 7

Comme vous pouvez le voir, 3-better le flop ne vous a rapporté que le même montant d'argent qu'une simple relance à la turn ne l'aurait fait.
Vous avez maintenant un joueur bien plus agressif assis de l'autre côté, mais vous ne faites pas plus d'argent. Attendre la turn résout le problème :

"Street"  Total de Grosses Mises de chaque Joueur
Flop 2
Turn 6
River 2

Mises Totales : 10

En attendant la turn pour 3-better, vous avez récolté trois grosses mises supplémentaires par rapport à si vous aviez sur-relancé au flop. C'est ce genre de petites différences qui permettent aux bons joueurs de poker d'être des gagnants constants en parties de Limit.

La difficulté du Poker Limit est de trouver la frontière entre maximiser vos gains de grosses mises, tout en réduisant les cotes de vos adversaires pour tirer contre vous. Pomper un pot d'une manière qui donne à votre adversaire de meilleurs cotes, vous fait plus mal que cela ne vous aide.

Vous devez comprendre le but de votre adversaire avant que vous ne puissiez formuler un plan pour atteindre vos propres objectifs. Souvenez-vous toujours que même si une simple mise peut sembler insignifiante, elle ne devrait jamais être misée ou suivie à la légère sans réfléchir. Vous devez faire chaque action pour une raison, et vous focaliser sur la préservation de vos pertes. Chaque dollar économisé est un dollar gagné.

---

Les Mythes du Limit Hold'em démystifiés

Gros pot de poker gagné avec tous les jetons en vrac
Oui le Limit Hold'em est aussi un jeu intéressant et qui peut vous rapporter.

Les as ne gagnent jamais ? Il est impossible de bluffer en Limit ? FAUX !

La plupart des joueurs de No-Limit Hold'em ont une furieuse aversion pour tout ce qui est Limit. Mais nous allons contredire les 2 mythes, et fausses idées qui sont souvent reprochées aux jeux disputés selon ce type d'enjeux.

Ce qui est amusant à propos de ces personnes ? La plupart n'ont jamais réellement joué au Limit. Ils ont peut être joué une session ou deux, mais ils n'ont jamais passé des heures de labeur au jeu, à bien régler leur stratégie.
Ils ne comprennent pas non plus les subtilités et nuances qui ont fait du poker Limit la pierre angulaire du monde du poker depuis sa création.

Mythe numéro 1 : Les As perdent toujours en Limit

Il s'agit de la complainte numéro 1 de la plupart de ces joueurs échaudés, ce qui en fait du coup le mythe numéro 1 du Limit. Il est honnêtement un peu fatigant d'entendre des joueurs dire « tu ne peux pas protéger ta main », « les as ne sont pas bons, tu ferais mieux de les coucher », ou « les as ne sont seulement bons qu'en heads-up ».

La première fausse idée à contredire est celle selon laquelle les as ne sont bons qu'en heads-up. Regardez ce tableau :

Main % de la Main
A A 28,4
A K 9,6
K K 9,2
Q Q 8,5
6 6 8
A Q 10,7
7 8 15,5
6 4 10

Ces chiffres sont effectifs avec huit joueurs dans le pot, avec des mains meilleures que des mains aléatoires - en fait cette sélection propose des mains adverses qui sont possiblement la pire combinaison de mains que vous pouvez voir en face de vous.

Si vous mettez vos A A contre neuf mains aléatoires (tous les joueurs allant à la river quoi qu'il arrive), A A gagnera à peu près 31% du temps (ce nombre est calculé par PokerStove sur un échantillon de plus d'1 million de mains jouées).

Vous obtenez 8 contre 1 sur votre argent en remportant un pot sur trois.

En d'autres mots : vous jouez cette main trois fois, chaque fois avec toutes les mains allant à la river, toutes mettant autant d'argent. Chaque main coûte à chaque joueur 100$ de la distribution jusqu'à l'abattage.

