November 9 interviews : Michael Mizrachi

michael mizrachi

Retrouvez chaque semaine l'interview d'un nouveau November Nine jusqu'à la table finale du Main Event des WSOP en novembre. Rendez-vous aujourd'hui avec la star du plateau, l'américain Michael Mizrachi, auteur d'impressionnants WSOP cette année.

PokerListings : Michael, cette qualification pour les November Nine ponctue une superbe année 2010 pour toi. Quelle est ta réaction ?

Michael Mizrachi : Je suis avant tout incroyablement fatigué ! Ces WSOP se sont remarquablement bien passés pour moi. En Jour 8, je me suis retrouvé assez short-stack mais je suis resté concentré et mon expérience a payé. Pour être honnête, je joue mieux quand je suis short stack ! Je trouve toujours le moyen de gagner et c'est sûrement là d'où vient mon surnom The Grinder (Le Broyeur, NDLR).
Maintenant tout ce qu'il se passera à la table finale ne sera que du bonus et quel que soit mon résultat, je serai heureux.

PL : Tu as également remporté l'Event 2, le 'Poker Player's Championship'...

MM : Je suis très fier de cette performance et c'est aussi cela qui m'a donné autant de confiance en moi. C'est un vrai rêve pour tout joueur de voir son nom parmi toutes les légendes  du poker de l'histoire.

PL : Tu es en lice pour devenir le joueur de l'année, c'est important pour toi ?

MM : Je pense que Frank Kassela le mérite plus que moi. Il a remporté deux bracelets WSOP, fini dans les places payées au Main Event, a fait 3ème dans le $25,000 No-Limit Hold 'Em SH ... Je serais heureux de partager ce titre avec lui et s'il veut je peux même lui laisser cette récompense ! (rires)

PL : Tu pourrais devenir le joueur le mieux payé de l'histoire si tu remportes la Table Finale, surpassant ainsi Phil Ivey ou Daniel Negreanu. Cela doit te motiver encore plus, non ?

MM : Ca serait exceptionnel, d'autant qu'à 29 ans, il me reste encore quelques belles années de carrière et ça sera difficile de me rattraper ! En 2005 et 2006, j'ai énormément joué et gagné, et depuis j'ai été un peu plus discret. Tout va tellement vite au poker, on ne peut pas gagner 3 millions de dollars chaque année ! Il faut juste croire en soi, ne pas abandonner ni baisser la tête. Et comme ma qualification pour la table finale le montre, la chance tourne lorsqu'on s'y attend le moins.


Retrouvez nos précédents interviews :
- Jason Senti
- Soi NGuyen

Derniers Blog Posts »