Dominik Nitsche, vainqueur de son deuxième bracelet : « Le futur m'appartient. »

Dominik Nitsche 2013 WSOP EuropeEV0710K NLH Main EventDay 4Giron8JG2973

Si les World Series of Poker 2014 ne débutent officiellement qu'aujourd'hui, Dominik Nitsche vient pourtant de remporter le premier bracelet de cette année, à l'occasion du WSOP National Championship. L'occasion de découvrir un peu mieux le jeune joueur allemand, que PokerListings avait rencontré tout récemment.

Bien qu'il soit hors-calendrier officiel des World Series of Poker, le WSOP National Championship offrait à son vainqueur l'opportunité de remporter l'un des bracelets en or si convoités. Le parterre des 126 joueurs y ayant pris part était en fait constitué des meilleurs performers des WSOP de ces deux dernières années et autorisés à prendre le buy-in à 10.000$ (au nombre ici de 26), de 94 joueurs issus du WSOP Circuit (disputé durant l'année sur le sol américain), 2 qualifiés live, et 4 qualifiés en ligne sur le site WSOP.com.

Et le vainqueur de ce tournoi aura donc été le jeune Allemand de 23 ans Dominik Nitsche. Il aura officiellement gagné 352 800 $ pour cette victoire, même si un deal à 3 joueurs aura eu lieu entre lui, son dauphin Athanasios Polychronopoulos (Etats-Unis) et l'Anglais Matthew Ashton. C'est également son deuxième bracelet WSOP.

Parmi les 15 joueurs payés, on retrouve également les autres Américains Scott Clements et Greg Merson en 13ème et 15ème positions.


Son Deuxième bracelet WSOP

À 23 ans, Nitsche semble être toujours en vadrouille sur les tournois du monde entier, et ce depuis qu'il s'est fait remarquer sur le circuit à 18 ans en remportant le Main Event du LAPT à Mar del Plata pour 381 030 $.
Nous avions eu la chance de récemment le rencontrer à San Remo.

Dominik Nitsche 2013 WSOP EuropeEV0725K NLH High RollerFinal TableGiron8JG3544
Nitsche lorgne désormais sur un titre EPT.


Tu as déjà remporté un bracelet WSOP, un titre sur le WPT et beaucoup d'autres tournois. Et pourtant, tu sembles avoir du mal à t'imposer sur l'EPT. Pourquoi ?

Ça fait plusieurs fois qu'on me pose la question récemment. Apparemment tout le monde trouve ça très drôle.

Je pense que c'est en partie dû à la variance, et en partie à ma préparation. Les joueurs ont un bien meilleur niveau à l'EPT que sur le WPT.

J'ai beaucoup progressé ces deux dernières années, je me sens bien plus à l'aise qu'avant. Les cash games m'ont notamment beaucoup aidé. De 5$/10$ à 25$/50$, les joueurs sont bien meilleurs que ceux qu'on croise sur le circuit.

Du coup, je m'inquiète moins lorsque je me retrouve à côté d'un très bon joueur de tournoi. J'ai joué contre la plupart d'entre eux sur Internet, je les connais très bien, et ce bien au-delà du classique « lui joue serré, lui est loose ». Je sais quand ils aiment surrelancer, sur quels éventails de mains ils se couchent en cas de surrelance, etc. Je pense que j'atteindrai une table finale d'EPT d'ici la fin de l'année.

Tu parles des cash games sur Internet, mais c'est grâce aux tournois live que tu t'es fait remarquer.

Oui, je crois que ma vie est un « Poker Tour » sans fin... (rires)

Quels endroits il te manque pour compléter ta mappemonde ?

Le Japon. Mais je vais à Macao au mois de novembre, donc j'en profiterai sûrement pour y faire un tour. Je me vois déjà aller au marché aux poissons tous les matins pour acheter des sushis.

NietscheWinner
Le deuxième bracelet de Dominik Nitsche, décroché ce week-end au WSOP National Championship.