* Vous jouez trois fois (100$ X 3), vous avez investi un total de 300$

* Chacune de ces trois fois, le pot est de 1 000 $ (100$ x 10 joueurs)

* Vous perdez deux fois (gain 0$), et gagnez une (gain 1 000$)

* 1 000$ (gain) - 300$ (investissement) = 700$ (profit net)

L'équation a été simplifiée pour cet exemple. 31% x 3 = 93%. Les 7% manquants ne sont pas représentés, pas plus qu'une des mains se couchant. L'exemple est purement pris pour saisir le message de la force effective que les as ont dans un pot multiway (à plusieurs joueurs).

Comme l'exemple le suggère, les as peuvent très bien perdre plus fréquemment que l'inverse dans une partie Limit. Plus il y a de joueurs dans le pot, moins il est probable que les as tiendront (par exemple, si vous avez A A contre trois mains aléatoires, les chances pour que les as gagnent seront proches de 64%).

Paire d'as au poker, sujette à de nombreux mythes
Non la paire d'as ne devient pas une mauvaise main au Limit.

Ce que tous les critiqueurs doivent assimiler, sont les cotes excessives qui sont offertes dans une partie Limit. Vous perdrez plus fréquemment, mais vous ferez beaucoup d'argent dans l'opération.

En No-Limit vous pouvez protéger vos A A pour leur donner un plus haut ratio de victoires/défaites, mais la valeur monétaire réelle de la main peut baisser. En protégeant vos A A en No-Limit, vous diminuez la cote totale du pot, en écartant presque exclusivement les mains qui ont le moins de chances de vous battre.

Et il n'y a pas que ça : lorsqu'un joueur avec une main aléatoire bat vos A A en No-Limit, il aura la possibilité de vous prendre votre tapis entier. En Limit, la main aléatoire qui vous battra n'est pas capable de fausser suffisamment les cotes pour diminuer la valeur de la paire d'as.

Etant donné que le No-Limit est un jeu de situation très spécifique, il n'y a aucune raison pour dire qu'une paire d' A A est plus ou moins profitable que dans une partie de Limit, mais ce n'est pas le débat.

Pour résumer, et casser le mythe largement répandu, la paire d'as peut bel et bien vous rapporter de l'argent en poker Limit (et elle le fera), quel que soit le nombre d'adversaires dans la main.

Mythe numéro 2 : Il est impossible de bluffer en Limi

Difficile de comprendre comment ce mythe peut-il être encore aussi largement admis. Le poker a débuté sous une forme d'enchères Limit, or le bluff a bien fait partie du poker depuis son commencement.

Aussi il n'y a aucune importance dans le format de mise auquel vous jouez, que ce soir du Limit, Pot-Limit, ou No-Limit : le bluff a toujours existé, et sera toujours une partie intégrante du jeu.

Croyez-le ou non, le mythe selon lequel le Limit n'est pas favorable pour miser, existe en majeure partie grâce à Chris Moneymaker.

Phil Ivey, un bluffeur même en Limit Holdem
Les grands champions seront les premiers à vous dire qu'on peut tout à fait bluffer en Limit Hold'em.

Le boom du poker initié par Moneymaker a amené des milliers de nouveaux joueurs, la grande majorité de ceux-ci s'étant directement lancé en du No-Limit. Mais jusqu'à très récemment dans l'histoire du poker, le No-Limit Hold'em était un jeu très rarement pratiqué.

L'un des traits du No-Limit est qu'il fournit à l'amateur des opportunités de faire des bluffs avancés. A tout moment, un amateur peut pousser tous ses jetons sur un gros bluff pour gagner le pot.

C'est ce qui s'appelle un bluff idiot car seuls les ânes le font, car sans aucune appréciation de la texture du tableau, aucune lecture sur leurs adversaires, aucune idée des lectures de leurs adversaires sur eux-mêmes, et aucun soupçon de leur vraie image à la table.

Ces bluffs réussissent parfois, simplement en raison de l'annihilation de cotes attractives. Même si un pro sent qu'un amateur est en train de bluffer, suivre 500$ dans un pot de 35$ ressemble juste à une mauvaise idée. Le pro n'a aucun problème à subir de petites pertes et à attendre une meilleure situation pour faire rentrer l'argent.

En Limit, le « donk bluff » ne marchera presque jamais. Avec un bluff de 10$ dans un pot de 35$, le pro peut facilement suivre sur sa lecture de l'amateur étant en bluff. L'équation risque / récompense du call est favorable

Bluffer au Limit demande d'aligner parfaitement tous les éléments dans l'équation du bluff. Vous devez prendre en compte la texture du tableau, votre image, la perception de votre main, et la perception de votre lecture sur la main de vos adversaires, le tout à la perfection.

Si l'un de ces éléments ne colle pas, le joueur adverse aura suffisamment de doute pour qu'il suive de manière raisonnable.

Voici un exemple :

Le tableau :        

Main de l'adversaire :    

Votre main :    


Situation :
Votre adversaire a relancé pré-flop ; vous avez suivi au bouton et vous êtes retrouvé en heads-up au flop. Sur le flop, il a misé et vous avez suivi. Sur la turn il a misé encore et vous l'avez relancé. L'action est à lui.

Cheminement de réflexion de votre adversaire : La texture du flop est horrible pour sa main. N'importe qui ayant un trois ou une paire en mains le bat. Il ne peut rien battre sinon un bluff dans cette main.

Il joue avec vous depuis cinq heures et a une très bonne idée de comment vous jouez. Il sait que vous êtes un joueur solide et qui joue des mains solides, que vous êtes très serré, et qu'il est peu probable de vous prendre à jouer avec des mains faibles.

Un joueur qui a gagné un tournoi en Limit Hold'em
Etre un champion de Limit Hold'em peut aussi vous faire gagner des bracelets aux WSOP.

Jusque là tous les éléments s'assemblent, mais il reste plusieurs choses qui n'ont juste aucun sens.

Premièrement, vous avez suivi une relance pré-flop - en aucune façon il ne peut vous mettre sur une main avec un trois. Même avec A3, les chances auraient été que vous vous couchiez au flop, en étant aussi serré que vous l'êtes. Cela signifie qu'il ne perd que si vous avez une pocket paire.

Etant donné que vous n'avez pas sur-relancé pré-flop, il ne croit pas que vous ayez AA, KK, QQ, ou JJ. Du coup les seules mains sur lesquelles il peut vous mettre et qui le battent, sont 77-88-99-TT ou un brelan.

Il y a une bonne chance que vous relanciez n'importe laquelle de celles-ci au flop. Bien qu'il ne puisse être sûr d'être devant, il a une cote de 6 contre 1 sur son argent pour suivre.

Vous n'avez besoin d'être en bluff qu'une fois sur six ici, pour que son call soit profitable. Etant donné son doute, même s'il est insuffisant, le doute plus les cotes font ici du call une décision facile pour lui.

Si, de l'autre côté, vous aviez eu l'image d'un joueur jouant n'importe quelles deux cartes, votre adversaire aurait maintenant à ajouter toutes les double paires et les quintes à votre éventail possible.

Dans ce scénario, les éléments sont tous exposés : s'il suit la turn et n'améliore pas à la river, il y a une chance pour qu'une autre mise vous fasse récupérer l'affaire.

Bluffer en Limit fait immensément partie du jeu. Il s'agit simplement d'une technique très avancée du jeu, encore plus qu'en No-Limit, qui recquiert un bon peu d'expérience et de talent pour comprendre, évaluer, et manipuler les éléments et les lectures de vos adversaires.

Pour conclure sur les mythes du Limit

En tant qu'esprit retord, la prochaine fois que vous vous apprêterez à dire à quel point vous détestez le Limit, ou de comment le Limit est juste un gros jeu de Bingo, pensez donc à tout ça et évitez-vous de passer pour un idiot.

Dites simplement que le Limit n'est pas un jeu pour vous. Il n'y a rien de mal à seulement vouloir jouer au No-Limit ; assurez-vous simplement que vous ayez fait ce choix pour de bonnes raisons.

Veuillez correctement remplir les champs requis !

Erreur !

Vous devez attendre 3 minutes avant de pouvoir poster un nouveau commentaire.

Aucun commentaire

×

Sorry, this room is not available in your country.

Please try the best alternative which is available for your location:

Close and visit page