Par contre, impossible de jouer au poker là-bas. Il risquerait de t'arriver la même chose qu'en Moldavie...

Ah, tu es au courant ? C'est vrai ouais. Je suis allé à Chisenau pour un tournoi, et quand je suis entré dans le casino, il n'y avait rien.

Mais bon, je ne me suis pas laissé abattre. J'ai pris le premier vol pour Chypre et j'en ai profité pour y gagner un tournoi.

À force d'être toujours sur la route, est-ce que tu as encore un « chez toi » ?

Maintenant j'habite à Édimbourg. Avant cela, j'étais à Londres, mais c'était devenu un peu triste après le départ de Manig Löser pour Vienne.

Rupert Elder, David Vamplew et Andrew Teng font partie de mes amis proches et habitent tous à Édimbourg. Je suis plutôt content de ma décision.

Vous formez un groupe de joueurs ?

Pas vraiment, non. Je suis assez ouvert, j'adore rencontrer des gens et leur parler, mais je n'éprouve pas spécialement le besoin de faire partie d'un groupe en particulier.

Et puis je ne choisis pas mes amis selon leur niveau de poker, ce qui explique d'ailleurs que je sois en colocation avec Andrew Teng. (rires)

Dominik Nitsche 2013 WSOP EuropeEV0725K NLH High RollerFinal TableGiron8JG3639
"Le futur appartient à des joueurs comme moi."

J'aime vraiment bien ma vie à Édimbourg, j'envisage même d'y acheter un appartement.

Tu peux te le permettre ?

Pour l'instant, oui. Mais bon, on ne sait jamais comment les choses vont se passer à Vegas. Dans le pire des cas, je continue à payer un loyer.

Quels sont tes projets pour les WSOP ?

Participer à tous les events de No-Limit Hold'Em et remporter mon deuxième bracelet (ce qui est donc désormais chose faite NDLR). J'aurai l'avantage dans tous les tournois de NLHE. C'est aussi simple que ça.

Quelle est ta stragégie ?

J'ai une approche un peu différente cette année. D'abord, je vais faire des cash games tous les jours. Je vais faire l'impasse sur les deux ou trois premières heures des tournois à 1 000$ pour faire des cash games.

Il n'y a rien à gagner dans les premiers niveaux d'un tournoi. Même en étant meilleur que les autres et en gagnant des jetons, tu es aussi sûr d'en perdre.

Les cash games sont bien plus rentables, et après tout je suis là pour gagner de l'argent.

Tu réfléchis manifestement beaucoup au poker. Que penses-tu de l'état du poker actuellement ?

Que dire ? On est encore tous nuls au poker. Je m'inclus dedans, même si je suis peut-être moins nul que la plupart des autres joueurs.

Le problème c'est que les gens ont une mauvaise approche. Ils voient ça comme un combat de coqs, où chaque main est l'occasion de prendre le dessus.

Les choses n'évolueront pas tant que les gens n'auront pas une approche plus mathématique.

Que va-t-il se passer ?

Tous les joueurs qui ont réussi en s'appuyant sur une approche intuitive vont être ruinés et disparaître.

Tous ceux qui sont en mode « tiens, ça serait pas mal de faire un cold 4-bet là, je vais bluffer toutes mes mains » vont disparaître des Main Events de l'EPT d'ici deux ou trois ans.

Le futur appartient aux joueurs comme moi qui s'appuient sur les mathématiques, notamment des éléments comme la position, la taille du stack et les mises.

J'imagine qu'on te verra également lors du One Drop à 1 million.

C'est prévu. Je veux y participer d'ici deux ans. Je voudrais aussi jouer à 50$/100$ en cash games. Mais je n'en suis pas encore là.

Mais à la différence de beaucoup de joueurs, je travaille dur. Et c'est exactement pour cela que je vais réussir.

 

Derniers Blog Posts »